Votre mutuelle soutient-elle l’école privatisée ?

La mutualité Partenamut annonce qu'elle offre à ses « clients » une réduction de 10% sur certaines prestations de l'entreprise de soutien scolaire Cogito. Sur le...
Appel de la société civile francophone contre la marchandisation de l’éducation

Appel contre la marchandisation de l’éducation

Une coalition internationale d’associations vient de lancer un « Appel de la société civile francophone contre la marchandisation de l’éducation ». L’objectif est de...

La vérité sort de la bouche d’Acadomia

Pas de doute, la rentrée est proche : les rayons des magasins sont pleins de fournitures scolaires, les boutiques de photocopies ont rouvert leurs portes...

Chili : nouvelles manifestations étudiantes

« La lutte continue » peut-on lire sur une banderole qui flotte au-dessus des rues bondées de manifestants à Santiago lors de la dernière en date des journées de mobilisation au cours de laquelle près de 250.000 étudiants, enseignants et profs d’université ont protesté à travers tout le Chili.

Ecole publique et marché

L'un des principaux objectifs de la conquête de l'Etat par le néo-libéralisme politique est la transformation des services publics en marché. Ce processus de...

AGCS: nos ministres sont contre, mais pour…

L'Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS) qui se prépare au sein de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) inquiète, parait-il, nos politiques. Ils craignent " une privatisation croissante de l'offre d'enseignement dans notre pays ". (1) L'AGCS concerne le volet " services " de la libéralisation du commerce. Tous les secteurs où l'Etat ne détient pas le monopole sont visés. C'est donc aussi le cas de l'enseignement dans les nombreux pays comme le nôtre où plusieurs réseaux coexistent. Pour le 30 juin 2002, chaque Etat devait spécifier aux Etats concernés les services qu'il souhaitait voir libéraliser chez eux. Pour fin mars 2003, chacun doit répondre aux requêtes qui lui ont été adressées en précisant ce qu'il accepte de libéraliser chez lui. L'Union Européenne s'est mise d'accord sur le principe d'une réponse commune, mais celle-ci était toujours en préparation au moment où nous écrivions ces lignes. Suite à une interpellation parlementaire, le Ministre Président de la Communauté Française Hervé Hasquin (MR) a répondu que les requêtes de l'étranger étaient " particulièrement alarmistes " en matière d'éducation (surtout d'enseignement supérieur) et d'audiovisuel. Quelle est la position de la Belgique ? Officiellement, avec sept autres pays dont la France et l'Italie, nos autorités ont marqué leur opposition à une libéralisation accrue de l'éducation. Très bien. Mais que dire alors de leur zèle à mettre en place le processus de Bologne ?

Vol de vautours sur l’école des pauvres

Au nom d'une réorientation des dépenses publiques d'éducation vers l'enseignement de base, la Banque mondiale recommande aux pays du Tiers-Monde de laisser les forces du marché jouer un rôle dominant dans les enseignements secondaire et supérieur. Au-delà des risques manifestes d'augmenter l'inégalité sociale face à l'instruction, l'uniformisation marchande des savoirs et des cultures pourrait bien déboucher sur une véritable catastrophe intellectuelle.

Articles récents