Formel – non-formel (public – privé)

La distinction entre “apprentissage formel” et “apprentissage non formel” indique deux modalités d'apprentissage. L'apprentissage formel est celui qui a lieu à l'école. 
L’apprentissage non-formel ou informel...

Meirieu : « Arrêtons de totémiser le numérique ! »

"L’école que j’appelle de mes vœux est une école de la solidarité. La concurrence sera supplantée par une solidarité plus grande, où les élèves...

Amandine n’ira pas à l’école de son choix…

Le papa et la maman d'une élève de 6e primaire nous ont écrit afin de nous faire part de leurs inquiétudes et de leur colère par rapport aux modalités d'inscription en secondaire. Un courrier symptomatique, comme nous en recevons régulièrement. Nous le publions ci-dessous, accompagné de la réponse que nous leur avons fait parvenir. L'occasion de rappeler les positions de l'Aped en la matière.

Droit à l’enseignement et liberté d’enseignement

Le vendredi 16 octobre, la ministre Marie-Dominique Simonet a réuni les représentants d'une vingtaine d'associations, syndicats, PO,... au Parlement de la Communauté française de Belgique en vue de confronter leurs points de vue concernant la problématique des inscriptions scolaires dans l'enseignement secondaire. Voici la contribution écrite remise à cette occasion par le représentant de l'Aped, Nico Hirtt. Celui-ci a également pu présenter ces propositions dans une brève allocution.

L’enseignement n’est pas une marchandise

Pour rappel : L'AGCS, l'Accord Général sur le Commerce des Services (en anglais « GATS »), a été conclu en 1995 entre les 112 états qui étaient membres de l'OMC à l'époque et s'applique aux 148 états membres actuels. C'est un accord de droit international qui comprend de longues listes énumérant les secteurs dans lesquels les états signataires s'engagent à libéraliser le commerce des services. 156 groupes de services ont été répertoriés en 12 secteurs - des finances à la santé en passant par les transports. L'enseignement y est défini comme un service parmi d'autres.

Réponse aux rédacteurs de la «Lettre ouverte aux détracteurs du Pacte d’excellence»

Suite à la parution de la « lettre ouverte aux détracteurs du Pacte d’excellence » rédigée par CGé, la Ligue des Familles et le délégué...

Pour un nouveau décret Inscription !

Faut-il enterrer le décret Inscription ? Si c’est pour en revenir à plus de « libre marché » scolaire, comme semblent le proposer Olivier Maingain et...

« Flamand ? Francophone ? Apprenons à vivre ensemble !»

Vous êtes (futur) enseignant ou éducateur ? La thématique des préjugés entre Flamands et francophones vous interpelle ? Alors vous serez certainement intéressé par la journée d’étude organisée par École Sans Racisme le samedi 7 mars à l’Université Libre de Bruxelles.

Public – privé

La pénétration du néo – libéralisme (économique), et l'hégémonie qu'il a développé dans le secteur des administrations publiques, dans la vulgate pédagogique, se base...

Prêts étudiants aux Etats-Unis : les nouveaux « subprimes » ?

Bienvenue dans le monde enchanté de l’enseignement universitaire aux Etats-Unis où l’ensemble des prêts étudiants a représenté l'an dernier plus de 1.000 milliards de dollars, soit une moyenne de 25.000 dollars par étudiant. Mais la crise économique et financière s’est aussi invitée au pays du hamburger et de la marchandisation sans frein de l’enseignement. Au 31 mars, le total des sommes empruntées et encore en souffrance s'élevait à 904 milliards de dollars. Les prêts étudiants sont ainsi devenus le deuxième poste d'endettement des ménages américains en 2010, derrière les emprunts immobiliers, mais devant les emprunts contractés par carte de crédit. L’enseignement pourrait bien devenir sous peu la prochaine bulle spéculative à exploser. L’article qui suit est paru ce 10 juillet 2012 sur le site ww.www.lemonde.fr sous la signature de Mathilde Damgé et donne une vue saisissante de ce que devient un enseignement abandonné aux lois du marché… et aux financiers de tout poil.

Les plus lus...

Articles récents