Home Système éducatif Quasi-marché scolaire

Quasi-marché scolaire

Décret Inscriptions et pratiques irrégulières

Inscriptions : les pratiques détestables de certaines écoles

S'il y en a qui se demandent encore pourquoi il faut en finir avec le marché scolaire, nous les invitons à visionner cette vidéo...

Une enquête fantaisiste pour défendre une position réactionnaire

C’est avec stupéfaction que l’Aped a pris connaissance de « l’enquête » réalisée par la société Strategic Creative Consult pour le compte des ASBL Elèves et...

3. Une affectation des élèves aux écoles

- Et que faites-vous de la liberté de choix ? De la liberté des parents ? - Beaucoup de parents veulent pouvoir choisir une école de qualité...

Décentralisation rime-t-il avec modernisation ou avec marchandisation ?

Vu depuis Paris, le débat sur la décentralisation de l'enseignement pourrait sembler n'être qu'un épisode de plus dans un feuilleton ennuyeux : tous les deux ou trois ans, un (nouveau) ministre de l'Education tente de moderniser un appareil scolaire obsolète, mais il s'oppose à des enseignants désespérément conservateurs, pour qui toute réforme - sauf toutefois l'augmentation du budget de l'Education - constitue une menace intolérable contre l'école républicaine, laïque, publique, gratuite et obligatoire.

Finlande, Suède : le déclin des modèles ?

Depuis plus de dix ans, le modèle éducatif «scandinave» est vanté de par le monde en raison de sa capacité à concilier un haut niveau de performance moyen dans les test internationaux, avec une faible disparité sociale des résultats : «efficacité et équité» comme on dit aujourd’hui dans le jargon des sciences de l’éducation. Mais à étudier l'évolution sur dix ans, la Suède et la Finlande filent désormais un bien mauvais coton : le développement rapide des marchés scolaires commence en effet à y nuire gravement à l'équité, sans pour autant booster la qualité.

CO2, embouteillages et libéralisme scolaire

Hier, vers 16h30, je roulais sur le ring de Nivelles où, comme toujours à cette heure-là, se forment quelques bouchons à l'approche de ronds-points...

« Building Schools for the Future »

Le gouvernement de Tony Blair a pris de nouvelles mesures permettant la dévolution du système éducatif anglais, au bénéfice d'intérêts financiers, qu'il s'agisse d'entreprises entendant tirer profit de la privatisation des services de l'éducation ou d'employeurs impatients de voir l'école transformée en outil de formation de la future main d'œuvre.

Le Segec refuse toute démocratisation de l’enseignement

En réagissant violemment contre les modestes projets ministériels de régulation des inscriptions d'élèves et contre la timide ébauche de "tronc commun" au premier degré secondaire, le Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique (Segec) montre qu'il ne cherche nullement à résoudre le problème criant du déficit d'équité de notre système éducatif, mais uniquement à se vendre au mieux sur le marché de l'enseignement.

Décret inscription : une révolution ?

En mettant fin aux passe-droits, aux refus arbitraires d'inscriptions, aux réglementations-maison connues de quelques privilégiés seulement... le nouveau décret inscriptions constitue assurément un progrès par rapport à la situation que nous connaissions "jadis", c'est-à-dire avant Arena et Dupont. Mais peut-on pour autant parler d'une révolution ?

Un « quiz » aux questions trop difficiles ?

Après avoir pris connaissance de notre étude, notamment par la lecture du questionnaire publié dans Le Soir, quelques collègues et journalistes nous ont fait part d'un double souci. Premièrement, nos questions n'étaient-elles pas trop difficiles ? Deuxièmement, l'ensemble ne ressemble-t-il pas davantage à un « quiz » qu'à une enquête scientifique ?

Articles récents