Les enfants ont tous droit à l’instruction

Facebooktwittergoogle_plusmail

En réponse à une « Carte Blanche » publiée dans le Soir et écrite par Yves Herpoel et Marc Vandeburie, notre ami J.P. Kerckhofs s’est fendu d’une réponse que le grand quotidien vespéral bruxellois n’a pas cru devoir publier. Nous vous la livrons.

Le projet de « Contrat Stratégique pour l’Education », approuvé en première lecture par le gouvernement de la Communauté Française, est rempli d’ambiguïtés et même de contradictions. Loin de moi, donc, l’idée de le défendre. Il a néanmoins le mérite de permettre le débat autour de questions essentielles. Particulièrement la question du tronc commun. Le moins que l’on puisse écrire, c’est que Messieurs Yves Herpoel et Marc Vandeburie ne croient pas en son efficacité (Le Soir du 4 mai). Pas plus qu’ils ne croient à l’image négative que les « décideurs » donnent de notre système éducatif. Le problème, c’est qu’en l’occurrence, il n’est pas question de croyances mais de faits. N’oublions pas que les « décideurs » sont les responsables (ou leurs héritiers) de ce qu’est devenu notre système éducatif. Il leur en coûte donc de reconnaître sa mauvaise situation. Mais, à moins de se mettre la tête dans le sable, on ne peut pas y échapper : la Communauté française a le système éducatif le plus inégalitaire de tous ceux de l’OCDE (pays industrialisés). C’est l’UNICEF qui le dit, à partir des données de l’enquête PISA (2). Qu’on le veuille ou non, c’est bien chez nous que l’écart entre les élèves moyens et les plus faibles est le plus important. Et c’est aussi chez nous que l’écart entre les élèves issus des milieux sociaux les plus défavorisés et la moyenne des élèves est le plus grand. Ce qui est une confirmation de ce que tout le monde sait ou devrait savoir : l’école sélectionne essentiellement sur base de l’origine sociale.
Pour trouver des pistes afin de remédier à cette situation, l’Aped a réalisé en 2003 une étude comparative des systèmes éducatifs européens (3). La place manque ici pour s’intéresser aux différents paramètres pris en compte. Mais, pour ce qui est du tronc commun, les résultats sont clairs : il y a une corrélation importante entre l’âge où s’opère la première sélection en filières et le degré d’inégalité du système éducatif concerné. En d’autres mots, plus l’enseignement de tronc commun est long dans un pays donné, plus ce pays lutte efficacement contre les inégalités à l’école. Les sentiments des uns et des autres n’y pourront rien changer. Et, quoi qu’on en dise ou pense, la France se situe dans la première moitié du classement UNICEF (du moins inégal au plus inégal). Même si certains jeunes Français passent la frontière parce qu’ils pensent que l’herbe est plus tendre en Belgique, il est malhonnête de parler de système « prétendument égalitaire » en ce qui concerne nos voisins d’Outre Quiévrain. S’il est loin d’être parfait, il est en tout cas bien moins inégalitaire que le nôtre. Et ce n’est pas l’avis du réactionnaire Luc Ferry, obligé de démissionner de son poste à l’Education Nationale sous la pression des enseignants, qui y change quoi que ce soit.
Mes deux collègues considèrent que « la plupart des jeunes sont heureux de travailler de leurs mains, de construire des projets (…) ». Sans doute. Mais c’est abusivement qu’ils écrivent que le tronc commun correspond forcément à « un enseignement exclusivement général ». S’il est vrai que le travail manuel rend les jeunes heureux, il est particulièrement injuste d’en priver toute une catégorie d’élèves. Le tronc commun que l’Aped appelle de ses vœux, c’est celui où tous les jeunes peuvent recevoir une formation générale nécessaire pour appréhender le monde dans lequel ils vivent. Mais aussi où tous les jeunes peuvent goûter aux joies du travail manuel avant de décider leur orientation définitive.
Messieurs Herpoel et Vandeburie doutent aussi de la ghettoïsation de l’enseignement professionnel. Pourtant, encore une fois, les faits sont là. Les jeunes qui fréquentent ces filières ont, dans l’écrasante majorité des cas, subi plusieurs échecs antérieurs. Ils y ont été orientés ou réorientés sur cette base. C’est ainsi qu’on y retrouve des classes presque exclusivement composées de jeunes en difficulté, ayant perdu confiance en eux et souvent d’origine sociale défavorisée. S’il est vrai que la situation varie d’une école à l’autre, dans la grande majorité des cas, il n’est tout simplement plus question d’enseignement, dans le vrai sens du terme, tant les conditions de travail y sont devenues déplorables. Quant aux « cours généraux porteurs de sens », de quels cours s’agit-il ? Il est possible de sortir de l’enseignement professionnel sans avoir reçu, depuis la 3ème, le moindre cours de géographie, d’histoire, voire de sciences ou de mathématiques. N’est-ce pas là que se situe le vrai mépris ? Comment des jeunes pourraient-ils jouer leur rôle de citoyens, comment pourraient-ils disposer des outils intellectuels nécessaires pour défendre leurs intérêts individuels et collectifs, avec un bagage aussi faible ?
Les auteurs s’inquiètent du sort des élèves qui n’auront pas obtenu leur CEB. Mais est-il tolérable que tous les jeunes n’acquièrent pas les connaissances et compétences nécessaires pour l’obtenir ? (4) Si la réponse est non, alors il faut investir prioritairement à ce niveau et créer les conditions d’encadrement et de remédiation pour corriger la situation. C’est d’ailleurs ce qu’il y a de correct dans l’esprit du Contrat Stratégique. Ici, je veux être juste envers mes deux collègues : ils n’ont pas « tout faux ». Ils ont raison de dénoncer le fait que les moyens alloués à l’enseignement sont bien en deçà des ambitions affichées par le Contrat. Et ce manque de moyens ne permet pas d’espérer qu’à la fin du premier degré du secondaire, tous les jeunes aient atteint le niveau souhaité. Vouloir envoyer tous les jeunes concernés vers les Cefa aura pour conséquence de donner plus d’ampleur au problème des inégalités. Ça aussi, il est juste de le souligner. Mais ce n’est pas une raison pour contester que le contraire soit possible.
A propos de ce problème, Messieurs Herpoel et Vandeburie affirment qu’il est « justement identifié » et que les « objectifs poursuivis » ne sont pas contestés. Pourtant, on cherchera en vain dans leur texte les propositions alternatives pour y arriver. Leur titre – Les enfants n’ont pas tous les mêmes talents – laisse d’ailleurs un sentiment de malaise. Au sens strict, il est évident. Mais qu’y a-t-il derrière ? L’idée qu’il faut bien se satisfaire d’une situation inégalitaire dans l’enseignement. Leurs références sont d’ailleurs révélatrices (les 3 organisations patronales francophones et Luc Ferry). A l’Aped, nous adoptons un autre point de vue. Il s’agit d’un choix idéologique. Mais nous l’étayons par des études sérieuses, et non par des affirmations péremptoires et non mesurables, du style « les élèves de telle orientation sont heureux ». Et nous proposons des alternatives pour atteindre nos objectifs.

