A boire et à manger

Facebooktwittergoogle_plusmail

Sous le vocable d’éducation à la citoyenneté, l’on retrouve pêle-mêle des actions et des dispositifs scolaires très divers. Par conséquent, sans doute, le meilleur y côtoie-t-il le pire. Le pire pouvant être pavé de bonnes intentions, d’ailleurs. Mais, si la motivation est déterminante pour mener à bien un projet, ce sont le degré de réflexion critique, les finalités et les moyens mis en oeuvre qui permettent de vraiment progresser vers plus de démocratie. Ces réserves formulées, nous pouvons nous livrer à un tour d’horizon de ce qui se fait dans les écoles.

Au quotidien

Au risque de vous surprendre, je commencerai par souligner le travail de tous les enseignants anonymes qui, au jour le jour, travaillent à rendre possible, pour les enfants qui leur sont confiés, le plein exercice de leur citoyenneté. Tout simplement en leur apprenant à lire, à écrire, à penser, à s’exprimer, à calculer et à découvrir le monde à travers les sciences, l’histoire, la géographie, la philosophie, l’art, les techniques, etc. C’est bien là, à nos yeux, la mission première d’une école démocratique.

Sensibiliser les jeunes

Et puis, il y a des actions qui sortent de l’ordinaire et secouent le ronron des jours de classe, grâce à l’enthousiasme de leurs promoteurs. Si toutefois -je me répète, mais c’est tellement crucial- c’est bien un idéal progressiste, armé d’un esprit critique aiguisé, qui les anime.
Ainsi voit-on s’organiser des activités où les jeunes se penchent sur le sort des enfants soldats, l’accueil des demandeurs d’asile, la mémoire des crimes du fascisme, la mise à sac de l’environnement, les droits de l’Homme, les différentes formes d’exclusion sociale, les problèmes de santé publique, la discrimination envers les femmes … Une sensibilisation parfois concrétisée par des rencontres et des actes de solidarité. L’expression artistique est également mise à contribution. Les étudiants réalisent des fresques et des BD, décorent des t-shirts, explorent les possibilités des arts graphiques, mais aussi de la chanson, hip-hop entre autres, et de la vidéo … Toutes ces réalisations pouvant être rendues publiques.
Il faut noter que de nombreuses associations socio-culturelles offrent ou vendent des services et des outils pédagogiques que les enseignants et les jeunes peuvent utiliser dans ou hors les murs de leur établissement (Oxfam, Ecole Sans Racisme, mouvements de jeunesse, centres culturels, etc).

Vivre la démocratie à l’école

L’apprentissage de la démocratie à l’école peut prendre une seconde forme, d’ailleurs complémentaire de la première. L’école elle-même peut être considérée comme un lieu de vie, où les jeunes passent le plus clair de leur temps, où ils auraient leur mot à dire, où ils auraient à rechercher, avec les autres acteurs -enseignants, éducateurs, personnel ouvrier, direction- un modus vivendi de qualité. Nous sommes ici dans une approche plus institutionnelle. De nombreuses écoles ont mis sur pied un système de délégués de classes, souvent réunis en conseil d’élèves. Au sein de certaines classes, des enseignants ont institué des « conseils de tous » réguliers. Ou d’autres dispositifs d’expression collective.
Par ailleurs, le législateur a créé dans tous les établissements un conseil de participation réunissant des représentants des élèves, du personnel, de la direction, du pouvoir organisateur et des membres extérieurs cooptés. Conseil qui peut donner des résultats quand il ne réunit pas des élèves otages, des parents notables et des enseignants dociles…
Autre souci, également très présent dans nos établissements : y améliorer la communication via un journal, une radio, un site web, des affiches, etc.
Pédagogie du projet, interdisciplinarité, techniques d’animation et de communication et analyse systémique sont sollicitées avec plus ou moins de bonheur pour faire aboutir toutes ces initiatives.

1 COMMENT

  1. > A boire et à manger: attention média, ne pas avaler.
    Le pire a fini par arriver.

    « Le P’tit Saint André,le magazine des écoliers de …Saint André »,réalisé en un jour le 12/05/06 par « des élèves citoyens de CM2 bien dirigés », en 8 pages, couleur, sur
    papier glacé, 36 photos, logo de la mairie ,pub pour l’office du tourisme, inspecteur
    de l’éducation nationale comme directeur de publication, le tout encarté à 18 000
    exemplaires dans le magazine gratuit de la ville de … Saint André.

    Sans ordinateur dans les classes , »fallait l’ faire! »

Comments are closed.