L’employabilité ne doit pas être le seul but de l’éducation

L’approche par compétences ne cesse de gagner du terrain aux différents niveaux du système éducatif français. C’est ainsi que l’évaluation tend de plus en plus à s’effectuer à l’aide de grilles et autres référentiels. Cette méthode est utilisée dans les écoles élémentaires depuis quelques années. Elle est en train de se mettre en place en collège où un livret de compétences est censé accompagner les collégiens, notamment en vue de l’obtention du diplôme national du brevet. L’opération est souvent présentée comme un moyen de rationaliser les pratiques pédagogiques et d’améliorer les performances du système éducatif. Mais la réalité est bien différente : ses incidences ne sont absolument pas neutres.

L’apprentissage ou les apprentissages ?

L'opinion publique semble approuver très majoritairement la mesure annoncée par le gouvernement sur la mise en place de l'apprentissage à 14 ans. Gageons que...

L’Enseignement Supérieur à l’épreuve de la politique d’autonomisation des Universités

Nous, enseignants-chercheurs, inquiets des projets gouvernementaux sur l'éducation et la recherche, appelons la communauté universitaire, dans son ensemble, à se mobiliser en signant ce manifeste, pour contrer les effets conjugués de la décentralisation des Universités, de la non augmentation des budgets de l'Etat pour l'Enseignement Supérieur et de la réduction des moyens accordés à la recherche scientifique. La décentralisation déjà bien engagée vise à donner aux Présidents d'Université le pouvoir de fixer librement les services et les obligations de chacun. Il est ainsi à craindre que, en l'absence d'une politique nationale donnant de véritables moyens pour la recherche et l'enseignement, les " choix " des Universités aillent toujours dans le sens d'une rentabilisation d'une université " de masse ", une Université qui ne puisse se donner les moyens d'améliorer les conditions de travail de chacun, et de créer les postes nécessaires d'enseignants et de personnels administratifs.

Cahier des Assises de l’Education Nationale

Réformes Lang, Allègre, Ferry … toujours le même diagnostic que « l'école va mal », « qu'il faut que cela change » ; toujours...

Une seule solution démocratique : l’école commune

L’éducation scolaire des jeunes générations pose trois questions :
  1. Qu’est-ce qu’on transmet ?
  2. À qui le transmet-on ?
  3. Comment le transmet-on ?
Contribuant à modeler l’avenir de nos sociétés, le contenu des transmissions (question 1) devrait constituer un objet de délibération démocratique et pas seulement de controverses expertes. Le fait que la réponse à cette première question reste relativement indéterminée n’empêche pas toutefois de mettre en travail les questions 2 et 3 : les exigences de l’appropriation des invariants de la culture écrite et de la formation de la pensée réflexive, ainsi que les contraintes inhérentes à l’état du développement des connaissances et de la société, configurent suffisamment, à cet égard, les contenus à transmettre. Je m’intéresse ici à la question 2, en sachant le caractère tout aussi décisif de la question 3[[Cf. notamment Jean-Pierre Terrail, Les Voies de la démocratisation scolaire.]].

Foulard, laïcité et racisme

A la rentrée 2003, deux jeunes filles, Alma et Lila, ont été exclues d'un lycée à Aubervilliers pour avoir porté un foulard musulman. Cette...

France : toujours la mobilisation

« A l’échelle du pays, ce sont des milliers d’enseignants et de parents qui continuent à se mobiliser pour l’Ecole. Partout le même message...

Ecole, c’est pas la classe!

Les lieux communs méritent d'être rappelés à l'occasion. Surtout lorsque le risque, habilement exploité par de fins dissimulateurs, de les voir confondus avec de...

France : « Refondation de l’école » ?

Nos amis de la Fédération Sud Education font une analyse très critique de la "Refondation de l'école" telle qu'initiée par François Hollande et son...

Au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo…

A l’annonce de l’attentat de mercredi dernier au siège de Charlie Hebdo, deux premières pensées, immédiates. Un : j’ai perdu quelques-uns de mes dessinateurs de presse français préférés – je lis actuellement “Le capitalisme en 10 leçons”, de Michel Husson, illustré par Charb -, ainsi qu’un Bernard Maris, alias Oncle Bernard, l’économiste hétérodoxe de Charlie. Deux : c’est un boulevard de plus qui s’ouvre devant l’extrême-droite.

Les plus lus...

Articles récents