Wallonie-Bruxelles : trop d’exclusions scolaires

Facebooktwittergoogle_plusmail

Bernard De Vos, délégué général aux Droits de l’enfant, a remis son rapport annuel en novembre. Il a particulièrement dénoncé des exclusions plus nombreuses et abusives. Même si le renvoi reste marginal (0,45% de la population scolaire totale), il est en nette croissance. Le nombre de plaintes enregistrées aussi. En effet, la légalité des renvois et la proportion entre les faits reprochés et la sanction posent souvent question. On observe aussi une inquiétante tendance à l’exclusion dans le primaire et dans… le maternel ! De Vos soupçonne certaines écoles de pratiquer ainsi une sorte d’épuration de leur public. Chantal Massaer, d’Inforjeunes Laeken, s’inquiète du nombre de refus de réinscription, autre forme d’exclusion. De manière globale, le délégué en appelle à « une réforme profonde de notre enseignement, à l’heure où les élèves ne trouvent plus de sens à l’école ». Bien d’accord avec lui, nous ajouterons que c’est surtout pour les enfants des classes populaires que l’école doit trouver du sens (les pourcentages les plus élevés d’exclusions touchent les 3e professionnelles et les 1ères complémentaires, là où ils se concentrent). Et que ce sens doit être celui de l’émancipation sociale ! PhS (source Le Soir, 20/11/13)