Public – privé

Facebooktwittergoogle_plusmail

La pénétration du néo – libéralisme (économique), et l’hégémonie qu’il a développé dans le secteur des administrations publiques, dans la vulgate pédagogique, se base sur la neutralisation et le refoulement de certaines de ses caractéristiques et dynamiques spécifiques, comme par exemple les privatisations.

Dans toute la littérature “officielle” et “ministérielle” relative au processus de Bologne, les références aux processus actuels de privatisation et de marchandisation de l’éducation sont inéxistantes. Comme ils le sont aussi dans les documents, dans les programmes, dans la détermination de l’actuel espace européen de la formation.
Les termes traditionnels, “public” et “privé”, ont été remplacés par le couple “apprentissage formel” – “apprentissage non formel”. Termes beaucoup plus neutres dans la définition des missions de l’Etat et les droits/devoirs des citoyens.
L’abolition du couple “public – privé” est une opération qui occulte la question classiste et cache l’inégalité des chances dans le domaine de l’éducation.