Expérience douteuse sur l’esprit critique

Facebooktwittergoogle_plusmail

Les étudiants de l’université de Gand ont été soumis à une «expérience» sociale. Lors de trois cours différents, des professeurs ont soutenu des théories douteuses ou des affirmations provocantes dans un grand auditoire. L’objectif était de tester leur esprit critique.

Un professeur expliquait que tout n’était pas forcément exact dans la théorie de l’évolution de Darwin. Un autre a affirmé que les étudiants étaient devenus les esclaves de leur smartphone. Et finalement, dans un cours d’entreprenariat, il a été affirmé de manière catégorique que les étudiants n’avaient pas d’idées et étaient incapables de mener à bien un projet d’entreprise.

On s’étonne de la faiblesse des provocations. «Esclave de son écran, incapable, manque de créativité» les étudiants ont déjà du entendre cela de la part de parents agacés ou des enseignants du secondaire. Ce sont des attaques verbales, pas vraiment de fausses affirmations. Quant à la théorie de Darwin, elle a, en effet, été critiquée à plusieurs reprises, entre autre pour sa dimension raciste, souvent oubliée 1Quiconque a vu un sauvage dans son pays natal n’éprouvera aucune honte à reconnaître que le sang de quelque être inférieur coule dans ses veines. J’aimerais autant pour ma part descendre du petit singe héroïque qui brava un terrible ennemi pour sauver son gardien, ou de ce vieux babouin qui emporta triomphalement son jeune camarade après l’avoir arraché à une meute de chiens étonnés, – que d’un sauvage … Charles DARWIN, La descendance de l’homme et la sélection sexuelle,1876..

L’école a habitué les élèves à se taire

On voyait sur le visage des étudiants un réel désaccord, ils n’ont pas trop osé réagir. Si l’université de Gand voulait démontrer qu’il faut penser par soi-même et se méfier des «fake news», elle a surtout démontré que les étudiants n’osent pas s’opposer à l’enseignant qui les évaluera dans quelques mois, le rapport de force n’étant pas en leur faveur. Cette «expérience» peut aussi montrer clairement qu’il n’est pas facile de s’exprimer devant un grand nombre de personnes et que le débat libre, éclairé n’est pas habituel dans les auditoires.

Bernard Rey, chercheur en sciences de l’éducation à l’ULB, faisait lui aussi, le constat que les étudiants sont trop soumis et que l’école devrait ébranler les cerveaux, éveiller la curiosité, la réflexion et la remise en question 2Bernard REY (ULB): «L’école aurait besoin de plus d’idées de 1968», LE SOIR, mis en ligne le 9/03/2018.

Si nous faisons bien le calcul, ces étudiants sont précisément ceux qui ont passé leurs études secondaires dans des écoles où il n’était souvent pas très bien vu de «ne pas être Charlie» 3Souvenons-nous des questionnements qui semblaient insupportables à la ministre française de l’éducation, Najat VALLEAU-BELKACEM ou de critiquer les politiques guerrières en cours. Ils ont plus certainement appris à se méfier, à se taire qu’à remettre en question les affirmations de leurs enseignants.

Baisse de niveau ?

Cette expérience ne démontre strictement rien par rapport aux «fake news» 4C’est ainsi que l’expérience a été présentée dans Le VIF, PARIS MATCH et L’ECHO : «Les étudiants face aux fake news» ou à l’esprit critique des jeunes. Par contre, elle témoigne du peu de rigueur des enseignants qui ont imaginé cette farce et qui l’ont livrée à la presse. Si on peut se plaindre d’une possible baisse du niveau dans l’enseignement, il faut sans aucun doute se questionner sur le niveau de certains professeurs pour en connaitre la cause.

References   [ + ]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here