Jean-Pierre Kerckhofs

(1) : Aped, Avenue des Volontaires 103 (6), 1160 Bruxelles, 02/735.21.29
aped(a)skynet.be
www.ecoledemocratique.org
(2) : Classement de l’inégalité scolaire, UNICEF, 2002
(3) : La catastrophe scolaire belge, Aped, 2003
(4) : Mis à part évidemment ceux qui souffrent d’un handicap mental, pour qui existe un enseignement spécialisé

2 COMMENTS

  1. > Les enfants ont tous droit à l’instruction
    Monsieur,
    Les écrits concernant les inégalités sociales au sein de notre école m’intéressent d’abord sur un plan personnel et ensuite dans le cadre d’un travail que j’ai décidé de réaliser pour l’école supérieure de pédagogie où je suis quelques formations.
    Au sein de notre école, 4 difficultés sont identifiées :
    – Les apprentissages de base ne sont pas suffisament maîtrisés par tous les élèves.
    – Le taux de diplômés du secondaire est trop faible et le taux de redoublement trop élevé.
    – Les différences entre établissements favorisent une ségrégation scolaire inacceptable.
    – Certaines filières sont alimentées par un choix négatif, vécu par les élèves comme une forme d’échec et souvent de relégation.
    Que pourrait-on faire ?
    – Refinancer à tous les niveaux.
    -Supprimer les filières hiérarchisées avant 16 ans
    -Supprimer la liberté totale de choisir son école.
    – …
    Pensez-vous que le Contrat pour l’école atténuera dans les faits les inégalités sociales en matière d’éducation de notre pays ?
    Les objectifs 4 et 5 semblent aller dans ce sens mais concrétement que fera-t-on sur le terrain ?
    En espérant que vous aurez un peu de temps pour me répondre, je vous envoie mes salutations.
    Fabienne Rikir

  2. > Les enfants ont tous droit à l’instruction
    monsieur,

    suite à votre article, les enfants ont tous droit à l’instruction:

    pourquoi dans cet article, ne mettez-vous pas en évidence le fait de payer un droit d’inscription en secondaire(1er année ou en accueil).
    en plus, certains parents ne peuvent pas payer ce droit d’inscription.
    alors que devons-nous faire? même les cours ne sont assez adapté aux enfants a l’heure actuelle. et en plus où est la civilité dans les écoles, parce que parfois certains démissionnent au point vu de l’éducation.

    pourquoi ne pas remettre la civilité en cours d’option, comme cela pour beaucoup d’écoles il y aurai moins de dégradations.
    et pourquoi certains éléves plus qualifiés que d’autres, doivent aller dans une classe professionnelle au lieu d’une école de rénové.

Comments are closed.