France : lutter contre l’absentéisme en supprimant les allocations familiales ?

Facebooktwittergoogle_plusmail

Le ministre Luc Chatel a reçu cinq sur cinq le message démagogique de son Président. Le 30 avril dernier, il a déposé une proposition de loi visant à suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme répété.

Désavoué lors des récentes élections régionales, Sarko revient aux classiques sécuritaires, antisociaux et musclés qui lui avaient réussi pendant sa campagne présidentielle. Et sa clique fait du zèle.

Ce n’est pourtant pas en montrant du doigt les familles des « décrocheurs », pour la plupart socialement précarisées, et en les plongeant encore plus dans la pauvreté, que l’on ira vers une solution du problème. Pire : qui pourrait faire classe dans les écoles ghettos fréquentées par des jeunes dont la présence serait seulement motivée par les allocations familiales. M. Chatel, peut-être ?

A titre indicatif, en Grande-Bretagne, la lutte contre l’absentéisme, pourtant bien plus musclée, est sans résultats. Des amendes et des peines de prison sont prévues pour les parents en cas d’absentéisme de leur enfant. De 2002 à 2007, 133 parents ont ainsi été envoyés en prison. Dans la même période, le taux d’absentéisme a augmenté de 0,7% à 1%. Et 2009 afficherait un taux record …

PhS