Les enseignants grecs en grève pendant trois jours contre les licenciements

Facebooktwittergoogle_plusmail

En Grèce, les enseignants ont fait grève trois jours cette semaine, de mercredi à vendredi. Les deux premiers jours, cette action a été menée aux côtés des autres travailleurs du secteur public organisés dans la fédération syndicale ADEDY.

A la fin de cette semaine, la période de suspension de 2.500 enseignants se termine et est susceptible d’être suivie du licenciement pur et simple de ceux-ci. Ces licenciements, avec des milliers d’autres pertes d’emplois dans le secteur public, ont été dictés par le gouvernement soumis à la volonté de la Troïka [composée de l’Union européenne, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international].

Les enseignants se sont engagés dans une lutte longue et déterminée pour défendre l’éducation publique. Plus tôt ce mois-ci, des membres du syndicat des enseignants du secondaire (OLME), aux côtés de militants d’autres syndicats du secteur public, ont été attaqués par la police anti-émeute et quatre d’entre eux ont du être hospitalisés.

Voici une déclaration de OLME sur les développements de cette semaine:

« Le 22 mars marque la date limite de la période de suspension de 8 mois imposée aux enseignants permanents du secteur public et, plus que jamais, nous faisons face au risque de licenciements d’enseignants.

Pendant toute cette semaine, OLME a organisé des manifestations, des actions de protestation et des réunions dans tout le pays. OLME a également appelé à une grève de trois jours (19-21/3), dont les deux premiers en commun avec l’ADEDY, la Confédération grecque du secteur public.

Le gouvernement grec se soustrait à ses responsabilités face aux enseignants suspendus et à notre syndicat, il refuse de donner une solution et il renvoie la décision finale d’un ministre à l’autre.

Nous continuons nos luttes contre les licenciements d’enseignants et d’autres travailleurs du public et du secteur privé.

Nous nous battons pour le droit à des emplois stables et permanents pour tout le monde.

Nous nous battons pour les écoles publiques et pour un enseignement public de qualité pour tous les enfants, contre toute discrimination sociale.

Pas un professeur ou un étudiant en moins!

L’avenir appartient aux travailleurs! »

THEMIS Kotsifakis
Président de l’OLME, Fédération grecque de l’Enseignement Secondaire (Secteur Etat)

Article publié le 19 mars 2014 sur le site www.teachersolidarity.com
Traduction française sur skolo.org par Jean Peltier