Simonet et les recteurs à Mexico

Facebooktwittergoogle_plusmail

La semaine dernière, Marie-Dominique Simonet (CDH), ministre de la Communauté française de Belgique – enseignement supérieur, recherche et relations internationales -, conduisait une délégation composée des recteurs des trois grandes universités francophones, de professeurs et de chercheurs (Le Soir, 8 septembre 2008). Bien sûr, nous nous réjouissons de voir s’intensifier les échanges internationaux au niveau de l’enseignement et de la recherche. S’il s’agit d’oeuvrer ensemble à ce qu’on pourrait appeler le bien commun. Parce que s’il s’agit d’actions stratégiques dans un contexte de guerre économique mondiale, nous ne sommes plus d’accord du tout.
Hélas, à lire l’article susmentionné, nos soupçons paraissent légitimes. Ce qui n’aura pas échappé au journaliste, qui titre : “Nos unifs visent (c’est nous qui soulignons) le Mexique”.
Il est piquant de noter que les autorités académiques étaient flanquées pour l’occasion de la directrice scientifique du pôle de compétitivité wallon BioWin. Ces mêmes autorités évoquent la nécessité de s’internationaliser davantage, poussées qu’elles sont par la globalisation et le processus de Bologne. “C’est indispensable si nous voulons rester des acteurs à l’échelle de Bologne ”, souligne B. Coulie (UCL). Côté mexicain, l’enjeu majeur s’exprime de manière plus limpide encore : le président Calderon a fait de l’accès aux études et à la connaissance une priorité. Alors, humaniste, ce président de droite ? Que nenni, il ne vise rien d’autre que l’accès au marché scolaire mondial via une adhésion au processus de Bologne. L’article le confirme en avançant que c’est pour soutenir le développement de son économie que le gouvernement a l’intention de quadrupler, à l’horizon 2010, le budget consacré à la recherche. Les partenariats qu’il noue avec les Européens doivent être lus à cette lumière. Ils présentent en plus l’intérêt tactique d’ouvrir le jeu par rapport au “grand frère” américain. Alors, chercheurs, recteurs, ministres, ou maquignons ? PhS