Généraliser les épreuves externes du CESS : une bonne ou une mauvaise idée ?

Instaurer à terme une série d’épreuves externes certificatives en 6e secondaire, comme le prévoit la DPC, est-ce une bonne idée dans le cadre du système belge ? De nombreuses questions se posent à ce propos, en raison du flou sur les motivations réelles à l’origine de l’instauration de tels examens, des modalités prévues actuellement, et, bien sûr, du contexte d’un système belge d’enseignement dont de multiples éléments d’organisation font déjà débat.

Cachez ce tronc…

L’Aped n’a pas caché sa déception quant au contenu du « Pacte pour un enseignement d’excellence ». Mais nous ne rejoignons pas pour autant toutes les...

Non au hold-up social !

Le jeudi 5 mai pourrait faire date dans l’histoire de l’enseignement en Communauté française de Belgique. Et dans l’histoire sociale tout court. Depuis 15 ans, on n’avait plus connu telle mobilisation. La grève, en Wallonie comme à Bruxelles, et la manifestation de Liège ont dépassé les espérances du front commun syndical. Au point de surprendre les médias… Quelles leçons peut-on en tirer ? Et quelles perspectives peut-on tracer pour la suite des événements ?

Le Groupe d’Intervention Scolaire (GrIS Wallonie) des LGBT injustement pris à partie

L'homophobie et l'hétérosexisme sont des insultes à l'intelligence et à l'humanité. C'est pourquoi nous ne tolérons pas que les interventions du GrIS Wallonie dans les écoles soient attaquées dans une carte blanche médiocre, publiée par la Libre Belgique ce 29 novembre. Le GrIS est un groupe d’intervenant-e-s bénévoles gays, lesbiennes et bisexuel-le-s, qui viennent dans les écoles pour tenter de démystifier l’homosexualité auprès des jeunes. Minorisés, étiquetés, stigmatisés, harcelés et discriminés, les lesbiennes, gays, bi et transgenres (LGBT) – et leurs proches, mais aussi les hétéros soupçonnés d’être homos – souffrent dans le système scolaire. Elèves comme membres du personnel. S’il n’existe, à notre connaissance, aucune étude quantitative à propos de l’impact de l’homophobie sur la scolarité – du moins en Belgique -, les enquêtes qualitatives ne manquent pas et révèlent toutes cette triste réalité. Les plus terribles et éclairantes ont trait au taux de suicides des jeunes LGBT. Alors, quand déboule dans le champ médiatique une carte blanche aussi effarante que celle que la Libre Belgique a jugé bon de publier aujourd'hui, nous nous devons de réagir ! A commencer par donner la parole à Joey P. Delatte...

Régionaliser l’enseignement ? Chiche !

Suite aux prises de position récentes de députés libéraux, puis socialistes, en faveur de la suppression de la FWB et donc notamment en faveur de la Régionalisation de l’enseignement, l’Aped (Appel Pour une Ecole Démocratique) tient à exprimer ce qui suit.

D’une législature à l’autre

Exit Christian Dupont. Voici venir Marie-Dominique Simonet. L'occasion, pour l'Aped, de faire le bilan de la législature sortante. Le projet de l'Aped “vers l'école commune” a été couché sur papier en 2006. L'action des gouvernements sortants nous a-t-elle rapproché de l'école démocratique tant désirée ? Nous sommes loin du compte et, avouons le, peu enclins à croire que le changement de têtes dirigeantes suffira à changer la donne...

Contrat pour l’Ecole : une occasion manquée

S'il faut reconnaître un mérite au Contrat pour l'Ecole de Marie Arena, c'est assurément la lucidité de son constat de départ. A vrai dire, celui-ci était devenu incontournable. Les enquêtes PISA ont dévoilé au grand jour ce que les enseignants du secondaire stigmatisent depuis quinze ans : la baisse généralisée du niveau des apprentissages et le fossé croissant entre les établissements scolaires, en fonction notamment de l'origine sociale des élèves. Quant à l'efficacité des réformes pédagogiques (la dite « approche par compétences ») sensées remédier à ce double problème, les consultations des enseignants en 2003 et 2004 ne laissent guère subsister de doute. Le Contrat pour l'école reconnaît d'ailleurs qu'elles sont généralement jugées « négatives » et que les nouveaux référentiels qui les accompagnent manquent cruellement de lisibilité.

Pas d’excellence sans vision et sans ambition

Ce lundi 26 janvier, la ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles, Joëlle Milquet (CDH), a officiellement présenté son projet de « Pacte pour un enseignement d’excellence ». La ministre nous avait reçu à ce sujet, début janvier, et avait annoncé qu’il s’agissait, dans son esprit, de répondre positivement à la demande d’une « refondation de l’école » lancée il y a un an par la Plateforme de lutte contre l’échec scolaire, dont fait partie notre association. Nous avons analysé soigneusement le document de présentation de ce Pacte...

Dossier : vers un enseignement d’excellence ?

Un dossier complet sur le Pacte d'Excellence : - Les inégalités prises à bras le corps ? - Revaloriser le qualifiant exigera d’avantage de cohérence - Un tronc commun ambitieux ? Ce qui nous réjouit et ce qui nous inquiète - A quoi doit servir l’Ecole ? - McKinsey phagocyte le Pacte pour un enseignement d’excellence - Autonomie et Responsabilisation : les deux mamelles d’une « nouvelle » gouvernance

Attention, fruits amers !

Autant l’annoncer d’entrée : nous n’aimons pas, mais alors pas du tout, la Déclaration de politique communautaire rédigée par le CDH, Ecolo et le PS. Nous y trouvons bien quelques intentions de nature à nous réjouir, mais aussi bien le lexique que le contenu du projet - et (peut-être surtout) ce qui ne s’y trouve pas -, nous font penser que les fruits de l’olivier seront amers. A mille lieues de nos désirs d’Ecole commune.

Articles récents