Marie-Do en professionnelle

Facebooktwittergoogle_plusmail

Dans le Soir du 14 mai 2012, nous découvrions le plan de la ministre Simonet pour endiguer l’échec et l’absentéisme en professionnelle. Suivant une méthode qui devient récurrente, elle veut partir d’expériences de terrain, dont certaines seraient appelées à être généralisées. Ainsi a-t-elle retenu 45 projets pilotes pour l’année à venir.

Nous ne sommes d’accord ni avec sa définition de l’échec, ni avec son analyse des causes, ni avec les solutions avancées. Explications.

Marie-Dominique Simonet désigne le 2e degré professionnel comme étant le segment scolaire qui concentre le plus de difficultés : « Sur le nombre d’élèves qui s’engagent en professionnelle, déclare-t-elle, à peine 37 % finissent cet enseignement avec fruit. »

L’ « analyse » et le plan de la ministre

La ministre identifie trois explications à ce naufrage : 1/ la mauvaise orientation des élèves (non choisie, imposée par relégation, sans véritable connaissance de tout ce que cet enseignement peut offrir comme éventail) ; 2/ le manque de motivation ; et 3/ une organisation inadéquate (lisez les contraintes externes et internes qui « amènent parfois à des choix pédagogiques peu calqués sur les besoins réels de l’élève »).
Dans le droit fil de cette « analyse des causes », Mme Simonet choisit de travailler sur les trois axes : mieux orienter les élèves, les motiver (« viser une plus grande assiduité ») et assouplir l’organisation des filières professionnelles.

Sa méthode ? Un appel à projets pilotes. Au total, 45 projets seront soutenus, soit 15 par axe d’expérimentation. Dans le même temps, la ministre dit préparer une réforme des programmes du technique et professionnel, et vouloir créer un Comité d’accompagnement de toutes les expériences pilotes et chantiers en cours en matière de lutte contre l’échec (réforme du 1er degré, CPU, etc.)

Mais de quel échec parle-t-on ?

A en croire l’article de P. Bouillon, l’échec scolaire en professionnelle est défini par la ministre de manière très superficielle et restrictive : absentéisme, décrochage, abandon et à peine 37 % de jeunes diplômés. Traduction : les jeunes s’absentent de l’école et en sortent sans papier. Point barre.

Pour l’Aped, la finalité de l’Ecole ne peut se résumer à assurer la garderie d’élèves assidus et à leur octroyer des diplômes. A nos yeux, elle doit permettre à tous les jeunes, sans distinction, d’accéder aux savoirs qui donnent force pour comprendre le monde et participer à sa transformation. Pour nous, devenir citoyen à part entière suppose une solide formation générale… et polytechnique.

De ce point de vue, le véritable échec scolaire se trouve plutôt dans les lacunes records de beaucoup trop de jeunes, lacunes dans les compétences de base (lire, écrire, calculer, s’exprimer…), lacunes aussi dans les savoirs citoyens critiques (histoire, sciences, philosophie, etc.), lacunes enfin dans les savoirs polytechniques (les grands absents du général, mais aussi du qualifiant parce qu’on tend à y formater les jeunes aux seuls gestes d’un métier défini, plutôt qu’à y développer une intelligence critique du processus de production). Ces lacunes sont évidemment observables chez ceux qui décrochent en cours de route, mais aussi parmi les 37 % de diplômés !

Un silence assourdissant sur les vraies causes

Ce qui nous sidère le plus, c’est la légèreté de l’analyse des causes faite par la ministre.

Elle passe tout simplement sous silence les mécanismes les plus déterminants de l’échec en professionnelle : sa détermination sociale… et un système scolaire qui creuse les inégalités. Quelques rappels s’imposent.

Primo. La corrélation entre le niveau socio-économique des enfants, la filière d’enseignement dans laquelle ils se retrouvent et leurs résultats est scientifiquement établie. Et confirmée d’étude en étude [[Lire à ce sujet un travail récent disponible sur notre site : François Ghesquière, Joël Girès,
La persistance de l’inégalité des chances en Belgique.
http://www.skolo.org/spip.php?article1446
]]. Sans l’ombre d’un doute. Autrement dit, plus vous êtes riche et plus vous avez de chances de réussir brillamment dans l’enseignement général… et plus vous êtes pauvre et plus vous risquez d’échouer dans la filière professionnelle, voire même d’en décrocher.

