Mobilisation étudiante dans toute la Grèce

Facebooktwittergoogle_plusmail

Plus de 167 facultés (universités et hautes-écoles) sont occupées par les étudiants dans toute la Grèce. Jour après jour, le nombre d’Assemblées Générales qui décident l’arrêt de toute activité académique augmente. La vague contestatrice avale des universités entières et cela à quelques jours du début de la session des examens.

Ce Mercredi 24 Mai une faculté supplémentaire s’est ajoutée à la longue liste des occupations, celle de Médecine de l’Université Aristotélique (une des deux universités de Thessalonique). Suite à un débat plutôt chaud entre les divers groupes politiques de la faculté qui aura duré 4 heures, l’Assemblée Générale de médecine a basculé dans le camp de la contestation. Le mot d’ordre principal est : « non à la loi-cadre » proposée par le « Ministère de l’Education et des Religions ». Cette nouvelle loi-cadre (proposition par une commission d’experts en vue de devenir une loi en juillet et d’entrer en vigueur dès septembre) propose la modernisation du système de l’enseignement supérieur grec. A savoir :
L’introduction du syllabus/livre de référence payant. Aujourd’hui en Grèce l’Enseignement (Primaire, Secondaire, Tertiaire/Supérieur) est gratuit et public. Ceci est un droit assuré dans la Constitution grecque (article 16). Ni droit d’inscription, ni livre, ni syllabus ne sont payants. Selon la loi cadre, ceci est un mode distribution dépassé qui encourage la stagnation et le monopole. Selon cette proposition il faudrait avoir un choix de livres payants.
Les AG des étudiants sont collectivement contre cette proposition. Certains syndicats étudiants soulèvent le fait qu’effectivement il y a une stagnation et que cela nécessite le renouvellement des manuels, mais disent clairement que cela ne passe pas par une introduction des manuels payants.
La reconsidération de « l’asile académique » . Aujourd’hui l’asile assure la liberté d’expression et de circulation d’idées dans tous les lieux académiques. Ainsi la police ne peut aujourd’hui entrer dans les lieux académiques que dans des cas extrêmes (accord unanime d’une Commission d’Asile). La loi cadre propose la création d’une Commission des Recteurs qui décidera sur base d’une majorité des 2/3 de lever ou pas l’asile. La loi cadre justifie cette proposition en disant qu’aujourd’hui il y a des abus et que l’asile fait appel a des époques du passé (dictature) ou la liberté dans les universités ne pouvait être assurée que par l’asile.
Les AG voient ici un danger démocratique et une limitation potentielle de leur pouvoir de contester les politiques au sein de leur établissement.
Limitation des possibilités de doubler 2 ou 3 fois, selon la faculté. Aujourd’hui les étudiants en Grèce peuvent rester aux études le temps qui est nécessaire pour passer leurs examens. Ainsi nous avons les phénomènes des « étudiants éternels ». Toutefois selon le Service National de Statistiques, 60% des étudiants doivent travailler à côté de leurs études parce que leurs parents ne peuvent pas assurer leurs dépenses de base. Ceci explique pourquoi beaucoup d’étudiants prennent plus de temps aux études. D’ailleurs le système d’éducation a était fait ainsi pour répondre à ce phénomène. Selon la loi-cadre, ces étudiants sont des fainéants et coûtent trop à l’Etat. Pour cela il ne faut pas donner des opportunités illimitées pour doubler une année et un cours. Les étudiants ne pourront faire que 2 ou 3 ans de plus, après cela c’est l’exclusion. Pour les étudiants qui travaillent des bourses sont proposées mais contre 40 heures de travail par mois au sein de l’Université (dans la bibliothèque ou ailleurs).
Au niveau national, les AG sont contre. Selon elles : les « étudiants éternels » ne coûtent rien a l’Etat puisqu’ils ne participent plus à des cours, ne reçoivent pas plus de livres que ce qu’ils sont censés recevoir et ne prennent pas la place de quelqu’un d’autre. Par ailleurs, ils voient dans cette proposition une manière de faire de la sélection sociale entre «ceux qui sont faits et ceux qui ne sont pas faits» pour les études. Pour ce qui est des bourses, ils sont pour mais pas contre du travail. Surtout pour de l’emploi étudiant qui risque de mettre en concurrence des étudiants-boursiers et des travailleurs.
La révision du budget des Universités. Ainsi celles-ci doivent, d’une part, fonctionner à partir de contrats de 4 ans (par opposition au financement direct qui est le système actuel) avec les Ministres des Affaires Economiques et, d’autre part, elles doivent chercher des compléments budgétaires, du sponsoring. Donc des fonds privés.
Les AG se disent résolument pour l’Enseignement Gratuit et Public et donc contre toute proposition des collaboration avec le privé. D’ailleurs, selon la PKS il faudrait une compensation mais par une hausse dans le budget de l’Enseignement pour atteindre 15% du budget national.
L’introduction des Managers dans chaque faculté. Selon la loi-cadre le chaos bureaucratique des Universités en Grèce doit être solutionné. Ainsi il propose l’introduction d’un Gestionnaire dans chaque secteur et direction de l’Université.
Les AG sont contre parce que cela introduit la conception de l’enseignement business. A savoir une l’institution commerciale qui doit être gérée de la même manière qu’une entreprise.
Au delà du mot d’ordre principal (rejet de la loi cadre), nous voyons aussi des revendications et des propositions dans les Assemblées Générales qui dépassent la loi-cadre. Ceci dépend des facultés et des force politiques en jeu au sein des ces facultés Les plus fréquentes :
Non a l’évaluation des établissements et des diplômes et au ranking. Ceci brise l’unité des Universités et de l’Enseignement grecs et introduit la concurrence des facultés, des diplômes, des diplômés, des chercheurs pour des fonds, reconnaissances, statuts…. De plus via l’introduction des ECTS cela brise l’unité des diplômes en créant un système à la carte et en renforçant l’inégalité a la sortie des études.
Non a la révision de l’Article 16 de la Constitution grecque. Non aux Universités Non gouvernementales. Cet Article assure le caractère Gratuit et Public de l’Enseignement en tant que bien National. Sa révision est proposée en vue de légaliser la création d’institutions d’Enseignement Supérieur non-gouvernementales (ils ne veulent pas dire Privé)
Non à la création des Instituts de l’Enseignement Continu (enseignement tout au long de la vie). Ce seraient des instituts avec un fonctionnement flexible (en soirée, les week end), avec un droit d’inscription, et donnant des ECTS avec lesquelles le travailleur pourra remplir (supplément de diplôme) son CV de sorte à ne pas être viré.
Suite à la décision de l’occupation s’est organisé un Groupe de Coordination de l’Occupation. Ce groupe est chargé d’exécuter les décisions de l’AG jusqu’à la prochaine réunion. Il est ouvert, se réunit tous les jours et gère le quotidien de l’occupation (organisation des activités, liens avec les autres AG …).
La décision de l’AG du 24/05 en Médecine est la suivante : Occupation de la faculté jusqu’au Lundi 29/05 où une nouvelle AG aura lieu pour voir si l’occupation continue et avec quelles revendications. Donc to be continued.