L’éducation lente

Facebooktwittergoogle_plusmail

Le dossier du n° 382 de la revue Silence (septembre 2010) est consacré à « l’éducation lente », avec des textes ou des interviews de Maurice Holt, Carl Honoré, Joan Domènech et Gianfranco Zavalloni. L’éducation lente s’inscrit dans un mouvement plus large baptisé « slow », qui vise à ralentir les rythmes de la vie (sociale, scolaire, urbaine, gastronomique et même sexuelle) pour reprendre du pouvoir personnel et collectif dans une société capitaliste industrielle qui ne cesse d’augmenter la vitesse des flux économiques, toujours dans le but d’engranger un maximum de profits. Autrement dit, c’est kairos – le temps de la qualité, de la nature, des processus – contre chronos, le temps qui limite, qui clôt, qui quantifie. Au long des articles, on découvrira les principes de cette pédagogie d’un genre spécial : perdre du temps à parler avec les élèves; revenir à la plume; marcher, aller à pied; dessiner plutôt que photocopier; regarder les nuages dans le ciel; écrire de vraies lettres et des cartes postales; apprendre à siffler à l’école; faire un jardin à l’école. Une telle école existe, par exemple, à Villasar de Mar, située à une trentaine de kilomètres au nord de Barcelone. L’enseignement finlandais est également donné en exemple à plusieurs reprises. Nul doute que ces propositions réellement révolutionnaires ne laisseront personne indifférent !

Silence est presque exclusivement disponible par abonnement à l’adresse suivante : 9, rue Dumenge F-69317 Lyon cedex 04.

Bernard Legros