Pour l’abaissement de l’âge légal de l’obligation scolaire à 5 ans

Facebooktwittergoogle_plusmail

 

Dans un communiqué, la La Ligue de l’Enseignement et de l’Education permanente, demande l’abaissement de l’âge légal de l’obligation scolaire à 5 ans.

La Ligue considère que cette réforme doit s’effectuer via la modification de la loi du 29 juin 1983, relative à l’obligation scolaire, et non par la modification des décrets de la Communauté française relatifs à la fréquentation scolaire.

Il existe un large consensus pour l’abaissement de l’âge de l’obligation scolaire à 5 ans. De nombreux arguments militent en sa faveur, que n’ébranlent pas les réticences qui s’expriment ici ou là.

Plusieurs études et statistiques montrent que les enfants qui ne fréquentent pas l’école maternelle (pour des raisons de santé, parce qu’ils ne parlent pas le français à la maison, etc.) sont aussi, significativement, ceux que l’on retrouve plus tard dans les chiffres de l’échec scolaire.

Dans ces conditions, l’obligation à 5 ans possède une vertu égalisatrice, susceptible de corriger, ou de limiter, les effets des inégalités de départ (en facilitant l’intégration sociale et le contact avec la culture scolaire, par l’apprentissage du français), et d’intervenir plus rapidement quand il y a des difficultés d’apprentissage.

D’une manière générale, il s’agit de renforcer la capacité de tous les enfants à effectuer les apprentissages du 1er degré du primaire. Il s’agit également de favoriser la continuité des apprentissages et d’atténuer la césure entre enseignement maternel et primaire, comme dans le 5/8 par exemple.

La Ligue de l’Enseignement et de l’Education permanente, asbl, pense, cependant, que l’obligation à 5 ans entraînera de nombreux changements : sur le plan juridique, comme sur le plan des pratiques éducatives et de l’organisation des écoles. Elle considère que l’importance de ces changements est largement sous-estimée dans le débat actuel, et qu’ils ne doivent pas être négligés, sous peine de perdre les bénéfices attendus de la réforme. La Ligue de l’Enseignement et de l’Education permanente s’en explique dans son analyse (voir le document ci-joint).

Contacts : julietteb@ligue-enseignement.be