Secundo. Dès 2003 (bientôt 10 ans !), l’Aped avait identifié formellement les causes de la catastrophe scolaire belge :

1/ un enseignement fondamental manquant de moyens (e.a. en encadrement) ;

2/ au début du secondaire, une ségrégation précoce en filières hiérarchisées (général, technique, professionnel) ;

3/ l’organisation de l’enseignement en quasi-marché, avec une quasi-liberté d’offre et de demande, qui finit de creuser les inégalités entre écoles ghettos de riches et écoles ghettos de pauvres, avec tous les niveaux intermédiaires.

Tertio. Depuis lors, nous avons aussi mis en doute la pertinence de l’approche par compétences, qui tend à défavoriser les enfants issus des classes populaires.

Mme Simonet ignore-t-elle ces réalités ou table-t-elle sur l’ignorance du citoyen lambda pour avancer une « analyse » et un « plan » aussi indigents ? Poser la question, c’est déjà un peu y répondre…

Un « plan » cache-misère, bien dans l’air du temps marchand

Une chose est sûre : avec les solutions avancées, on ne progressera pas en direction d’une école et d’une société plus démocratiques. Au contraire !

L’apartheid qui caractérise notre enseignement en sort conforté, puisqu’il n’est même pas mentionné comme cause du problème.

Et bon nombre des expériences – pilotes annoncées pourraient bien déboucher sur une instrumentalisation accrue de l’école professionnelle : on risque en effet de voir se multiplier les initiatives survalorisant l’approche métier, la formation de petites mains, au gré des attentes du marché du travail, au détriment d’un enseignement ambitieux pour tous. Sans compter que la multiplication des expériences, couplée à un assouplissement des règles d’organisation risque bien de nous mener plus avant dans la marchandisation des écoles.

Comme le note J-M. Gilson, l’un de mes coreligionnaires apédiens : « Ce n’est plus un « marché scolaire », mais une « brocante bordélique ». Si cela continue, chaque école proposera ses propres solutions à ses futurs clients. Marché complètement dérégulé s’éloignant de plus en plus de notre école commune. On laisse aux pouvoirs organisateurs et aux directions le soin de proposer tout et n’importe quoi … »

Quelques questions encore…

Sur l’orientation positive : comment ose-t-on demander à un enfant de 14/15 ans, même bien informé, de faire un choix d’orientation ? Alors que les élèves « performants », issus des « bonnes familles », ne se déterminent – souvent laborieusement – qu’à partir de 18 ans ?

Sur la souplesse d’organisation des sections professionnelles : si l’assouplissement doit se faire sans moyens supplémentaires, faut-il en déduire que les équipes pédagogiques, sur le terrain, en seront réduites à bricoler dans le bénévolat ?

Sur la motivation des élèves : la ministre est-elle vraiment sérieuse quand elle imagine remotiver les jeunes du professionnel en leur proposant des « défis » et autres carottes infantilisantes du genre « activités récréatives » ? Prend-elle à ce point nos élèves pour des gosses débiles et immatures ? Ou feint-elle d’ignorer – retour au cache-misère socio-économique – que le mauvais rapport qu’entretiennent ces jeunes avec l’école est étroitement lié à la réalité sociale ? Les jeunes qui fréquentent le professionnel savent, au moins confusément, qu’il n’y a pas de place pour eux dans l’économie de marché, ou alors des places d’exécutants dans des jobs qui s’apprennent sur le tas et dont on change comme on change de chemise. Ne perçoit-elle vraiment pas qu’il devient de plus en plus difficile de motiver les jeunes parce que, justement, la société est de plus en plus duale, de plus en plus dure, de moins en moins engageante…?

