Inscriptions : hourra ?

Facebooktwittergoogle_plusmail

Depuis cinq ans, l’inscription en première secondaire est soumise à une certaine régulation. Il y a eu le principe « premier arrivé premier inscrit » de Marie Arena et les files qui s’en suivirent. Puis il y eut le tirage au sort de Christian Dupont (raillé sous le nom de décret lotto par les chantres de l’immobilisme) pour départager les ex aequo. Enfin, depuis trois ans, un système relativement complexe mis au point par Marie-Dominique Simonet qui départage les élèves en fonction de critères essentiellement géographiques. L’objectif avoué était de favoriser la mixité sociale. Est-il atteint ? Selon le dernier rapport du Comité de Pilotage, il y a un mieux. De quel ordre ? Accrochez vos ceintures : en 2006/2007, c à d lors de la dernière année d’inscription non régulée, il aurait fallu que 17,3 % des élèves changent d’école pour que ceux que l’on appelle poétiquement Isef (indice socio-économique faible) soient équitablement répartis dans toutes les écoles. En 2010/2011, ce nombre passe à … 16,8 % pour obtenir le même résultat ! Avec un sens certain de l’euphémisme, le Comité parle de « légère amélioration de la mixité ». A l’époque, et depuis lors, nous n’avons cessé de dire que cette régulation est à nos yeux bien trop timide pour avoir la moindre chance de favoriser la mixité autrement qu’à la marge. Nous n’avons pas vraiment l’impression d’être démentis par ces chiffres …
JPK (source : Le Soir 19/5/12)