Du mal-être des parents de nos élèves au travail

Facebooktwittergoogle_plusmail

Pensez donc. C’est même pas un marxiste claquemuré dans ses convictions archaïques qui l’affirme ! L’info vient en droite ligne d’un des temples du néolibéralisme, l’OCDE : 20 % des salariés des pays industrialisés sont atteints de problèmes de santé mentale (e.a. dépression et anxiété). Et ce problème de santé publique serait étroitement lié au système économique : « la précarisation croissante des emplois et l’augmentation actuelle des pressions au travail pourraient entraîner une aggravation des problèmes de santé mentale dans les années à venir ».

Bien sûr, ce qui les préoccupe, eux, c’est la perte de productivité que cela induit. Leur cynisme se traduit encore dans les solutions qu’ils prônent : soigner plus de personnes et plus précocement. Surtout pas remettre en cause la logique capitaliste, (re) pensez donc !

Ce qui nous pousse, nous, à publier cette brève, c’est que, outre le lien entre travail aliénant et mal-être des travailleurs, nous pensons aux répercussions inévitables que cela doit avoir sur leurs enfants. Car on ne nous fera pas croire que ce mal-être ne les atteint pas.

PhS (source : Le Monde en ligne, consulté le 13/12/11)

2 COMMENTS

  1. Du mal-être des parents de nos élèves au travail
    A méditer!!!

    Et si on y ajoute le nombre d’ enfants de 4 ans souffrant de problèmes digestifs nécessitant traitements médicamenteux : crampes, constipation,vomissements, acidité…
    Pédiatres rassurent parents en disant que c’ est psychosomatique…Que l’ enfant est trop anxieux, trop sensible …sans que cela leur pose questions de fond.
    A méditer aussi…

  2. Du mal-être des parents de nos élèves au travail
    Et que penser de nos hommes politiques de tous bords qui n’osent jamais remettre ce système en question ?
    Est-ce la fin de la démocratie au profit de la dictature économique et des partis extrémistes ?
    Voilà, nous y sommes, un esclavage moderne assez similaire à ce que l’histoire nous apprend, mais sous une forme… édulcorée.
    Les profs, ces râleurs, ne sont jamais contents et critiquent toujours…va t-on s’entendre dire !

Comments are closed.