Une alternative : l’Ecole commune, ou comment en finir avec le professionnel avant 16 ans…

Une fois de plus, présentons notre proposition alternative. Bien sûr, c’est un plan autrement ambitieux que celui de Mme Simonet. Bien sûr, d’aucuns le balaieront d’un revers de la main en nous traitant d’utopistes.

A ceux-là, nous répondrons que croire qu’on atteindra les objectifs généraux du décret Missions dans le système actuel et avec des « plans » aussi insipides relève d’une utopie au carré.

A ceux-là, nous rétorquerons que nos propositions répondent de manière bien plus efficace aux problèmes concrets, réels, des jeunes qui fréquentent actuellement le professionnel.

A ceux-là, nous rappellerons enfin, car il est malheureusement nécessaire de le faire, qu’à part les 3 à 4 % d’enfants souffrant de handicaps mentaux spécifiques, tous sont capables de suivre un enseignement général et polytechnique en tronc commun. A condition, bien évidemment, que le système scolaire soit réformé de manière ambitieuse et progressive.

Nous voulons aller vers une école commune à tous les enfants, de 6 à 15 ans. Une école à la fois générale et polytechnique. Toute forme de spécialisation professionnelle en serait exclue. Celle-ci se ferait après 16 ans, dans de bien meilleures conditions, avec des jeunes plus mûrs et maîtrisant les bases générales (les professeurs de cours techniques et pratiques n’observent-ils pas que le principal handicap de leurs élèves réside dans des lacunes mathématiques et linguistiques ?)

Bien entendu, cette « révolution » ne peut être généralisée du jour au lendemain : les jeunes qui fréquentent aujourd’hui le premier degré différencié ne peuvent pas suivre un tronc commun. Il faut donc d’abord « mettre le paquet » dans le fondamental : réduction de la taille des classes, engagement vraiment massif d’instituteurs, systèmes de remédiation et d’aide scolaire, etc. La réforme avancerait d’année en année pour se mettre en place en dix ans.

On l’a vu plus haut, la mixité sociale est une des trois conditions pour atteindre nos objectifs. Il s’agit dès lors de casser les mécanismes de ségrégation. Par conséquent, de briser deux tabous typiquement belges : l’inscription des élèves « comme sur un marché », et la concurrence entre réseaux. Nous proposons d’affecter les élèves à une école déterminée selon leur domicile et – différence par rapport à la carte scolaire française – le revenu de leurs parents. Ce qui implique un découpage géographique du territoire en zones socialement mixtes, assez réalisable en Belgique, vu sa densité de population. Par ailleurs, nous en appelons à un réseau unique, forcément public.

Hormis ces réformes de structure, nous voulons rendre l’école plus humaine par une ouverture aux activités artistiques, sportives et associatives ; par une libération de l’initiative pédagogique (à condition d’atteindre les objectifs) ; par une guidance et une aide scolaire plus proches de chaque enfant (rattrapages, études dirigées, centres de documentation, cours accélérés pour les enfants primo arrivants, etc.).

On le voit, l’Ecole commune, démocratique, est bien autre chose que la « brocante bordélique » que dessine Mme Simonet, dont le cabinet reconnaît d’ailleurs qu' »il ne s’agit jamais de grands bouleversements mais de petites souplesses » [[Le Soir, 12/07/12]]. Bonjour l’ambition !

5 COMMENTS

  1. Michèle
    De toute façon,il me semble que… Le problème des « projets-pilote » est qu’ ils peuvent parfois fonctionner avec une équipe d’ enseignants volontaires…

    Mais quand on généralise ce projet-pilote à toutes les écoles,les enseignants ne sont pas volontaires, on ne leur demande pas vraiment leur avis et enfin, ils ne sont pas formés à une événtuelle réforme interessante, comme par exemple, selon moi,le projet de « l’ enseignement rénové », ou du « cycle 5/8 ans », en leurs temps…

  2. On nous trompe : que Mme Simonet cesse de procrastiner !
    Je pense que Mme Simonet connait très bien les carences de notre enseignement ; elle sait très bien aussi que c’est abusivement que nos décrets évoquent un « tronc commun » en Communauté française. Elle n’ignore pas que les structures médiévales de notre école convenaient à une époque où ne s’instruisait qu’une minorité de la population. Elle n’a jamais cru qu’un CEB passé à 12 ans permettait de mesurer la maitrise des compétences de base. Elle sait que les multiples rustines qu’elle et ses prédécesseurs ont collées sur le premier degré pour lui permettre de compléter ce que les instituteurs n’ont pu mener à leur terme ne donnent que l’illusion d’une amélioration.

