PISA, Invalsi, Harmos (sur la comparaison des compétences)

Facebooktwittergoogle_plusmail

Quelle est la fonction de la mesure des compétences? Quelle est la fonctionnalité des comparaisons entre des établissements scolaires, ou entre les systèmes scolaires ?
Dans quelle façon les comparaisons (PISA, INVaLSI, Harmos) entre les établissements, ou entre les systèmes scolaires, concernent les lois du marché ? Et qu’est-ce qu’elles ont à voir avec le développement du marché ?
De quelle manière ces comparaisons ont à voir avec la marchandisation de l’école ?

Supposons une comparaison entre un institut A et un institut B, ou entre un système scolaire national A et un système scolaire national B.
Supposons, après mesure et contrôle des résultats des élèves, que A est meilleur que B, que les résultats de A sont plus élevés que ceux de B.
Il s’ensuit que A > B.

Quelles sont les hypothèses possibles ?

– ils ont mieux travaillé,
– ils ont plus d’argent,
– ils ont un meilleur rapport élèves/enseignant,
– ils ont des meilleurs élèves,
– ils ont un meilleur rapport élève/ordinateur,
– ils ont des services parallèles d’assistance, d’étude, d’accompagnement éducatif,
– ils ont des services de gestion de l’inadaptation scolaire,
– les enseignants gagnent plus,
– l’école a des salles de classes spacieuses,
– …

se posent donc des thèmes d’inégalité, parmi le corps professoral, ou chez les étudiants, ou dans les conditions de travail.

En l’absence de démocratie sociale et économique, une école démocratique, voudrait au minimum que l’égalité des chances soit réelle et mise en pratique, au moins dans l’offre de la formation destinée aux jeunes élèves et aux étudiants.

La société capitaliste veut au contraire accroître la concurrence. Elle introduit la notion de marché, étant donné que “cela conduit à améliorer l’offre”, et que les usagers auront tendance à choisir le meilleur produit, ou le meilleur rapport qualité/prix.

… mais le choix du produit de qualité est réservé à un petit nombre d’individus.

Il est clair que la concurrence entre les institutions conduira à avoir des institutions plus « prestigieuses » que d’autres ; avec un rapport qualité/prix que seuls quelques privilégiés (parmi tant d’autres) pourront se permettre.
Ecoles de série A et écoles série B. Etudiants pour écoles de série A et étudiants pour écoles de série B.

La concurrence entre les établissements scolaires équivaut à une division du travail intellectuel (entre les mieux et les moins bien payés, avec meilleur ou pire blason social, …).

La comparaison entre les établissements scolaires n’est qu’un instrument qui favorise cette division, elle est aussi l’instrument qui fait des écoles “un tapis à dérouler sur le marché” …