Une expérience (linguistique) vécue…

Facebooktwittergoogle_plusmail

Depuis plusieurs années, je participe avec beaucoup d’intérêt aux activités de l’APED
(voyage à Cuba, visite d’Anvers, colloques…)
C’est donc naturellement que je me suis inscrit à la journée « Un autre regard sur Charleroi ».

Le programme mentionnait en sous-titre « journée de rencontre entre enseignants flamands et francophones ».
Ce sous-titre allait s’avérer bien réel dans mon cas personnel, jugez-en plutôt…

Dès ma montée dans le train Anvers-Charleroi, à la gare de Braine-l’Alleud,je constatai que la personne assisse en face de moi consultait fébrilement le programme de l’APED (ou plutôt de l’OVDS) et le plan indiquant le trajet à pied de la gare de Charleroi à la FUNOC. Je l’informai donc (en français) que j’allais au même lieu que lui ; il me répondit, avec un petit accent trahissant ses origines néerlandophones, qu’en effet il participe lui aussi à cette journée à Charleroi !

La conversation s’est poursuivie, on aborda des sujets d’actualité pédagogique, économique, politique… chacun faisant l’effort de parler la langue de l’autre.

C’était bien parti !

A la sortie du train, Anversois, Bruxellois, Brabançons flamands et wallons se dirigèrent avec un ensemble touchant vers la FUNOC, notre lieu de rencontre commun.

Là, j’ai pu continuer à perfectionner ma pratique du néerlandais grâce aux conversations lors du repas de midi avec des enseignants néerlandophones.
Enfin lors du retour en train, je me suis retrouvé à côté d’une enseignante anversoise et comme à l’aller, nous avons « refait le monde et la Belgique » dans nos deux langues nationales.

Et nous nous sommes fait la réflexion que si chacun y mettait un peu de bonne volonté, il y a vraiment moyen de se comprendre et de s’apprécier mutuellement entre nos deux communautés, au-delà des préjugés et des extrémismes…