Grèves : dans les écoles fondamentales aussi, on peut…

Facebooktwittergoogle_plusmail

Inimaginable de fermer les écoles fondamentales pour motif de grève ? Cette lettre destinée aux parents d’une école liégeoise le dément. Et ça marche. Ainsi, l’équipe pédagogique participe au mouvement social… et les parents sont sensibilisés.

Liège, le 24 octobre 2014

Objet : actions citoyennes du personnel de l’école

Chers parents,

Des actions syndicales sont annoncées ces prochains jours.

Comme notre personnel semble s’orienter en faveur d’une lutte sociale et donc du suivi des mots d’ordre, il me paraît important de rappeler les points suivants :

• La mobilisation des enseignants et des auxiliaires d’éducation s’inscrit dans la lignée de la résistance générale des travailleurs à l’austérité : la réforme des pensions, le saut d’index, les différentes mesures d’austérité susceptibles d’appauvrir une partie de la population déjà fragilisée ainsi que le démantèlement du service public en général. Ces coupes budgétaires toucheront tous les travailleurs, autrement dit, elles vous concernent aussi ! Et à plus ou moins long terme, nos enfants !

• Nous avons la chance de vivre dans une démocratie. La Belgique a signé La Charte sociale européenne. Cette Charte est établie de manière à améliorer la Convention européenne des droits de l’homme.

extrait :
Article 6 – Droit de négociation collective
En vue d’assurer l’exercice effectif du droit de négociation collective, les Parties contractantes s’engagent :
1. à favoriser la consultation paritaire entre travailleurs et employeurs;
2. à promouvoir, lorsque cela est nécessaire et utile, l’institution de procédures de négociation volontaire entre les employeurs ou les organisations d’employeurs, d’une part, et les organisations de travailleurs, d’autre part, en vue de régler les conditions d’emploi par des conventions collectives;
3. à favoriser l’institution et l’utilisation de procédures appropriées de conciliation et d’arbitrage volontaire pour le règlement des conflits du travail;

et reconnaissent :
4. le droit des travailleurs et des employeurs à des actions collectives en cas de conflits d’intérêt, y compris le droit de grève, sous réserve des obligations qui pourraient résulter des conventions collectives en vigueur.

En tant que directeur, il est de ma responsabilité de préserver le droit de grève de l’équipe éducative et d’organiser, suivant les cas, une garderie minimale pour les élèves. Comme l’impose la loi, l’école sera ouverte de 8h30 à 15h25. Toutefois, si l’ensemble du personnel est en grève, je devrai orienter les élèves présents vers des écoles voisines qui disposeraient du personnel de garderie ad-hoc. Ces conditions ne me paraissent pas idéales pour les enfants, c’est pourquoi je vous demande déjà de prendre vos dispositions.

Vous avez choisi d’inscrire votre / vos enfant(s) dans une école qui s’inspire de la pédagogie Freinet. N’oublions pas que la spécificité de la pédagogie Freinet depuis ses origines, est un choix pédagogique en lien étroit avec un engagement social et politique. Je compte donc sur votre compréhension.

Pour terminer, afin que chaque famille puisse s’organiser au mieux, voici déjà les dates des prochaines actions possibles :
– Jeudi 6 novembre : manifestation à Bruxelles. La plupart des enseignants s’y rendront. Si vous souhaitez les accompagner, vous êtes les bienvenus !
– Lundi 1er décembre : mot d’ordre de grève de la CGSP.
– Lundi 15 décembre : grève générale (organisation de piquets).

Je me tiens évidemment à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Bien à vous,

La Direction