Coûts scolaires : une piqûre antidémocratique

Facebooktwittergoogle_plusmail

La Ligue des Familles remet l’ouvrage sur le métier : une fois de plus, elle fustige le coût d’une scolarité obligatoire qui devrait pourtant être gratuite, si l’on se réfère à la Constitution belge. Publiée dans le Ligueur du 16 août, l’étude de cette année portait particulièrement sur les fournitures, les voyages et le soutien scolaires.

L’addition reste salée. 20 % des élèves sondés se voient même réclamer des frais illégaux (dépassement du forfait « photocopies » de 75 €, « frais administratifs » indéfinis, etc.).

L’attention portée aux frais de soutien scolaire est intéressante. La remédiation devrait être organisée gratuitement dans l’école, mais il manque « les heures – professeurs » pour ça ; à défaut, les parents se tournent vers des solutions payantes (à l’école – parfois à des tarifs proches de ceux du privé !-, dans le privé… ou, beaucoup plus abordable, dans les écoles de devoirs).

Notre analyse ? La facture présentée aux parents est une source de financement pour des écoles sous-financées par les pouvoirs publics. Elle est aussi un moyen à peine voilé qu’emploient certaines d’entre elles pour sélectionner les élèves à l’entrée. Dans tous les cas, elle est un facteur de reproduction des inégalités sociales. Un déni de démocratie intolérable. PhS