Home Tags Sciences

Tag: Sciences

Du court-circuit dans l’évaluation par compétences

Force est de constater que plus le temps passe et plus les enseignants se voient « généreusement » gratifiés de nouvelles consignes pédagogiques destinées à leur...

Pourquoi la particule de Higgs est importante

La plupart d’entre nous [[Article du 2 juillet 2012, légèrement mis à jour le 4 suite à l’annonce du CERN (http://profmattstrassler.com/articles-and-posts/the-higgs-particle/why-the-higgs-particle-matters/).]] ont appris à l’école ou dans les livres que toute la matière qui nous entoure — tout ce que nous mangeons, buvons ou respirons, toutes les créatures vivantes, et la terre elle-même — est constituée d’atomes. Il en existe environ cent sortes appelées « éléments chimiques », généralement assemblées pour former des molécules, tout comme les lettres s’assemblent pour former des mots.

À propos de la découverte de la particule de Higgs

Le 4 juillet 2012, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) à Genève fait une annonce qui fera date dans l'histoire : « Les expériences du CERN observent une particule dont les caractéristiques sont compatibles avec celles du boson de Higgs tant attendu.[[CERN, communiqué (http://press.web.cern.ch/press/pressreleases/Releases2012/PR17.12f.html)]] »

Pourquoi étudier les Sciences ?

Dans un dossier consacré l’école polytechnique (ED 47 de septembre 2011), Nico Hirtt écrivait que le propre de l’Homme est de fabriquer et surtout de concevoir des outils. C’est exact. Plus généralement, ne pourrait-on dire que le propre de l’Homme est de concevoir ? Plus exactement sans doute de conceptualiser. D’avoir conscience du Monde qui l’entoure. Certes il existe de nombreuses espèces animales capables de fonctionner autrement que dans l’immédiateté. En développant des stratégies de chasse ou en faisant des réserves pour l’hiver par exemple. Une expérience d’éthologie semble même montrer que certaines espèces d’oiseaux sont capables de compter jusqu’à 7 ou 8… Mais l’Homme semble être la seule espèce qui se pose des questions sur elle-même et sur le côté temporaire de son existence individuelle.

La physique, pour quoi faire ?

Il est inutile dans ce cadre de revenir sur l’étymologie du mot « physique » et sur le sens que celui-ci a pu prendre dans le passé. Actuellement, la physique consiste en l’étude des lois de base de la nature. A l’exclusion des phénomènes du vivant (biologie) et des transformations de la matière (chimie). Mais il est important de comprendre que tous les phénomènes naturels (y compris donc ceux du vivant) sont soumis aux lois de la physique : rien ne peut être en désaccord avec celles-ci.

La biologie pour étudier la vie et pour… améliorer sa propre vie

La biologie a pour objet l’étude des êtres vivants sous tous ses aspects. Par conséquent, elle se décline en un grand nombre de sous-disciplines. Certaines d’entre elles sont liées à la nature des êtres étudiés : les ornithologues étudient les oiseaux, les entomologistes les insectes, les botanistes les plantes, les primatologues les primates, … Cette petite liste peut être grandement allongée. Par ailleurs, il y a des sous-disciplines qui sont liées à des points de vue spécifiques : en anatomie, on étudie la structure du corps. En physiologie le fonctionnement des organes, en écologie les liens entre les êtres vivants et leur environnement. La cytologie étudie la composition et les propriétés des cellules à partir desquelles tous les êtres vivants sont constitués. La théorie de l’évolution s’occupe de l’histoire des êtres vivants et recherche les mécanismes et les événements qui ont déterminé cette histoire.

Et la chimie ?

Que peut apporter un cours de chimie par rapport aux objectifs d’un cours de sciences ?

La matière illuminée

Nous voudrions dans cet article passer brièvement en revue le développement de nos conceptions de la matière et de la lumière afin de mieux appréhender ce que nous dit aujourd'hui la physique moderne. Nous verrons que la physique actuelle unifie non seulement ces deux notions : matière et lumière, mais aussi que cette unification s’est faite en étendant à la connaissance de la matière — les corps, corpuscules massifs — ce qui a été appris de la lumière et non l’inverse. Comme l’écrit Frank Wilczek[[ Frank Wilczek (1951- ), prix Nobel de physique 2004, Étasunien.]] au début d’un récent livre[[ Franck Wilczek, The Lightness of Being : Mass, Ether, and the Unification of Forces, Basic Books (2008), Penguin (2010).]], « L’ancien contraste entre la Lumière céleste et la Matière terrestre a été transcendé dans la physique moderne. Il y a une seule chose, et ça ressemble plus à l’idée traditionnelle de la lumière qu’à l’idée traditionnelle de la matière. »

Plus vite que la lumière ?

Le 22 septembre 2011, la nouvelle tombe : des particules ultra-légères, des neutrinos auraient parcouru, à une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière, les 732 km qui séparent l'accélérateur de particules du CERN à Genève (Suisse), du détecteur OPERA du Gran Sasso dans les Abruzzes (Italie).

Tribulations d’un prof de maths au royaume des inepties

En ce dernier vendredi d'août 2009, j'ai invité des collègues pour une soirée barbecue. Je veux faire la fête avant une nouvelle année scolaire que j'appréhende. En effet, depuis deux ans les inscriptions ne marchent pas bien dans notre école. Cette fois, sauf miracle auquel personne ne croit, nous allons perdre des classes. Ma charge hebdomadaire va être amputée, au mieux de quatre, au pire de huit heures, et je serai donc réaffecté pour une partie de mon horaire. Après trente ans de carrière, cette perspective ne m'emballe pas car les changements risquent d'être éprouvants.

Les plus lus...

Articles récents