Pétition contre la démolition d’une école palestinienne

Facebooktwittergoogle_plusmail

Le droit à l’éducation tel qu’énoncé dans la Déclaration Universelle des Droits Humains en 1948, est repris en droit international ainsi que dans la Convention Internationale pour le respect des Droits Economiques Sociaux et Culturels et dans la Convention des Droits de l’Enfant.

L’éducation est un moyen crucial pour permettre aux enfants palestiniens de faire face aux dures conditions de vie sous l’occupation, elle ouvre une perspective meilleure qu’un futur comme travailleurs agricoles dans les plantations coloniales. L’article 50 de la Quatrième Convention de Genève stipule que le pouvoir occupant doit ,avec la coopération des autorités nationales et locales, faciliter le travail propre de toutes les institutions qui doivent prendre soin des enfants et les éduquer.

Décrit par les Nations Unies comme à la fois un droit humain en soi et un moyen indispensable dans la réalisation d’autres droits, le droit à l’éducation est un moyen essentiel dans la préparation des jeunes Palestiniens confrontés à la nécessité de reconstruire leur société fragmentée, de relancer leur économie alors qu’elle est en mauvais état et de construire leur état dans le futur.

Le 17 octobre 2007, le Ministre israélien de l’Administration Civile a émis un ordre de démolition de l’école primaire de Fasayil et d’une maison palestinienne du village. Pour pouvoir construire les Palestiniens doivent obtenir un permis de la part du pouvoir occupant mais depuis l’occupation, de la Cisjordanie en 1967, les permis ne sont pas accordés.
L’interdiction systématique de construction a clairement pour but, de pousser les Palestiniens à quitter la Vallée du Jourdain alors que des générations y ont vécu depuis plus de 5000 ans. .

L’école primaire de Fasayil doit servir à l’éducation de quelque 115 enfants qui ou sinon, ne peuvent pas être éduqués localement.
Le Comité des Nations Unies pour le respect des Droits économiques, sociaux et culturels a déclaré que l’éducation devait pouvoir se faire dans des conditions sûres pour les concernés.
La décision militaire de l’Administration civile israélienne de priver la communauté de ses ressources fait partie d’une politique plus large de nettoyage ethnique de la région.

L’école primaire de Fasayil est située dans les territoires palestiniens illégalement occupés. La démolition d’une propriété civile par les forces d’occupation est un crime de guerre au regard de la Convention de Genève.

Signez la pétition