Home Thèmes Réflexions générales sur l'éducation

Réflexions générales sur l'éducation

Mme Reding passe à l’offensive

Ceux qui avaient cru que les ambitions affichées par la Commission européenne en matière d'enseignement durant les années 90 n'étaient que le fruit des lubies personnelles d'Edith Cresson doivent déchanter. Depuis son entrée en fonction en 1999, la nouvelle commissaire à l'Education et à la Formation, la Luxembourgeoise Viviane Reding, a poursuivi avec acharnement les initiatives européennes visant à mettre les systèmes éducatifs en conformité avec les « impératifs » de la « société de l'information ».

Formation des enseignants : chantier défriché. Et après ?

Le rapport final sur l'évaluation de la formation initiale (Efi) vient d’être rendu public. Même si nous y trouvons quelques motifs de satisfaction, c'est la déception qui domine. Selon nous, le document pèche moins par ce qui s’y trouve que par ce qui ne s’y trouve pas.

À quels enfants laisserons-nous le monde ?

« À quels enfants laisserons-nous le monde ? » Cette question est celle que Jean-Claude Michéa déplie chirurgicalement devant nous, dans son ouvrage : L’enseignement de l’ignorance et ses conditions modernes. De prime abord, son interrogation peut paraître simplement dubitative, ou perplexe, voire légèrement inquiétée ? En fait, la question est redoutable, vertigineuse pour qui regarde attentivement.

Six raisons de redouter des menaces précises sur l’éducation

En écrivant une lettre ouverte au Directeur général de l'UNESCO (L'Humanité du 25 septembre) pour lui faire part des menaces sérieuses que fait peser sur le droit à l'enseignement l'Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS), nous n'étions pas inspirés par la peur, comme le laisse entendre le secrétaire d'Etat au Commerce, F. Huwart (L'Humanité du 2 octobre). Ayant pris connaissance des textes négociés dans le secret et ratifiés dans l'indifférence ou la connivence, refusant de nous laisser endormir par les propos lénifiants des gouvernants et de la Commission Européenne et scrutant ce qui se négocie vraiment au siège de l'Organisation Mondiale du Commerce à Genève, il était devenu évident pour nous qu'un cri d'alarme s'imposait. Il y a en effet urgence pour les citoyens, dont le mandat confié aux gouvernants est sans cesse outrepassé, de s'approprier le débat sur leur avenir dans des matières aussi importantes que l'éducation, la culture ou la santé.

Lorsque les ventes de pâtisseries ne suffisent plus

Combien de boîtes d'amandes enrobées de chocolat faut-il vendre pour financer l'éducation d'un enfant? Le financement insuffisant accordé à l'éducation publique a contraint les écoles et les communautés scolaires à compenser cette situation par divers moyens : campagnes de financement au moyen de la sollicitation porte à porte, recettes publicitaires, marchés exclusifs de commercialisation ou encore obtention de dons ou de matériel auprès du secteur privé. Cependant, l'utilisation de ces méthodes a été observée, jusqu'à présent, de façon isolée.

L’université, usine à chômeurs ?

« Comment l'unif prépare à l'emploi » : c'est le débat de société de première importance ouvert par Le Soir il y a quelques semaines. « Quels seront les débouchés professionnels qui s’offriront au futur diplômé? » : la question est préoccupante, alors qu'un jeune sur quatre est au chômage en Belgique et un sur trois à Bruxelles. Quant aux jeunes qui travaillent, bien peu sont ceux qui ont accès à un emploi stable et correctement rémunéré, y compris parmi les diplômés universitaires.

Vidéo: en France, McKinsey se prend les pieds dans le tapis…

Rémunéré à hauteur de 500.000 € pour« réfléchir à des thèmes de réflexion » (sic) sur l’ « évolution du marché… euh… du métier...

Une « révolution » libérale pour l’Education

Réduire l'emploi public, baisser les salaires, imposer la précarité, casser les acquis sociaux, marchandiser des missions de service public, transférer aux collectivités territoriales le financement du service public, criminaliser les pauvres...La droite et le gouvernement imposent à marche forcée leur modèle de société. Leurs objectifs sont cohérents et construits, ils sont déterminés à imposer des régressions historiques au Service Public d'Education dans le cadre d' une profonde mutation de la société vers le libéralisme. Ils s'en donnent les moyens et on aurait grandement tort de lire tous les « projets » qui se succèdent comme un simple patchwork de mesures isolées.

Déclaration de politique communautaire : l’analyse de l’Aped

Un melting pot sans grande vision innovatrice. Les quelques bonnes intentions sont dépourvues de moyens. Les dispositions dangereuses, par contre, sont beaucoup mieux ficelées !

Manière de voir : les combats de l’école

Le bimestriel thématique du Monde diplomatique consacre son numéro de juin - juillet 2021 à l’Ecole. On connaît les qualités de ce magazine qui...

Les plus lus...

Articles récents