Le point sur les épreuves externes du CESS

Depuis quelques années, des épreuves externes centralisées sont organisées en 6e secondaire dans les écoles de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB), sur deux matières du programme de cours (français et histoire). Elles sont obligatoires et certificatives depuis cette année et sont donc directement liées à l’octroi du certificat de fin d’études secondaires, le CESS. C’est pourquoi on parle aujourd’hui en général de CESS pour désigner les épreuves externes elles-mêmes (ce sera le cas dans les articles du présent dossier), même si le CESS est pour le moment essentiellement le produit de la réussite d’épreuves internes classiques.

Dossier : vers un enseignement d’excellence ?

Un dossier complet sur le Pacte d'Excellence : - Les inégalités prises à bras le corps ? - Revaloriser le qualifiant exigera d’avantage de cohérence - Un tronc commun ambitieux ? Ce qui nous réjouit et ce qui nous inquiète - A quoi doit servir l’Ecole ? - McKinsey phagocyte le Pacte pour un enseignement d’excellence - Autonomie et Responsabilisation : les deux mamelles d’une « nouvelle » gouvernance

L’école publique en sursis en Fédération Wallonie-Bruxelles ?

Depuis le début, le pacte d’excellence porte en lui les germes d’un processus de marchandisation de notre enseignement et vise à aligner l’école sur...

Bilan de l’action gouvernementale et propositions de la plate-forme

Dossier de presse L’échec scolaire : bilan du Gouvernement de la Communauté Française Introduction Le 1er septembre 2003, une dizaine de citoyens issus des mondes...

Standpunt over het « strategisch contract » van minister Arena

Het ontwerp van “Strategisch contract voor het onderwijs” van de Franse Gemeenschapsregering blinkt uit in dubbelzinnigheid. Enerzijds kunnen we ons terugvinden in een aantal intenties. Anderzijds staan we erg kritisch tegenover het lot dat aan het kwalificatieonderwijs wordt toebedeeld en zoeken we in deze tekst vruchteloos naar een belofte van de noodzakelijke menselijke en materiële middelen. Als de progressieve doelstellingen niet kunnen bereikt worden door gebrek aan een echte herfinanciering, dan zouden de liberaal geïnspireerde doelstellingen wel eens de enige kunnen zijn die gerealiseerd worden, aangezien die de Gemeenschap geen euro kosten.

Le Groupe d’Intervention Scolaire (GrIS Wallonie) des LGBT injustement pris à partie

L'homophobie et l'hétérosexisme sont des insultes à l'intelligence et à l'humanité. C'est pourquoi nous ne tolérons pas que les interventions du GrIS Wallonie dans les écoles soient attaquées dans une carte blanche médiocre, publiée par la Libre Belgique ce 29 novembre. Le GrIS est un groupe d’intervenant-e-s bénévoles gays, lesbiennes et bisexuel-le-s, qui viennent dans les écoles pour tenter de démystifier l’homosexualité auprès des jeunes. Minorisés, étiquetés, stigmatisés, harcelés et discriminés, les lesbiennes, gays, bi et transgenres (LGBT) – et leurs proches, mais aussi les hétéros soupçonnés d’être homos – souffrent dans le système scolaire. Elèves comme membres du personnel. S’il n’existe, à notre connaissance, aucune étude quantitative à propos de l’impact de l’homophobie sur la scolarité – du moins en Belgique -, les enquêtes qualitatives ne manquent pas et révèlent toutes cette triste réalité. Les plus terribles et éclairantes ont trait au taux de suicides des jeunes LGBT. Alors, quand déboule dans le champ médiatique une carte blanche aussi effarante que celle que la Libre Belgique a jugé bon de publier aujourd'hui, nous nous devons de réagir ! A commencer par donner la parole à Joey P. Delatte...

« Quand on veut, on peut… »

Souvenez-vous de « L’Instit’ », l’inoubliable série télé, diffusée entre 1993 et 2005. Victor Novak, ancien juge pour enfants, devenu instituteur sur le tard, effectuait des...

Laïla Elmahir : La circulaire Duquesne est discriminatoire et surtout dangereuse

A la toute fin 2002, une jeune enseignante temporaire est apparue sur les écrans. Laïla Elmahir, romaniste enseignant le latin dans la commune Bruxelloise de Watermael Boisfort, avait reçu un certificat de bonnes vie et mœurs sur lequel était indiqué " Manque de respect par rapport aux représentants de l'ordre ". Ceci parce qu'elle avait refusé l'accès à son domicile à un policier sans mandat ! Dans les médias, elle ne se contentait pas de dénoncer le problème qui lui arrivait, mais contestait le principe d'une visite policière chez les enseignants. Nous lui avons demandé d'expliquer sa démarche

Vidéo du webinaire « L’École numérique, les leçons d’une crise »

Le 24 février 2022, Cécile Gorré (Aped) animait une vidéo-conférence consacrée à l'Ecole numérique. Elle révélait à cette occasion le processus de marchandisation de...

Rien n’arrête Paul Magnette !

En voilà un qui ose ! Paul Magnette, candidat à la présidence du PS, depuis lors élu sans surprise, se lâche dans un entretien...

Les plus lus...

Articles récents