Préfet de Jacqmain : quelle sanction ?

Facebooktwittergoogle_plusmail

Séance chahutée, lundi 21 avril, au Conseil Communal de la Ville de Bruxelles. Il fallait y décider des éventuelles sanctions à infliger au préfet du Lycée Jacqumain, qui est reconnu coupable d’avoir effectué 80 pré-inscriptions d’élèves, en infraction avec le décret Arena.

A première vue, la sanction semble évidente : il s’agit d’une faute grave; qui plus est, une faute inacceptable sur le plan déontologique puisqu’elle vis à accorder des privilèges, des passe-droits, qui nuisent à la recherche d’équité dans l’enseignement. Tout enseignant coupable d’une infraction de cet ordre serait sans doute licencié sur le champ.

Seulement voilà. Le préfet de Jacqumain bénéficie, au sein du Conseil Communal, de l’appui inconditionnel du groupe MR. Et depuis le « dégommage » de Marie Arena, les PS et les CdH ne sont plus très combatifs pour défendre son décret.

Résultat des courses : la séance s’est clôturée courageusement sur un report de la décision.

Reste alors la question suivante : si le Conseil devait décider finalement de ne pas prendre de sanction sérieuse (du genre, seulement un blâme), que fera le ministre en charge de l’Education ? Décidera-t-il de retirer à la ville de Bruxelles les subsides de fonctionnement et les subventions-traitement ? Ou bien laissera-t-il ce précédent impuni, renforçant ainsi l’idée qu’au pays de la liberté d’enseignement, décidément tout est permis. Les règlements n’étant llà que pour ceux qui veulent bien les suivre…

1 COMMENT

  1. Préfet de Jacqmain : quelle sanction ?
    Vaste débât que celui autour et à l’entour de Monsieur Deguide et plus encore du désormais fameux décret inscription.

    L’enfer s’il existe ne serait-il pas pavé de bonnes intentions. Les motivation du décret en regorgeiaent d’excellentes intentions…

    Pourquoi alors ce décret enter en resistance contre d’excellents objectifs mais tout simplement parceque Monsieur deguide et bien d’autres qui le soutiennent a perçu avant même le première application de cette procédure les effets pervers qu’elle a effectivement produit.

    Le législateur n’a pas voulu écouter les acteurs de terrain qui onty crié au loups …

    Quel dommage pour nos nos écoles et surout nos élèves subissant de plein fouet de telles mesures politiques qui oublient de que l’homme restera toujours un homme.

    Dans le cas présent, Monsieur Deguide n’a -t-il pas exercé son libre arbitre de citoyen en refusant d’exécuter une mesure positive dans ses intentions mais absurde dans son application.

    Encore de beaux débâts en perspective sur l’équilibre entre l’efficacité et l’équité de notre enseignement…

    Anne .

    Bonnes réflexions

Comments are closed.