Faire le vide

Facebooktwittergoogle_plusmail

ARIES Paul, COSTA-PRADES Bernadette, Apprendre à faire le vide. Pour en finir avec le « toujours plus », Milan, 2009, 135 p.

Le politologue Paul Ariès, théoricien de la décroissance en France, et la journaliste Bernadette Costa-Prades proposent un petit précis de philosophie morale pour l’apprentissage de la phronesis, de la sobriété existentielle, du respect de soi-même, des autres et de la Terre. Une caractéristique anthropologique de la société capitaliste, productiviste et industrielle est d’abolir les limites et de saturer les désirs individuels de consommations diverses (matérielles ou symboliques), engendrant frustrations, dépressions, aliénations et violences contre ses semblables. Un tel monde n’est plus tenable. Tenant des propos à la fois descriptifs et prescriptifs, les auteurs brossent, sans rentrer dans le détail, des tableaux en forme de suite : de la logique de la mode à l’idéologie sécuritaire en passant par le bouleversement des rythmes sociaux (par le travail du dimanche, la disparition des nuits obscures et silencieuses), le centre commercial, le culte de la performance, la jouissance sans désir, les nouveaux codes de la sexualité, l’abrutissement dans le travail et l’agriculture intensive, entre autres. Au premier regard, une telle énumération paraît disparate, mais à y regarder de plus près, elle forme la trame d’une métamorphose culturelle de grande ampleur. Le dernier chapitre dévoile une idée-force pour inverser la tendance : instaurer la gratuité du bon usage des ressources.

Bernard Legros