Home Tags Histoire

Tag: Histoire

Une formation socialement utile ?

Une des chansons qui figuraient sur le premier album du compositeur-interprète Tom Paxton, Ramblin’ Boy, était What did you learn in school today, dear little boy of mine? C’était en 1964. La version de Pete Seeger a fait connaître ce tube dans le monde entier, qui traversa l’océan durant la fameuse année de protestation de 1968. En France c’est Graeme Allwright qui dénonça l’enseignement, tandis qu’en Flandre les Elegasten hurlaient leur mécontentement sur l’enseignement des Golden Sixties. 40 ou 45 ans après mai 68, l’on peut constater que, pour de nombreux élèves et étudiants, la connaissance sociétale pertinente est plutôt maigre.

W.S. Allen, Une petite ville nazie

1930 – 1935. Les années où la dictature nazie a triomphé de la démocratie allemande. L’enquête dont je vous recommande la lecture présente un intérêt tout particulier. Allen s’est, en effet, penché sur la montée du nazisme dans une seule et unique petite ville, Thalburg dans le livre, certainement Northeim, en Basse Saxe, en réalité. Après avoir recueilli des centaines de témoignages et lu les archives et les journaux locaux de l’époque, il a écrit – édition originale en 1965 – cette magistrale reconstitution chronologique, relatée presque au jour le jour.

Angela Davis, une « terroriste » honorée à l’ULB

Le doctorat Honoris Causa est un titre honorifique qu’accorde l'université à des personnalités qu’elle estime devoir être distinguées pour leur rôle politique ou social exceptionnel. Au...

Ecole et discipline : retour au 19e siècle ?

Par certains aspects, l'évolution "sécuritaire" dans l'enseignement aujourd'hui n'est pas sans rappeler ce qui advint de l'école au 19e siècle.

« Apocalypse » ou la négation de l’esprit critique

Personne n’aura échappé au battage médiatique qui accompagnait la diffusion du documentaire “Apocalypse”, consacré à la seconde guerre mondiale. Un battage payant, puisque les six épisodes ont valu à la RTBF d’excellents scores à l’audimat. En France, pas moins de six à sept millions de téléspectateurs ont été scotchés devant leur écran. La série a immédiatement été disponible en DVD, ce qui lui promet une diffusion plus large encore. Notamment dans les cours d’histoire. Dommage car, comme le souligne Lionel Richard dans le Monde diplomatique de novembre 2009, cette série documentaire donne “à voir, mais pas à réfléchir”(1). A l’exact opposé de la citoyenneté critique que l’école est censée promouvoir …

Dulce CHACON, Voix endormies

1939. La guerre d’Espagne est quasiment pliée. Franco au pouvoir, la répression est terrifiante. Subsistent à peine quelques poches de résistance, réduites au maquis. Qui entretiennent l’espoir de voir renaître la République, un espoir plus vif encore – mais on sait ce qu’il en advint – quand la guerre mondiale prendra un tour favorable aux alliés. Quatre femmes sont détenues dans le couvent-prison de Las Ventas, à Madrid. Elles sont tombées pour « délit politique », entendez qu’elles paient le prix de leur engagement.

Remarques sur une bibliographie d’histoire…

Annie Lacroix-Riz, professeur d'histoire contemporaine à l'uuniversité Paris 7, nous envoie une critique sévère de la bibliographie parue dans Historiens et Géographes, sur la nouvelle question d'histoire contemporaine intitulée « Penser l'Europe, 1919-1992 ». Etant donné la longueur du texte, nous vous le proposons uniquement au téléchargement.

Paco Ignacio Taibo II

L'œuvre de Paco Ignacio Taibo II présente deux visages : historien, il s'est imposé avec un égal brio dans le roman noir. Né en...

Le fondamentalisme américain

De la Russie au Venezuela, de l'Ukraine au Liban, n'importe quelle élection, n'importe quelle décision gouvernementale importante suscite des indignations, des menaces, des interventions diplomatiques ou militaires américaines et, plus généralement, occidentales. On peut suggérer que le véritable équivalent occidental du « fondamentalisme » religieux n'est pas tant le christianisme, même dans sa version protestante radicale, mais plutôt cette volonté de contrôler et de dominer le monde. Cette ingérence tous azimuts se légitime au nom de la démocratie et des droits de l'homme, discours qui remplace les idéologies antérieures, christianisme ou « mission civilisatrice », ayant servi de justification au colonialisme. On peut néanmoins se poser deux questions : cette ambition est-elle légitime et est-elle réaliste?

Einstein, la Bombe et le FBI

Albert Einstein (1879-1955) a été le physicien le plus important du 20e siècle par les découvertes révolutionnaires qu'ils a accomplies entre 1905 et 1925 [1]. Résident aux Etats-Unis de 1933 à 1955, son prestige n'a fait que s'amplifier dans le grand public, non seulement par sa renommée scientifique mais toujours plus par ses prises de position et actions dans le domaine politico-moral. Ici, nous allons considérer (l'évolution de) la position d'Einstein vis-à-vis de l'armement nucléaire des Etats-Unis entre 1939 et 1955. En même temps, par son combat anti-fasciste et anti-raciste et surtout par son rejet clair et net de l'anticommunisme couplé à son opposition déterminée à l'armement nucléaire des Etats-Unis, Einstein est devenu, après 1945, la bête noire de Edgar Hoover, le maître du FBI, la Police fédérale des Etats-Unis. Celui-ci avait fait constituer un dossier secret contre Einstein de 1800 (mille huit cent) pages [2] afin de pouvoir le dicréditer, voire le faire expulser des Etats-Unis !

Les plus lus...

Articles récents