    En un mot comme en cent, elle est pleinement consciente que notre école, pour fournir à nos enfants une éducation qui leur apporte le savoir et la formation citoyenne dont se gargarise l’article 6 du décret Missions, a besoin d’une authentique révolution, et non des mesurettes qu’évoque l’article du Soir. Et cette révolution requiert un engagement auquel elle n’est pas prête à souscrire.

    On pourrait interpréter ceci comme un procès d’intention à l’égard de la ministre. Il n’en est rien : plus le temps passe et plus les causes de l’échec de nos élèves sont connues. La qualité des conseillers dont s’entoure la ministre ne permet pas de douter de sa pleine information.

  3. l’école est un alibi
    Avez-vous déjà vu un ministre de l’intérieur fustiger les policiers ?
    Avez-vous déjà entendu un ministre de la Défense égratigner « ses » militaires ?
    Avez-vous déjà entendu un ministre des finances critiquer les employés du bureau des finances ?
    REPONSE : NON !
    Par contre, lorsqu’il s’agit d’enseignement, la tentation est toujours aussi grande…
    La ministre n’a qu’une suggestion : non au redoublement ! Comme les orateurs demandaient de détruire Carthage, elle répète sans cesse son laïus sans approfondir ce qu’elle propose.
    Les orateurs romains ont eu, eux !, raison de Carthage !
    L’enseignement continue de poser problème et on pèrore sans fin à la tv sans ajouter un cent de plus pour les futurs combats à mener.
    Pire que cela, on prône maintenant le système anglais avec vision du prof par la direction, les inspections toutes les années !!! et interview annuelle de chaque prof avec la direction. A la clé, une série de primes !
    Nous voilà ainsi devenus chasseurs de primes. Je vous parie que ce seront les plus talentueux en courbettes qui l’obtiendront ! Face à nos directions, reconverties souvent malheureusement en trafiquants d’élèves, la Ministre bâcle ses propos et donne de la tête au coup par coup, à la Sarkozy. Une formule choc, quelques deniers saupoudrés ça et là, une expérience dans un recoin et le tour de passe-passe est joué.
    Pourtant sur le terrain, ça gueule, ça s’époumone, ça burnoutise… ! Peu importe, plus le mensonge est fort, mieux il passe ! Et les élèves ne sont plus un objectif, ils deviennent une simple ressource humaine qu’on gère comme un capital, chacun d’entre eux représentant NTPP et quelques deniers. Sinistre boutique où il faudra, en plus du reste, faire preuve d’allégeance au pouvoir !
    Tout le monde sait que le contrôle améliore la qualité du produit ! : ainsi, un inspecteur s’est présenté à la maison pour enquêter sur mon couple ! Il a noté tous nos gestes, nos petits mots, nos délicates attentions, la distribution des tâches au sein du ménage, les heures consacrées à l’enfant, à la tv, à l’extérieur. Le tout pour faire un magnifique rapport pour améliorer notre engagement !
    Alors les bricolages, les directives ministérielles, ce déluge d’attention et de prévenance pour ces chers petits, ça me gonfle !
    Foutez-la paix aux gens et retravaillons sur des Valeurs ! L’école est malade de la société et pas la société malade de l’école. L’école est un alibi pour masquer les inégalités. Si on supprimait l’école, on verrait le gouffre entre les nantis et les plus démunis, des difficultés relationnelles qui se posent tous les jours aux enseignants qui ont besoin d’écoute, de réconfort, d’encouragement, d’empathie. Un établissement scolaire n’est pas uniquement une rencontre entre personnes, c’est un creuset pour les civilisations futures.
    Changeons la société et l’école se transformera.
    Pour l’instant, on semble plutôt privilégier l’hypocrisie, le laissez-aller, les complaisances, les petites magouilles des chuchotements de fond de couloir, l’orgueil des établissements qui peuvent afficher complet en mai, …
    Un véritable arsenal de mauvaise foi, d’élucubrations pédagogiques, de démagogie, de mensonges, de mépris,…
    Je poursuivrai ma prose à un autre moment car il se fait tard !

