Les vautours du coronavirus 2

Facebooktwittergoogle_plusmail

Un vent favorable nous a rapporté la promo suivante : « Chers élèves, afin de faciliter vos recherches d’enseignants pendant cette période de cours par webcam, le Pass Elève Superprof, qui vous donne un accès illimité à tous les professeurs et à l’ensemble des matières, passe à 9€/mois (au lieu de 29€). »

Cliquons donc sur le lien. Que découvrons-nous ? Ni plus ni moins qu’une sorte de plate-forme Airbnb de l’enseignement. Créée à Biarritz en 2013, cette « communauté » atteignait dès 2018 les 3 millions de « professeurs » de par le monde ! Elle vend du soutien scolaire dans les matières classiques, certes, mais pas que ça. Chez Superprof, on peut tout apprendre : informatique, musique, santé, bien-être, cuisine, artisanat, sports, jeux, développement professionnel… On peut même trouver des professeurs d’arts divinatoires (astrologie, cartomancie, numérologie, etc.) ! C’est dire la rigueur scientifique du concept…

La plate-forme vend des cours par webcam – par les temps qui courent, c’est la seule option possible – ou en face à face, en individuel ou en groupe, chez le prof, chez l’élève… Chaque « professeur » fixe son tarif. Ça oscille entre 15 et 30 euros de l’heure.

Poussons l’investigation un peu plus loin, en explorant l’offre de « profs » de français pour la région liégeoise. On y trouve bien quelques enseignants porteurs des titres pédagogiques requis, qui y arrondissent leurs fins de mois. Mais surtout beaucoup d’étudiants ou de diplômés dont la spécialité est plus ou moins proche/éloignée de la matière enseignée (de logopède ou journaliste à aide soignante ou kiné).

Peut-être les meilleurs d’entre eux aident-ils réellement des enfants à dépasser leurs difficultés. On parle quand même d’un enseignement donné dans les conditions privilégiées du préceptorat. Un enseignement payant, donc inaccessible pour bon nombre d’enfants. Et certainement sur les seules compétences utiles à la réussite des épreuves certificatives, bien loin des savoirs citoyens critiques que l’Aped appelle de ses voeux.

En allant au-delà des premières pages du catalogue en ligne, nous tombons sur des offres consternantes. Echantillon : « Je suis étudiant en pédagogie section primaire en première année assez doué en français de base et en plus en apprentissage pour être parfait dans cette langue qui m’est natale. Je pourrais rassurer l’élève en cas de difficultés, lui enseigner à bien prononcer ses mots, lui donner des exercices comme des textes libres pour voir ou il en est dans la langue française, l’enfant sera libre mais guider par mes soins. De plus le français lui sera éduquer par rapport à tous ce qu’il aime, le sport, les contes de fées .. etc .. » Pour un tel niveau de maîtrise du français, vous devrez débourser 15 euros de l’heure. Mais rassurez-vous, la première est offerte.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here