Communiqué CGSP-Enseignement et CSC-Enseignement

Facebooktwittergoogle_plusmail

Communiqué de presse
23 mai 2008

Le voltigeur et les mécanos

La CGSP-Enseignement et la CSC-Enseignement ont pris connaissance des déclarations du sénateur Destexhe qui plaide pour une plus large autonomie des pouvoirs organisateurs et qui s’oppose à toute forme de cohérence et de régulation dans le système éducatif. Libéral pur jus, il prône un marché scolaire dérégulé dont les conséquences (exclusion et inégalité) sont largement mises en évidence par les évaluations scientifiques du système scolaire. Son discours confond volontairement et sciemment autonomie de gestion et autonomie pédagogique ; seule cette dernière forme d’autonomie est réclamée par les organisations syndicales au profit des professionnels de l’éducation.

CGSP-Enseignement et CSC-Enseignement assistent aujourd’hui à l’expression prévisible des pouvoirs organisateurs qui abondent dans la logique libérale (par la voix du secrétariat général du Ségec).
La limitation du nombre d’élèves par classes, les balises mises par rapport au détournement de périodes et à leur libre utilisation, autant de dispositions acquises par les organisations syndicales à l’occasion de la négociation sectorielle de décembre 2006, ont pour objectifs :
– d’enrichir l’encadrement pédagogique des élèves ;
– d’améliorer les conditions de travail des membres du personnel ;
– de se donner les moyens de lutter contre le décrochage scolaire, le redoublement et l’échec ;
– de freiner la concurrence débridée et destructrice entre établissements scolaires, concurrence qui nuit aux chances de réussite des enfants et à l’exercice du métier.

CGSP-Enseignement et CSC-Enseignement réfutent les arguties développées par les pouvoirs organisateurs ; elles continueront à se battre contre la pénibilité du métier et contre l’échec scolaire. Ce combat se poursuit aujourd’hui à l’occasion de la concertation sociale 2009-2010 où elles réclament des moyens visant l’amélioration de la vie scolaire au bénéfice de tous les acteurs.

CGSP-Enseignement et CSC-Enseignement attendent l’application du décret qui résulte de la convention sectorielle signée par tout le Gouvernement de la Communauté française, en dépit des stratégies patronales qui visent à casser le fruit de la concertation sociale.

Michel Vrancken, Président CGSP-Enseignement, et Prosper Boulangé, Secrétaire général CSC-Enseignement