  4. Analyse légère ?
    Riche = chance de réussite; pauvre = peu de chance. N’est-ce pas là un peu réducteur ?!
    Loin de moi de défendre Mme Simonet, mais vos propositions ne me semble pas être meilleures… Juste un autre regard convaincu.
    De la nuance et du réalisme seraient plus utiles. Pourriez-vous souhaiter imposer vos idées très politisées à tous ? Ceux que vous critiquez tant doivent-ils abandonner de développer leurs compétences intellectuelles élevées dès le plus jeune âge ? Défendez-vous une évaluation sérieuse du décret inscription ?? Avez-vous échos des conséquences très négatives sur toutes les couches de la population des élèves ? Et sur les enseignants qui ont réllement vécu un changement de population ? Changer le système par décret ne fonctionnera jamais, Madame a raison, les projets oui, pilotes non ! L’histoire l’a déjà tant de fois démontré…
    Les enfants issus de familles défavorisées qui ont menés de bonnes études, de quels types d’écoles sont-ils issus ? Quelles ont été les autres conditions de réussite (environnement, famille, décret, quartier,…)? Si vous connaissez une étude rigoureuse faite en ce sens, cela m’intéresse vraiment. Sincèrement.
    Belle journée !

    • A Lilifigaro
      Un. La corrélation entre niveau socioéconomique et résultats scolaires n’est pas une vision réductrice de la réalité. Elle est étayée scientifiquement et confirmée tous les trois ans, par exemple, par les tests PISA, commandités par l’OCDE, que personne n’accusera d’être d’extrême gauche…

      Deux. Manque de réalisme et de nuance ? Relisez l’article attentivement : il anticipait ce genre de reproche. La réponse à vos « pourquoi » y figure en toutes lettres. Nous voulons une école démocratique pour une société égalitaire. Et une société égalitaire qui se nourrisse d’une école démocratique.

      Trois. Pouvez-vous m’indiquer précisément où vous lisez que je critique les enfants issus de milieux aisés et fréquentant les écoles qui leur sont destinées ? C’est aux mécanismes d’inégalité que nous nous en prenons, à leurs conséquences socialement injustes, jamais aux enfants qui ont eu la chance de « bien naître ».

      Quatre. Le décret inscriptions : l’Aped s’est longuement exprimé en la matière (cf. articles sur ce site). Il va dans le sens d’une plus grande mixité sociale, donc à nos yeux dans le bon sens. Mais il n’a qu’un effet marginal (il ne modifie la composition des publics que dans les écoles les plus prisées et reste sans effet partout ailleurs). L’article auquel vous réagissez rappelle brièvement la proposition alternative de notre association.

      Cinq. Peut-être le décret inscription a-t-il perturbé certains collègues. Avez-vous une pensée pour ceux, bien plus nombreux, qui travaillent dans les écoles et classes ghettos de « pauvres », là où sont concentrées toutes les difficultés ?

      Six. « Changer le système par décret ne fonctionnera jamais ». A quoi sert le politique, alors ? La création de la Sécurité sociale, dans l’après-guerre, n’a -t-elle pas été décrétée ? Le droit de vote pour les femmes ? Etc. Les décrets ne sont pas seuls à faire avancer l’histoire, mais on ne peut nier leur formidable capacité d’accélérer les choses.

      Sept. Les conditions de réussite des rares jeunes d’origine populaire à briller dans le supérieur ? Bernard Charlot a travaillé sur cette question. Nous avons aussi l’intime conviction que l’école doit offrir à tous les enfants les conditions dont disposent ceux qui réussissent : c’est le sens du concept d’école ouverte dans notre programme en dix points (« Vers l’Ecole commune »).

      Merci pour votre réaction.

Comments are closed.