Décret inscriptions : le bricolage continue

Dans la presse du 22 novembre, on apprenait que le CDH, parti de la ministre de l’enseignement obligatoire, M-M. Schyns, comptait remplacer le système de l’adossement par des partenariats pédagogiques (entre écoles primaires et secondaires). Rien d’acquis, encore : il fallait discuter ce changement en intercabinets, avant de le présenter au gouvernement, de modifier le décret inscriptions et le voter au Parlement. Le CDH joue gros : il risque d’être sanctionné – en mai prochain - par les électeurs de Bruxelles, là où la lutte des places est la plus tendue. Aux dernières nouvelles, l'idée est remisée au frigo (le PS y voyant une autre forme d'adossement) et une éventuelle révision du décret est reportée à la prochaine législature. Il est sans doute utile de rappeler la (pro)position de l'Aped en la matière.

Communiqué de presse : l’école démocratique s’éloigne encore un peu

Communiqué de presse de l'Aped, après lecture de la Déclaration de politique communautaire de la nouvelle majorité PS-MR-Ecolo L’Appel pour une école démocratique  (Aped) a...
Epreuve de français du CESS

Epreuve de français du CESS : peut (beaucoup) mieux faire…

L’épreuve externe de français pour l’obtention du CESS dans le qualifiant s’est déroulée ce jeudi 16 juin et ne sera pas épargnée par les...

La Plate-forme de Lutte contre l’Echec Scolaire et la CPU

L’Aped fait partie de la Plate-forme de Lutte contre l’Echec Scolaire, qui regroupe les syndicats enseignants et de nombreuses associations. Voici la position officielle de la Plate-forme à propos de la réforme CPU proposée.

Ségrégations et inégalités scolaires : comment les combattre ?

Lors des «6 heures pour l'école démocratique» un atelier en particulier a attiré beaucoup de participants : celui consacré aux inégalités et aux ségrégations...

L’école publique en sursis en Fédération Wallonie-Bruxelles ?

Depuis le début, le pacte d’excellence porte en lui les germes d’un processus de marchandisation de notre enseignement et vise à aligner l’école sur...
McKinsey-logo

Pourquoi nous ne voulons pas accueillir McKinsey à l’ULB

Les autorités de l’ULB négocient avec le géant de la consultance McKinsey un partenariat immobilier sur un de nos campus. Cette opération ne peut...

Contrat pour l’Ecole : une occasion manquée

S'il faut reconnaître un mérite au Contrat pour l'Ecole de Marie Arena, c'est assurément la lucidité de son constat de départ. A vrai dire, celui-ci était devenu incontournable. Les enquêtes PISA ont dévoilé au grand jour ce que les enseignants du secondaire stigmatisent depuis quinze ans : la baisse généralisée du niveau des apprentissages et le fossé croissant entre les établissements scolaires, en fonction notamment de l'origine sociale des élèves. Quant à l'efficacité des réformes pédagogiques (la dite « approche par compétences ») sensées remédier à ce double problème, les consultations des enseignants en 2003 et 2004 ne laissent guère subsister de doute. Le Contrat pour l'école reconnaît d'ailleurs qu'elles sont généralement jugées « négatives » et que les nouveaux référentiels qui les accompagnent manquent cruellement de lisibilité.

Laïla Elmahir : La circulaire Duquesne est discriminatoire et surtout dangereuse

A la toute fin 2002, une jeune enseignante temporaire est apparue sur les écrans. Laïla Elmahir, romaniste enseignant le latin dans la commune Bruxelloise de Watermael Boisfort, avait reçu un certificat de bonnes vie et mœurs sur lequel était indiqué " Manque de respect par rapport aux représentants de l'ordre ". Ceci parce qu'elle avait refusé l'accès à son domicile à un policier sans mandat ! Dans les médias, elle ne se contentait pas de dénoncer le problème qui lui arrivait, mais contestait le principe d'une visite policière chez les enseignants. Nous lui avons demandé d'expliquer sa démarche

Rien n’arrête Paul Magnette !

En voilà un qui ose ! Paul Magnette, candidat à la présidence du PS, depuis lors élu sans surprise, se lâche dans un entretien...

Les plus lus...

Articles récents