« Le Vif » a dérapé…

Facebooktwittergoogle_plusmail

Marcel Leurin réagit ici à un article publié dans Le Vif.

Le titre de couverture « Comment l’islam menace l’école » est un titre racoleur indigne du Vif-L’Express. Le titre intérieur va un pas plus loin dans l’infamie, passant d’une simple menace – grave, puisqu’elle pèse sur tout le système scolaire – à l’état pathologique : « Comment l’islam gangrène l’école ». Ce n’est pas la religion pratiquée paisiblement par la majorité des musulmans qui constituerait éventuellement une menace pour l’école, mais l’intégrisme d’une poignée de fanatiques islamistes. Je ne comprends pas que la rédactrice en chef de mon hebdomadaire préféré assume la promotion d’une telle confusion.
 
L’article n’est rien d’autre que la juxtaposition de cas particuliers – incontestables, mais gonflés – présentés comme s’ils étaient généralisables  à toutes les écoles des quartiers multiculturels. Ça n’a rien à voir avec une enquête – terme qu’utilisent certains intervenants du blogue –, pas plus qu’avec une authentique démarche journalistique.
 
Il convient de rappeler qu’aucun parent n’a le pouvoir d’exercer quelque pression que ce soit ni sur les directeurs, ni sur les enseignants, ni sur les responsables des pouvoirs organisateurs. L’article 76 du décret “missions” de la Communauté française prescrit :
« Par l’inscription dans un établissement, tout élève majeur, tout élève mineur et ses parents ou la personne investie de l’autorité parentale en acceptent le projet éducatif, le projet pédagogique, le projet d’établissement, le règlement des études et le règlement d’ordre intérieur. »
Si lesdits projets et règlements ne conviennent pas à certains parents, il appartient aux responsables de l’établissement de refuser l’inscription de leurs enfants. Une telle décision est évidemment peu compatible avec la “chasse à l’élève” à laquelle se livrent démagogiquement certaines écoles ; mais quelle autorité morale – et quelle capacité de résistance à d’éventuelles pressions – peuvent détenir des directeurs et des enseignants substituant la valeur marchande de l’élève à la mission éducative de l’école ? Une telle attitude ne rend-elle pas sujettes à caution  leur éthique et leurs conceptions professionnelles ? Et quel jugement  porter sur des journalistes acceptant de servir de caisse de résonance aux récriminations des auteurs d’une telle marchandisation ?
 
Notre société – spécialement en ville – est devenue multiculturelle, et ce caractère croitra avec les années. La moitié des élèves – belges ! – de nos écoles bruxelloises est d’origine maghrébine ou turque. Il n’est plus temps de s’interroger sur la pertinence des mesures adoptées par nos gouvernants dans les années d’après-guerre pour soutenir notre essor économique : quels que soient les sentiments qu’elles suscitent, tout doit être mis en œuvre , dans une démarche interculturelle volontariste(*), pour que chaque citoyen – autochtone ou d’une autre ethnie – prenant conscience de l’ethnocentrisme qui l’aveugle, accepte comme normale toute manifestation d’altérité. Certaines écoles et de nombreuses associations de quartier font à cet égard un remarquable travail, que la presse se devrait d’encenser ; elles créent de multiples occasions de rencontre dans une atmosphère excluant tout rapport hiérarchique de manière à permettre à chacun – “eux” et “nous” – de découvrir que nous avons beaucoup plus de choses en commun que de dissemblances, et que nos craintes réciproques sont infondées. 

 
Je ne doute pas que la rédaction d’un hebdomadaire tel que Le Vif doit parfois connaître des affrontements houleux, et qu’il doit arriver à certaines des décisions qui y sont prises d’être péniblement arrachées. Mais chacun devrait se rappeler que tout journaliste de qualité a une responsabilité pédagogique à l’égard  de ses lecteurs  : à l’heure où le contrôle ininterrompu de l’audimat conduit la plupart des médias audiovisuels à se livrer à une surenchère populiste, à l’heure où la plupart des politiciens sombrent dans la démagogie en se laissant guider exclusivement par les échéances électorales, comment les citoyens assumeront-ils la démocratie si les journalistes de la presse périodique de qualité ne les aident pas, par des analyses approfondies des évènements, à passer de la simple opinion à la conviction argumentée ?

 
En l’occurrence, j’estime que Le Vif – auquel je suis abonné depuis très longtemps – a failli à sa mission. Et j’en suis fort peiné…
 
Soyez assurés, Mesdames et Messieurs les Journalistes, de mes tout bons sentiments.

(*) Il n’est peut-être pas inutile de souligner ici que la Commission de l’Union européenne et le Conseil de l’Europe se sont associés pour faire de l’année 2008 l’“Année Européenne du Dialogue Interculturel”.
 

Intervention publiée dans Le Vif-L’Express N° 37, du 12 au 18/09/2008

1 COMMENT

  1. Un mag a dérapé… MOI JE NE TROUVE PAS! Ya bien pire à dénoncer
    Voyons monsieur « l’intellectuel », je vois … cela vous choque!

    Et les plus de 4 à 7 millions de mort civils depuis 14 ANS (pour la plupart
    des femmes, des enfants en particuliers, de simples cultivateurs), dans l’Est de votre ancienne « colonie » le Congo ça vous choque si peu que la presse de notre cher pays et ses médias refuse obstinément d’en parler tant l’occident vit de ces morts, de notre sang.

    Peut-être attend-on d’atteindre le genre de reccord en nombre de morts obtenu par Hitler et ses copains en moins de 6 ans. Lui c’était bien sûr grâce aux méthode d’exterminations nazies etc.

    L’uranimum de vos bombes et centrales et le pétrole qui explose dans vos moteurs en vous rendant si heureux et fiers, sans parler de l’or à vos poignets et au cou de vos moitiés et les minerais divers … ça vous dit quelque chose? Je ne crois pas car ce n’est pas le vif qui a du s’épancher sur le sujet. Trop d’actionnaires bedonnants européens américains indiens et j’en passe et des meilleures.

    Et la base militaire américaine ultra moderne située au Rwanda … A deux pas des « ZONES DE CARNAGES OU DE MASSACRE DE CIVILS CONGOLAIS » …

    Au Kivu, on démoli les utérus des femmes après de viols de masse organisés ainsi on fait disparaître lentement et sûrement des tribus protectrices des cycles naturels de la terre gardiens des forêts et des rivierres. Bon bref. Il y a plein d’autres types d’atrocités, il suffit de vous renseigner un peu, sur le net par exemple. Mais je ne crois pas monsieur que se soit votre tasse de thé.

    Ah oui! J’oubliais! que ce ne sont que de pauvres noirs! donc, en bon européen il est quand même plus aisé de se battre, et même de prendre des risque pour que le titre d’un article ne froisse pas trop la communauté (très soudées et solidaires) des personnes originaires du maghrebine oups … pardon … tous ces braves belges musulmans ou pas d’ailleurs. Savez vous monsieur, que pour certain bambins déjà à partir de 14 ans, le tabassage de profs est tout simplement banal et que le « rançonnage » de leus condisciples (témoignages de divers jeunes garçons et filles en humanités) moins violents, est tout à fait normal?
    non j’imagine car ce n’est point ds ce type d’établissement que vous avez dû « faire vos classes » alors bon. KDW

Comments are closed.