Diaporamas des 6h pour une École démocratique

Facebooktwittergoogle_plusmail

Le 16 novembre, l’Aped organisait ses traditionnelles « 6 heures pour une École démocratique ». Nous vous proposons ici, lorsqu’ils sont disponibles, les diaporamas utilisés par les intervenants dans différents ateliers.

Cliquez sur le titre, en haut d’un diaporama, pour le voir en grand format. Ensuite vous pourrez le télécharger (au format PDF) en utilisant le bouton en bas à droite. Lorsque vous revenez à la page initiale après avoir consulté un diaporama en grand, il se peut que vous deviez recharger la page dans votre navigateur.

Ateliers francophones

1. L’école face au dérèglement climatique

Intervenants : Jean-Pascal van Ypersele (Professeur à l’UCLouvain et ancien Vic-Président du GIEC) et Olivier Mottint (enseignant et militant Aped)

Diaporama d’Olivier Mottint :

 

2. Les inégalités scolaires sont-elles solubles dans le Pacte d’excellence ?

Débat entre Pierre Waaub (CGé) et Nico Hirtt (Aped), modéré par Marc Demeuse (UMONS).

Diaporama de Marc Demeuse

Diaporama de Pierre Waaub

Diaporama de Nico Hirtt

 

3. Mathématiques et multiculturalisme

Intervenants : Jean-Michel Delire (mathématicien et spécialiste en histoire et philologie orientales) et Pierre Delire (coordinateur-animateur à l’asbl « Bouillon de Cultures »)

 

4. L’éveil de la pensée critique chez l’enfant en histoire et géographie.

Intervenant : Marc Jansen (instituteur et militant Aped)

 

Intervention de Guy Lambert

 

5. Parler des conflits aux jeunes, est-ce difficile ?

Intervenant : Michel Collon (Investig’Action)

 

6. Le salut par l’alternance ?

Intervenants : Philippe Hambye (sociolinguiste et professeur à l’UCLouvain) et Jean-Louis Siroux (sociologue et chargé de cours à l’ULB)

 

7. Les enfant-soldats, une invention du 21ème siècle ?

Intervenante : Anne Morelli (docteur en histoire contemporaine, professeure à l’ULB)

 

8. Pourquoi étudier Vygotski au XXIe siècle ?

Johnny Coopmans (psychologue, auteur de Lev Vygotski, 1896-1934: Un psychologue marxiste moderne) :

 

9. L’enseignement bilingue à Bruxelles

Intervenants :  Sven Gatz (Open VLD, Ministre bruxellois de la Promotion du multilinguisme), Anna Posma (Project Manager Haute Ecole Francisco Ferrer), Piet Van de Craen, (linguiste VUB), Jean-Pierre Kerckhofs (député PTB au Parlement bruxellois et au Parlement de la fédération Wallonie-Bruxelles, ex-président de l’Aped).

 

10. Quelles pratiques pour une école égalitaire et efficace ?

Intervenante : Marie Bocquillon (assistante-doctorante à l’UMons)

 

11. L’écriture égalitaire

Intervenante : Marie-France Zicot (Formatrice CEMÉA)

 

12. Les attentes des familles pauvres envers l’école

Intervenante : Christine Mahy (Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté)

 

13. Éducation à l’esprit critique

Intervenante : Michèle Janss (enseignante et militante Aped)

 

14. École entre pilotage et marchandisation

Intervenants : Marc JansenPierre-Yves HenrottayCécile Gorré (enseignants et militants Aped)

Diaporama de Cécile Gorré

Diaporama de Pierre-Yves Henrotay

Diaporama de Marc jansen

 

15. Migrants et droits humains

Intervenante : France Arets (CRACPE), accompagnée de témoins

 


Ateliers néerlandophones

2. Daalt het niveau?

Debat met Roger Standaert (architect van de eerste Vlaamse eindtermen, professor em UGent), Jan Van Damme (pionier van het longitudinaal onderwijsonderzoek, prof KU Leuven), Tino Delabie (Ovds).

