Wallonie – Bruxelles : Analphabétisme

Le réseau d’initiatives d’alphabétisation Lire et Ecrire fête ses dix ans et dresse un triste bilan : 10 % des adultes de 15 à...

Communauté Française : Renvois en augmentation

Durant l’année scolaire 2000-2001, 704 élèves ont été exclus uniquement dans le réseau de la CF. C’est deux fois plus qu’en 1997. L’augmentation la...

Union européenne : Projet Erasmus world

En juillet dernier, Viviane Reding, commissaire européenne à l’éducation, a présenté le projet “ Erasmus World ”. Celui-ci veut rencontrer deux enjeux, selon la...

Union Européenne : Livre Vert sur le Supérieur

Jamais avares de couleurs, les institutions européennes proposent un livre vert de l’enseignement supérieur. Le Parlement Européen a en effet adopté le 5 septembre...

Financement : la FAPEO refuse la misère

La Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel (FAPEO) estime que les mesures de refinancement des Communautés adoptées au niveau fédéral sont insuffisantes....

Enseignement et Tiers Monde

Il semble que la situation de l'éducation dans le Tiers Monde ainsi que ses perspectives soient particulièrement alarmantes. Selon la Banque Mondiale (BM), le nombre d'enfants entre 6 et 11 ans non scolarisés dans le monde s'élève à 113 millions (Le Soir du 10/10/02). Une situation appelée à s'aggraver puisque la même Banque Mondiale prévoit que ce nombre d'enfants privés d'école montera à 162 millions d'ici 2015.

Cuba: Et pourtant c’est possible !

Les pays du Tiers Monde sont-ils condamnés à crouler sous les dettes, à financer le Nord et à laisser leur population dans la misère ? L'exemple de Cuba montre que non. Même si les difficultés ne sont pas absentes. Après les exemples concrets du Mali et du Congo, je voudrais faire part d'une autre réalité concrète, dans un autre pays du Tiers Monde. Afin de montrer qu'il n'y a pas de fatalité. Mais ces pays sont-ils comparables ?

Dette et enseignement

Qui n'a jamais entendu parler de " la dette du Tiers Monde " ? De quoi s'agit-il ? Dans les années 60, les pays du Tiers Monde devenus " indépendants " ont besoin de moyens pour développer leurs infrastructures. A cette époque, les banques privées du Nord disposent de beaucoup de liquidités. Afin de ne pas laisser " dormir " leur argent, elles proposent aux gouvernements du Sud des prêts à des taux très intéressants. La Banque Mondiale se lance également dans une politique de prêts tous azimuts. Ceux-ci servent à financer des projets qui ne profitent pas aux populations locales. En poussant, par exemple, à l'abandon des cultures vivrières au profit des cultures d'exportation. En ouvrant des lignes de crédit au Sud, les gouvernements du Nord cherchent aussi à soutenir les exportations de " leurs " entreprises .

Verslag Cubareis leraars 2002

In de Paasvakantie van 2002 trokken we met 16 leerkrachten uit ons land naar Cuba. Het was de derde keer dat zo'n studiereis rond het thema onderwijs werd georganiseerd op initiatief van de Oproep voor een democratische school

Vol de vautours sur l’école des pauvres

Au nom d'une réorientation des dépenses publiques d'éducation vers l'enseignement de base, la Banque mondiale recommande aux pays du Tiers-Monde de laisser les forces du marché jouer un rôle dominant dans les enseignements secondaire et supérieur. Au-delà des risques manifestes d'augmenter l'inégalité sociale face à l'instruction, l'uniformisation marchande des savoirs et des cultures pourrait bien déboucher sur une véritable catastrophe intellectuelle.

Articles récents