Auschwitz, extermination d’un peuple immigré

Facebooktwittergoogle_plusmail

Ce 27 janvier, nous commémorons la libération, par l’Armée rouge, du camp de la mort d’Auschwitz où furent assassinés, pendant la Deuxième Guerre mondiale, plus d’un million de bébés, d’enfants, d’adultes et de personnes âgées. La majorité était juive. Ils ont été assassinés parce que « simplement », quelque part en Europe, ils étaient « nés juifs », « intégrés », même pour certains « assimilés », pour beaucoup d’autres « étrangers », « apatrides », « réfugiés politiques » et « immigrés ».

La monstruosité du régime nazi a été possible par le bruit des bottes et aussi le silence des pantoufles.

De Belgique, après une politique d’apartheid, 25.257 Juifs furent arrêtés par les nazis, avec la collaboration d’organisations d’extrême droite, de sa presse et parfois même avec l’appui de la police belge (à Anvers par exemple). Ils furent ensuite déportés au camp de concentration et d’extermination d’Auschwitz. Seuls, 1.205 juifs déportés de Belgique survivront à l’horreur concentrationnaire… avec des séquelles à vie.

Le génocide des Juifs d’Europe doit être commémoré parce qu’il s’agit du seul ayant été commis sur notre continent. La « Solution finale » visant à l’extermination totale s’est déroulée à partir de tous les pays européens ayant été occupés par l’Allemagne hitlérienne. C’est dans les rues des quartiers populaires que furent raflés les Juifs. C’est de nos gares qu’ils furent déportés, puis assassinés à Auschwitz.

Il est important aujourd’hui encore de s’en souvenir pour apprendre de ce passé meurtrier pour que demain, il ne se reproduise plus. Hélas, il y a eu après Auschwitz, encore d’autres massacres de masse (en Algérie durant la guerre d’indépendance, au Vietnam, en ex-Yougoslavie…), puis en 1994, un nouveau génocide, au Rwanda, contre le peuple tutsis et les hutus démocrates. Et de nos jours, force est de constater, que des indices de génocide encore possible s’observent ici et là sur la planète…

Article publié sur le blog de Manuel Abramowicz, le 27 janvier 2015