 

3. Lege brooddozen vertellen

Panel met Lars Van Santvoort (adjunct provinciaal secretaris ACOD onderwijs provincie Antwerpen, oud-directeur basisschool De Schakel, Hoboken), Elle Mieke Winten ( BMLIK, Beweging van mensen met een laag inkomen en kinderen), Fatiha Rachdi (brugfiguur stedelijk onderwijs Gent), Dominique Willaert (opiniemaker, artistiek directeur Victoria Deluxe).

 

4. De Vlaamse Canon

Herwig Lerouge (medewerker Lava)

 

6. Klimaat in de klas

Sarah El Jari (zesde leerjaar, Maria Boodschap Brussel), Johanna Vandenbussche (BSO, KTA MoBI, Gent), Thomas Vleeshouwers (ASO, KA Berchem), Wim Benda (Atheneum Irishof Kapellen), Nikei De Pooter (pedagogisch directeur, KA Berchem).

 

7. Arme scholen, rijke scholen

Ides Nicaise maakt een balans op van 15 jaar gelijke kansenbeleid in het Vlaams onderwijs. De sociale segregatie (het naast elkaar bestaan van scholen met een andere sociale samenstelling van leerlingen) blijft hier groot. Welke impact heeft schoolse segregatie op de prestaties van leerlingen? Welke maatregelen zijn wenselijk, oa op het vlak van inschrijvingsbeleid?

Ides Nicaise (professor KU Leuven, auteur van “15 jaar gelijke kansenbeleid: een balans”), Nico Hirtt (voorzitter Ovds, hij bewees met een computersimulatie op basis van de reële schoolpopulatie in het lager onderwijs van het Brussels Gewest dat een inschrijvingsbeleid mogelijk is dat nabijheid en sociale mix verzoent) .

Diaporama de Ides Nicaise

Diaporama de Nico Hirtt

 

8. Een nieuwe Freinetschool oprichten

Met Geert Van Hout (coördinator Freinetscholen Keerpunt), Kris Denys (FOPEM, Federatie pluralistische en emancipatorische methodescholen).

3 COMMENTS

  1. Merci pour ces rencontres et ces moments enrichissants !

    Par contre, nous sommes un peu surpris qu’un atelier sur l’enseignement explicite soit au programme (le numéro 10). Sans doute pour provoquer le débat contradictoire, on l’espère en tout cas.

    En ce qui me concerne, ces méthodes ont été imposées dans mon école et le moins que l’on puisse dire c’est que l’équipe est loin d’avoir été convaincue.
    Quand on se renseigne sur l’histoire de ces méthodes, l’idéologie qui en est à l’origine et les arguments douteux qu’emploient ses défenseurs pour les vendre aux enseignants, ça en devient même carrément suspect.

    Si vous en avez la curiosité, je vous invite à lire (ou relire) deux articles de mon blog dans lesquels je décris ma petite expérience et où je tente de gratter derrière la surface pour comprendre ce qu’est réellement ce fameux enseignement « explicite » ainsi que ces méthodes issues de la mouvance « Evidence-based education ».

    Le premier article :
    http://bit.ly/e-based
    Le deuxième :
    http://bit.ly/propagande-e-based

  2. L’Aped n’a pas de « religion » en matière de pédagogie. Nous croyons même plutôt qu’aucune pratique n’est efficace si on l’impose aux enseignants contre leur volonté. En revanche, nous sommes intéressés d’étudier et de diffuser tout ce que l’expérience des pédagogues de terrain et les recherches des experts peuvent nous apprendre. C’est dans cet esprit que nous organisons, lors de nos 6h, des ateliers où diverses approches peuvent être abordées. Nous avons par exemple à plusieurs reprises organisé des ateliers sur la pédagogie Freinet (et il y en a un, cette année, dans les ateliers néerlandophones).
    Je dois aussi souligner que le concept d’enseignement explicite ne s’oppose pas forcément aux didactiques constructivistes (voir: http://www.cahiers-pedagogiques.com/Constructivisme-ou-enseignement-explicite ).
    Le débat essentiel pour nous n’est pas « comment apprend-on ? » mais « qu’apprend-on ? ». Quels savoirs, quels savoir-faire, quelles attitudes, quelles valeurs… l’école transmet-elle, construit-elle, développe-t-elle… ?

