L’invité de « Matin Première »

Voor de eerste schooldag had de RTBF-radio dit jaar behalve onderwijsminister Marie-Dominique Simonet ook Nico Hirtt uitgenodigd voor “Matin Première”. De lezers van “De democratische school” kennen Nico Hirtt als auteur van menig dossier en van meerdere boeken over onderwijs. Hij schrijft ook regelmatig vrije tribunes in de (Franstalige) pers. Zo kwam hij de jongste tijd meermaals tussen in de polemieken rond het inschrijvingsbeleid in het Franstalig onderwijs

Droit à l’enseignement et liberté d’enseignement

Le vendredi 16 octobre, la ministre Marie-Dominique Simonet a réuni les représentants d'une vingtaine d'associations, syndicats, PO,... au Parlement de la Communauté française de Belgique en vue de confronter leurs points de vue concernant la problématique des inscriptions scolaires dans l'enseignement secondaire. Voici la contribution écrite remise à cette occasion par le représentant de l'Aped, Nico Hirtt. Celui-ci a également pu présenter ces propositions dans une brève allocution.

Trop dépensier, l’enseignement francophone ?

Certains experts, largement cités par les milieux gouvernementaux, affirment que l'enseignement francophone serait trop coûteux. En réalité, lorsqu'on compare les coûts par élève au Nord et au Sud de la Belgique, c'est en Communauté française que les dépenses sont, de loin, les plus faibles.

Mater dolorosa et Pinocchio

« Je ne demande pas aux syndicats de se réjouir, ni de cautionner les mesures d'économies. C'est au politique d'assumer. […] On est devant une crise, dont ils ne sont pas responsables, et moi non plus. » Ainsi parlait Marie-Dominique Simonet (1). Ne ratez désormais aucune de ses apparitions dans les médias et sachez apprécier le doux visage de Mater dolorosa qu’elle ne manquera pas de composer devant les caméras. Car telle sera sa ligne de défense.

Attention, fruits amers !

Autant l’annoncer d’entrée : nous n’aimons pas, mais alors pas du tout, la Déclaration de politique communautaire rédigée par le CDH, Ecolo et le PS. Nous y trouvons bien quelques intentions de nature à nous réjouir, mais aussi bien le lexique que le contenu du projet - et (peut-être surtout) ce qui ne s’y trouve pas -, nous font penser que les fruits de l’olivier seront amers. A mille lieues de nos désirs d’Ecole commune.

D’une législature à l’autre

Exit Christian Dupont. Voici venir Marie-Dominique Simonet. L'occasion, pour l'Aped, de faire le bilan de la législature sortante. Le projet de l'Aped “vers l'école commune” a été couché sur papier en 2006. L'action des gouvernements sortants nous a-t-elle rapproché de l'école démocratique tant désirée ? Nous sommes loin du compte et, avouons le, peu enclins à croire que le changement de têtes dirigeantes suffira à changer la donne...

Bilan de l’action gouvernementale et propositions de la plate-forme

Dossier de presse L’échec scolaire : bilan du Gouvernement de la Communauté Française Introduction Le 1er septembre 2003, une dizaine de citoyens issus des mondes...

Mixité sociale : il y a loin de la coupe aux lèvres

L’Aped constate que la note d’orientation adoptée ce vendredi 16 mai par le gouvernement de la Communauté Française partage avec le décret dit « Inscriptions » l’objectif de mixité sociale. Ceci afin de lutter contre les inégalités criantes qui caractérisent notre système éducatif.

Vol de vautours sur l’école

Un grand homme politique français en mal d'inspiration déclarait récemment que "l'enseignement est un tremplin pour l'avenir". Cette maxime s'applique tout particulièrement en Belgique francophone, sinon aux élèves, du moins aux ministres en charge du système éducatif. En un peu plus de trente ans de carrière, j'ai en effet eu le plaisir de voir nos écoles et universités servir de tremplin à une vingtaine de ministres différents.

Quel lien entre réussite scolaire et le service d’une femme de ménage ?

Ainsi Mme Bertieaux (MR), relayée par le groupe Sudpresse et la télévision, se scandalise parce que, dans un test destiné à l'évaluation scolaire on demande aux enfants si une femme de ménage travaille chez eux et quelle langue ils parlent à la maison. Pour la responsable libérale il s'agirait là d'une "atteinte à la vie privée" qui "prend les enfants en otage". Rien de moins !

Articles récents