Yves Leterme nominé aux Victoires du Grand N’importe Quoi

Facebooktwittergoogle_plusmail

« La parole est d’argent, mais le silence est d’or« . Il est des fois où l’on voudrait que certaines personnalités appliquent cette sentence. Et tant pis pour eux dans le cas contraire : nous épinglerons désormais les déclarations renversantes qui leur échappent.

C’est à Yves Leterme que revient l’honneur de figurer en premier parmi les nominés aux Victoires du Grand N’importe Quoi, titre purement symbolique, honorifique et un tantinet sardonique, il va sans dire.

Yves Leterme, donc, hier Premier ministre belge, aujourd’hui secrétaire général adjoint à l’OCDE, notamment en charge de l’enseignement dans ce club des pays industrialisés, nous gratifiait fin novembre d’une de ces sorties dont il a le secret. Selon la Libre Belgique, il mettait en garde la Belgique de maintenir un haut niveau d’enseignement sous peine d’être rattrapée par des pays qui réalisent d’importants efforts ces dernières années.

Selon lui, la Belgique, tirée par la Flandre, jouit dans les rapports internationaux d’une reconnaissance internationale pour l’excellence de son enseignement, mais elle est progressivement rattrapée par des pays qui produisent d’importants efforts, notamment en termes de formation tout au long de la vie.

La Belgique, tirée par la Flandre, jouit dans les rapports internationaux d’une reconnaissance internationale pour l’excellence de son enseignement. Vous avez bien lu ! Mais alors, les fameux tests PISA, publiés par l’OCDE elle-même, seraient-ils des faux ? Ou « monsieur 800 000 voix » aurait-il malencontreusement confondu, comme Brabançonne et Marseillaise, le dossier enseignement et le dossier exportation de bières d’abbaye ?

Allez, levons un coin du voile sur une méprise qui n’est qu’apparente. Oui, la Belgique est excellente dans un secteur restreint de son enseignement : ses établissements les plus élitistes – vous savez, ces écoles ghettos de riches, où se concentrent les enfants qui ont eu la chance de bien naître – caracolent bien au-dessus des moyennes internationales, c’est vrai ! Et plus vrai encore en Flandre.

Seulement voilà, M. Leterme fait totalement abstraction de l’autre réalité de l’enseignement belge : il est, de tous les pays membres de l’OCDE, celui qui reproduit et creuse le plus les inégalités sociales. Celui où le niveau des enfants qui fréquentent les écoles ghettos de pauvres est le plus catastrophique.

Le discours de notre twitteur fou s’inscrit aussi dans un bien triste air du temps, celui qui ne considère les jeunes que comme des armes à forger pour la guerre économique mondialisée. Bonjour l’humanisme !

PhS (source : La Libre Belgique en ligne, 26/11/12)