    • Merci pour votre réponse.

      Bien sûr, il est légitime de vouloir diffuser les résultats de la recherche. Mais c’est justement là qu’il faut être prudent. Car si le courant d’idées dont il est question (Evidence-based/enseignement Explicite) s’appuie effectivement sur certaines études pour se donner une forme d’épaisseur, il n’est en rien représentatif de la recherche au sens général.
      On aimerait qu’un vaste état des lieux de la recherche en Éducation soit entrepris, sans parti pris pour l’une ou l’autre approche et que ses conclusions soient largement partagées mais malheureusement, ce n’est pas ce qui est proposé ici.

      Mettre en avant les études qui vont dans le sens voulu, en gonfler généreusement les résultats, ne pas tenir compte des recherches contradictoires (dont certaines font pourtant autorité aujourd’hui), etc… Quand on observe la façon dont ce courant d’idées pratique la science, elle apparaît pour le moins sélective. Et la volonté de ses partisans de démontrer à tous crin l’efficacité de leurs méthodes finit par les entraîner dans une zone grise entre la science et l’imposture.

      Pour avoir pratiqué ces méthodes et m’être un peu informée sur leur origine, je constate que malgré une objectivité de façade plutôt habile, elles participent d’une forme d’idéologie paradoxale. De plus nous assistons, notamment à travers les différents avis du Pacte d’Excellence, à une opération de prosélytisme à leur égard.

      Quant au fameux article des Cahiers Pédagogiques, nous le connaissons bien-sûr.
      Si les pédagogues progressistes tentent d’être plutôt rassembleurs et conciliants, notamment à travers ce genre de texte, du côté des défenseurs de l’Explicite en revanche, cette position est loin d’être partagée. Cet article précisément les a fait bondir et ils n’ont pas lésiné sur les commentaires acides à son sujet. Selon eux, vouloir concilier les deux approches est impossible, l’opposition entre l’Explicite et le Constructivisme étant « ontologique, parfaitement fondée et surtout irréductible ».
      http://bernardappy.blogspot.com/2017/05/lenseignement-explicite-dans-les.html

      Un article plus récent et du même genre dans les Cahiers Pédagogiques a aussi fait l’objet de critiques si virulentes de leur part qu’elles confinaient véritablement à l’insulte :
      http://bernardappy.blogspot.com/2019/03/dossier-sur-le-constructivisme-explicite.html

      À les lire, la guerre contre les pédagogies actives ou « constructivistes » semble apparemment avoir été déclarée. Et on a l’impression qu’ils veulent vraiment en découdre.

      Enfin bref, revenons à l’essentiel : merci encore pour votre initiative de mettre sur pied cet événement. Vraiment.
      J’espère que ma réponse n’est pas trop agressive car je respecte l’APED et les positions que vous défendez. Je comprends la volonté d’observer une certaine neutralité, mais je ne peux que vous recommander de faire preuve de vigilance.

      Et je vous invite de tout cœur à lire notre dernier article qui essaye précisément d’aller au-delà des discours séduisants de cette curieuse vague aux accents scientistes pour tenter d’en comprendre les rouages (en fin d’article, l’analyse d’une conférence de Steve Bissonnette, l’auteur francophone de référence pour l’enseignement Explicite, illustre bien cette idée de “zone grise” que certains n’hésitent pas à emprunter) :
      http://bit.ly/propagande-e-based

      Vous voyez, le débat contradictoire a déjà commencé 😉

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here