Et que cela ne nous empêche pas d’aller voter dimanche …

Facebooktwittergoogle_plusmail

La démocratie figure bien entendu au programme de l’enseignement secondaire supérieur. Une réflexion sur ce concept s’impose aussi dans le supérieur pédagogique. Le Théâtre des Rues, engagé dans le théâtre-action depuis 1975, apporte sa contribution au débat avec cette pièce, créée et publiée en 2010 . Déjà présentée devant plusieurs assemblées d’étudiants de la région de Mons, la pièce fonctionne bien, à condition qu’une préparation solide la précède. Un excellent dossier pédagogique fournit d’ailleurs les éléments théoriques nécessaires à cet effet.

Au départ, pour les auteurs-acteurs de cette création, il y avait les questions suivantes :
Qu’est-ce que cette société que les Occidentaux qualifient fièrement de “démocratique”? Qu’est-ce que cette société dans laquelle la liberté se confond avec la consommation? Dans laquelle l’égalité sombre dans l’abîme, chaque jour grandissant entre riches et pauvres, entre Nord et Sud? Dans laquelle la fraternité […] tombe en désuétude? En quoi cette démocratie-là s’impose-t-elle (si ce n’est par un recours incessant à la propagande) comme la perfection politique ou la finalité de l’histoire? Au point de s’autoriser, sous ses bannières étoilées, des offensives militaires aux relents d’impérialisme et qui, les siècles des siècles en témoignent, produisent les pires barbaries.

A l’arrivée, il y a une pièce dont nous ne révélerons pas l’intrigue, mais qui met en scène cinq personnages particulièrement typés : Julia, l’adolescente en révolte, Mimi, une ouvrière d’un certain âge, Madeleine, la féministe, Arturo, l’homme d’affaires arrogant, pétri de la culture du capitalisme, et Georges, le garagiste. A ces cinq-là s’ajoutent furtivement un député et quelques électeurs anonymes. L’intérêt majeur de la pièce est justement d’interroger les inégalités – économiques, sociales et sexuelles -, qui révèlent bien mieux le réel degré de démocratie d’une société que ses manifestations purement formelles (élections, etc.)

Pour achever de vous convaincre, ces quelques lignes du dossier, consacrées au personnage qui concentrera l’attention des jeunes : Julia. À propos de son niveau de langage et du contenu de ses propos. “Nous convenons qu’il semble peu vraisemblable qu’une ouvrière et qu’une adolescente s’expriment dans le niveau de langue utilisé ici. Outre une préoccupation esthétique assumée (et aboutie, NDLR), il nous a semblé essentiel de doter les personnages des mots nécessaires à exprimer les discours que nous leur attribuions dans toute leur complexité, des mots qui sont autant d’armes mises à la disposition des spectateurs pour penser leur réalité. Ainsi, Julia n’est pas une adolescente parmi d’autres, elle est la jeunesse dans toutes ses contradictions. Enfin…, notre…vision de la jeunesse, catalysée en un seul personnage. […] Julia oscille entre un discours libéral sans ambages et une défense véhémente des valeurs d’égalité et de solidarité. Elle manque clairement de repère et d’assurance idéologiques.

Contact et modalités pratiques

Théâtre des Rues
20, rue du Cerisier
B- 7033 Cuesmes
Belgique
Tél. Fax : 00 32 65 31 34 44
theatredesrues@skynet.be

Les trois formules possibles :

1) Représentation au Cerisier : nous jouons dans nos locaux, à Cuesmes (capacité de 100 places). A privilégier pour les établissements scolaires de la région de Mons (5euros/élève).

2) Représentation au Centre Culturel le plus proche : nous sollicitons une collaboration avec le CC le plus proche de votre établissement scolaire afin qu’il puisse accueillir le spectacle dans ses locaux.

3) Représentation à l’école : si l’infrastructure le permet, nous jouons dans vos locaux.

Pour les formules 2 et 3, le prix du spectacle s’élève à 1450 euros (avec animation dans les classes avant et/ou après le spectacle). Reconnu par les Tournées Arts et Vie, il bénéficie cependant de subventions réduisant considérablement son coût (de 50% environ). Les demandes de subventions peuvent être introduites soit par le CC soit par l’établissement scolaire. Ceci étant dit, le prix ne doit pas être un obstacle… On peut trouver des arrangements.

Pour les écoles de la région de Liège (ou éventuellement votre « public » d’ailleurs), nous sommes accueillis par le Moderne les 15 et 16 février 2011. Il est tout à fait envisageable soit de programmer une représentation l’un de ces deux jours (principe formule 2) soit d’assister à celles que nous proposerons (5euros/personne).