Résolution européenne sur les dangers du créationnisme dans l’éducation

Facebooktwittergoogle_plusmail

Une résolution votée par l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (n° 1580/2007) « s’oppose fermement à l’enseignement du créationnisme en tant que discipline scientifique, ou dans tout cadre disciplinaire autre que celui de la religion. »
Un collectif composé d’une quarantaine de professeurs d’université belges s’en réjouit, qui rappelle qu’aucune des versions du créationnisme – « jeune terre », « vieille terre » ou encore, plus subtil et pernicieux, « dessein intelligent » – ne résiste à une analyse scientifique.
On le sait, les attaques menées contre la théorie de l’évolution de Darwin sont systématiquement animées par les factions religieuses les plus conservatrices. Plus inquiétant : elles visent à détruire les fondements du matérialisme pour mieux imposer les dogmes religieux comme repères de la vie politique. Il ne s’agit pas de politique-fiction : le créationnisme a déjà trouvé oreille attentive et soutien plus ou moins actif auprès de dirigeants importants (dans l’Italie de Berlusconi, mais aussi en Serbie, en Russie, en Pologne …) Lors du vote, pas moins d’un tiers des parlementaires présents – essentiellement du PPE – se sont d’ailleurs prononcés contre le texte.
Source : carte blanche dans le Soir du 24 novembre 2007. (PhS)