Simonet et les recteurs à Mexico

La semaine dernière, Marie-Dominique Simonet (CDH), ministre de la Communauté française de Belgique – enseignement supérieur, recherche et relations internationales -, conduisait une délégation...

Cuba 2004 : Congrès mondial d’éducation comparée

La section d'éducation comparée de l'Association des Pédagogues de Cuba organisera le XIIème Congrès mondial des associations d'éducation comparée sur le thème "L'éducation comme facteur...

Quand l’entreprise finance les collégiens de banlieue

«NOUS LE SAVONS, la promotion sociale reste dans notre pays insuffisante. La trajectoire scolaire ou professionnelle des enfants issus de milieux ouvriers ou...

La « Commission Européenne » veille sur nous…

La Commission vient de présenter un projet visant à promouvoir l’esprit d’entreprise dans les écoles et les universités. Extrait du communqiué officiel "Pour réussir à préserver...

Principes élémentaires de propagande de guerre, utilisables en cas de guerre froide, chaude ou...

Pour tous les cours généraux, puisqu’il y est question de discours, de médias, d’actualité, d’histoire, mais aussi de philosophie - vérité, doute, paix -,...

Internationalisation

Pendant un débat dans une université aux États-unis, le ministre brésilien de l’Éducation Cristovam Buarque, fut interrogé sur ce qu’il pensait au ...

Chavez : quand un vigoureux changement de cap politique débouche sur une démocratisation réelle...

Enseignants progressistes confrontés quotidiennement à la misère de l’Ecole, à ses inégalités, à sa marchandisation de plus en plus cynique, nous nous posons LA question : comment inverser la tendance, comment faire avancer le schmilblick d’une Ecole vraiment démocratique ? Et si la voie la plus pertinente passait d’abord par un changement de cap politique ? Par une vraie rupture. L’actualité récente nous offre à cet égard une bonne nouvelle et une leçon d’histoire : Hugo Chavez vient d’être réélu président du Venezuela, pour un 4e mandat d’affilée. Sa popularité est exceptionnellement durable. Parce qu’il dédie les richesses nationales – dont le pétrole - à des programmes sociaux ambitieux. Avec des résultats à la clé. Quelques chiffres dans le seul secteur de l’enseignement : un triplement de la part du PIB consacrée à l’éducation, une augmentation remarquable du nombre d’enfants scolarisés (+ 70 %), un analphabétisme complètement éradiqué, près de 300 000 instituteurs en plus, des cantines scolaires accessibles à 4 millions d’enfants, etc. Ah ! Quand des socialistes accèdent au pouvoir et y font du… socialisme, avec détermination…

Appel pour le premier « European Education Forum »

L’unification de l’Europe progresse de plus en plus. Avec les nouveaux pays membres de l’Europe de l’Est, cette unification va devoir faire face à...

Critique sur l’Union Européenne ? Dehors !

Lors du week-end des 15 et 16 mai, la FCPE (plus grosse fédération de comités de parents en France) organisait son congrès national à...

Les plus lus...

Articles récents