Documents du colloque «Regards croisés Nord-Sud sur l’École en Belgique»

Ce samedi 10 novembre 2018, plus de cent personnes ont participé à Bruxelles au colloque bilingue «Regards croisés Nord-Sud sur l’École en Belgique» organisé...

Droit à l’enseignement et liberté d’enseignement

Le vendredi 16 octobre, la ministre Marie-Dominique Simonet a réuni les représentants d'une vingtaine d'associations, syndicats, PO,... au Parlement de la Communauté française de Belgique en vue de confronter leurs points de vue concernant la problématique des inscriptions scolaires dans l'enseignement secondaire. Voici la contribution écrite remise à cette occasion par le représentant de l'Aped, Nico Hirtt. Celui-ci a également pu présenter ces propositions dans une brève allocution.

Décret inscription : une révolution ?

En mettant fin aux passe-droits, aux refus arbitraires d'inscriptions, aux réglementations-maison connues de quelques privilégiés seulement... le nouveau décret inscriptions constitue assurément un progrès par rapport à la situation que nous connaissions "jadis", c'est-à-dire avant Arena et Dupont. Mais peut-on pour autant parler d'une révolution ?

Si j’étais directeur du Segec…

La "carte blanche" publiée dans Le Soir du 20 juin par M. Etienne Michel, Directeur général du Secrétariat général de l’enseignement catholique a retenu toute mon attention [[on peut la lire gratuitement sur le site enseignons.be : http://www.enseignons.be/actualites/2014/06/21/enseignement-message-au-futur-formateur/]]. J'ai choisi d'y répondre sous la forme de la caricature, au sens premier du mot : en renforçant ses traits les plus caractéristiques. Voici donc ce que j’écrirais si j’étais directeur du Segec.

L’impact négatif de la ségrégation sur les performances scolaires

La ségrégation sociale n'est pas seulement défavorable à la rencontre de la diversité sociale et culturelle ou à l’apprentissage du « vivre-ensemble » ; son impact sur...

Et maintenant un vrai décret mixité !

L’Aped (Appel Pour une Ecole Démocratique) prend acte des déclarations du Ministre Dupont à propos de son propre Décret, particulièrement en ce qui concerne le tirage au sort...

Ségrégation et quasi-marché, creusets de l’iniquité scolaire à la belge

Enquête internationale après enquête internationale, nos systèmes éducatifs belges confirment leur caractère particulièrement inégalitaire. Il n’y a néanmoins aucune fatalité en la matière : l’étude...

Une enquête fantaisiste pour défendre une position réactionnaire

C’est avec stupéfaction que l’Aped a pris connaissance de « l’enquête » réalisée par la société Strategic Creative Consult pour le compte des ASBL Elèves et...

L’AGCS après l’accord du 31 juillet à l’OMC

L'Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS), signé à Marrakech le 14 avril 1994 et ratifié par les Etats fin 1994, est entré en vigueur le 1 janvier 1995. Toutefois, il est à ce point ambitieux, que sa mise en œuvre doit faire l'objet de « séries de négociations successives » (art. XIX,1). Il s'agit en effet pas moins que de libéraliser - c'est-à-dire de privatiser, vu les effets mécaniques du principe du traitement national (voir in fine) -  « tous les services de tous les secteurs » (art. I, 3b). La négociation de l'AGCS lui-même s'est accompagnée en 1993-1994 d'une première série de négociations au cours de laquelle, certains pays (essentiellement les pays industrialisés) ont pris les premiers engagements d'appliquer certaines dispositions de l'AGCS à certains secteurs. En 1997, un accord partiel est intervenu sur la libéralisation des services financiers. Conformément à l'article XIX,1, une seconde série a débuté « cinq ans après l'entrée en vigueur », soit en 2000.  Elle est toujours en cours.

Marketing des écoles : de quels montants parle-t-on ?

Les dépenses de marketing des écoles relèvent du tabou. Peu d’établissements se montrent volontiers transparents à ce sujet. On dispose cependant de quelques indications...

Les plus lus...

Articles récents