Jasmin et Dignité

Facebooktwittergoogle_plusmail

L’écrivain français Gabriel Charmes, en visite au pays du Cham en 1882, décrivant un nouvel esprit qui s’installait écrivait: «…l’inspiration à l’indépendance domine les esprits. J’ai pu observer, pendant ma présence à Beyrouth, les jeunes musulmans s’occuper à construire des hôpitaux et des écoles et à travailler pour le développement de la nation. Le plus important est que le communautarisme et le racisme étaient bannis. On pouvait trouver des Arabes chrétiens travailler dans les associations musulmanes… ».

Quelques années plus tard, la révolution arabe est déclarée contre l’empire Ottoman. Les Arabes s’allient aux Britanniques et aux Français en échange de la promesse de l’édification de l’Etat arabe. Un Etat que le mouvement national arabe a voulu, lors de son premier congrès réuni à Paris en 1913, moderne, démocratique et laïque… à l’image de la République française disait-il! Ironie de l’histoire, la nation arabe est politiquement née à Paris, capitale de l’une des deux puissances coloniales qui trahiront les promesses données au monde arabe qui sera divisé et colonisé, avec la Palestine sacrifiée au profit de la construction d’un Etat juif. Ce faisant, l’Occident ferme la porte de la modernité au monde arabe.

Plus d’un siècle plus tard, la révolution tunisienne du jasmin et l’égyptienne de Midan Al Tahrir inaugurent sans doute une nouvelle ère arabe. Elles viennent d’acter la volonté populaire de se mettre debout et penser le monde par soi-même. Cela faisait trop longtemps que le doute de soi, la peur, la haine, les interdits et la méfiance envers l’autre remplissaient le cœur des arabes privés de démocratie.

En quelques jours, l’Arabe se découvre capable de volonté, de résistance ; il se sent utile, il refait société, il se pense capable de décider du monde dans lequel il aimerait vivre. Il se veut capable de juger ses dirigeants et leur intégrité, de contester leurs choix et leurs alliances, de contester des décisions politiques imposées par un Occident qui n’a pas encore compris qu’il a tout intérêt à ce que les Arabes puissent accéder à la liberté de penser, forger leur propre opinion et défendre leur droit. Un Occident qui devrait se presser de mettre fin à la politique des « deux poids, deux mesures » concernant la question palestinienne et son traitement injuste et humiliant pour tous les Arabes, à l’exception de leurs dirigeants.
Par ailleurs, le silence de certains intellectuels qui d’ordinaire se font passer pour les infatigables défenseurs des droits de l’homme est assourdissant. Ils pensent sans doute que les intérêts d’Israël, ami fidèle de la dictature de Moubarak, sont plus importants que les 80 millions d’Egyptiens qui aspirent à la démocratie.

Quelque soit l’avenir de cette révolution, il est sûr que désormais l’Arabe, où qu’il soit, vient de récupérer sa dignité et l’estime de soi. C’est déjà beaucoup.

2 COMMENTS

  1. Jasmin et Dignité
    Mais pour que les peuples du monde voient l’importance de ce qui est en cours, il est indispensable qu’ils abandonnent à leurs créateurs toutes les thèses représentant certaines dictatures corrompues comme « remparts contre l’islamisme », répétition aggravée du soutien aux remparts contre le socialisme d’il y a une trentaine d’années.

    D’ailleurs lorsque les grandes puissances considèrent un gouvernement comme rempart contre l’islamisme ou le communisme, ils disent très précisément qu’ils considèrent ce gouvernement comme un instrument et il est tout à fait logique en ce sens qu’ils le jettent comme un vieux crouton lorsqu’il n’est plus utile.

    C’est aussi vrai pour le général Ngo Dinh Diem au Vietnam en 1963 que pour Ben Ali ou pour Mubarak.

    Pour plus de détails sur le sujet :

    [Une nouvelle science : la rempartologie 🙂
    Contribution à l’étude de la chute des remparts …
    contre le communisme, l’islamisme…
    La méthode Cabot Lodge a encore de l’avenir
    ou
    Alain-Gérard Slama en est tout éberlué->http://blogs.mediapart.fr/blog/micheldelord/090211/contribution-l-etude-de-la-chute-des-remparts-contre-le-communisme-l-i]

    Michel Delord

Comments are closed.