Entrée en apprentissage dès l’âge de 14ans ?

Facebooktwittergoogle_plusmail

Je ne suis pas un chercheur en sciences de l’éducation, je ne suis pas un spécialiste de la psychologie cognitive, je ne suis qu’un professeur de terrain, qui exerce dans un collège de zone rurale, et qui intervient en plus, au titre du rectorat, comme formateur (auprès des nouveaux professeurs, nommés dans des zones sensibles). J’ai donc, en toute humilité, une relativement bonne connaissance du système scolaire du second degré, sous tous ses aspects. Et j’aimerais en toute humilité toujours, vous faire part de mon expérience en ce domaine, et sur ce point en particulier.

J’enseigne et je suis professeur principal de classes de troisième depuis des années et des années, dans une région rurale, le Perche, où les difficultés strictement scolaires, sans se traduire et c’est heureux de la même façon que dans les « banlieues », n’ont rien à leur envier (cf les statistiques de l’E.N. sur les taux de réussite aux examens, par bassin), et où, par tradition, un nombre relativement important d’élèves (bien supérieur à la moyenne nationale) se destine à l’apprentissage. Qui est réellement pour certain d’entre eux, la solution permettant une efficace insertion sociale, ou pour être plus exact une entrée réussie dans la vie active. Je n’ai donc aucune opposition de type idéologique à ce type de formation. Quand elles correspondent à un projet réel.

Mais parallèlement, il faut bien faire un certain nombre de constatations :

– ce sont les diplômes de niveau IV (cap) qui mènent aujourd’hui, malgré les exceptions que nous connaissons tous, aux situations les plus précaires (chômage initial, fréquence du chômage, durée du chômage…).
– les milieux économiques évoquent souvent ces temps-ci notre handicap dans les « secteurs à main-d’œuvre », qui justifie toutes les délocalisations voulues, et on annonce en revanche notre salut dans les secteurs exigeant des formations les plus élevées possible.
– la possibilité d’atteindre des niveaux de qualification plus importants par l’apprentissage existe bien (bac-pro, voire BTS etc.) mais elle ne concerne que des élèves ayant déjà une formation scolaire relativement élevée, recrutés en lycée ou en lycée professionnel, et absolument jamais des élèves ayant quitté le système en fin de collège.

D’autre part :

– entre trente et quarante pour cent des contrats d’apprentissage de fin de troisième, (concernant chez nous des élèves qui ne rêvent pourtant que de cela depuis un, deux, voire trois ans) sont rompus au cours des trois premiers mois (au passage c’est un taux d’échec infiniment supérieur à celui de l’E.N.).
– il devient de plus en plus difficile, pour les élèves qui le souhaitent, de trouver un maître d’apprentissage – « un patron » – et beaucoup de ceux qui en cherchent soit n’en trouvent pas, soit en trouvent dans des professions qui ne sont pas celles qu’ils envisageaient. Cela dans une région où le maillage artisanal, propice à ce type de formation, est important.
– les patrons qui acceptent des apprentis – et cela explique les deux remarques précédentes – se plaignent des difficultés qu’ils ont à concilier rentabilité de l’entreprise, qui est leur premier objectif, et formation de jeunes qui ont beaucoup de mal à se plier aux règles du travail, ou qui, et ce grief revient plus souvent encore, n’ont pas les compétences scolaires fondamentales suffisantes.
Dans ces conditions, je ne vois pas comment l’entrée en apprentissage deux ans plus tôt qu’aujourd’hui (un an et demi en tenant compte des actuelles dérogations) peut résoudre les problèmes de jeunes qui auront une moindre formation de base encore, et qui souffrent à l’heure actuelle au collège, pour diverses raisons, d’une incapacité à respecter la moindre règle (horaires, comportement, socialisation etc…), ce qui ne relève pas, sauf exception, du type de formation suivi. Que le collège doive adapter son fonctionnement à cette situation mieux encore qu’il ne le fait aujourd’hui, sans doute, mais de toute évidence, demander à des « patrons » soumis à des contraintes économiques, de prendre ces jeune en charge est une annonce qui relève d’une méconnaissance absolue de la question et de l’improvisation la plus dangereuse.
Que risque-t-il de se passer en effet : en admettant que ces jeunes trouvent des maîtres d’apprentissage (ce qui relève déjà un peu de l’utopie), si l’on garde simplement le même taux de résiliation des contrats d’apprentissage qu’aujourd’hui (et il ne peut que croître dans des proportions importantes puisque le nombre de patrons reste le même et qu’on multiplie celui des apprentis) cela signifie que des élèves de 14 ans et demi approximativement, en échec au collège (parce que c’est de ces élèves-là qu’ils s’agit), feront un petit détour de quelques mois dans le monde du travail, subiront un nouvel échec (qu’un échec puisse être formateur, sans doute, mais pas pour qui n’a jamais connu que ça), et réintégreront nécessairement le collège, en cours d’année, avec quelques mois de retard de plus. A moins qu’on envisage de les laisser définitivement à la rue, ce qui ne semblait pas être l’objectif souhaité initialement.

Christian Le Simple,
Professeur

4 COMMENTS

  1. > Entrée en apprentissage dès l’âge de 14ans ?
    Je suis COP (conseillère d’orientation psychologue) depuis bientôt 15 ans dans le Nord Pas de calais.
    j’ai travaillé précédemment dans le dispositif d’insertion du MEN.
    L’apprentissage à 14 ans me semble aussi extrêmement dangeureux car il externalise le problème mais ne le résoud pas .Je suis tout à fait d’accord, les employeurs, ne veulent plus ou ne peuvent plus consacrer du temps (donc de l’argent) à la formation des personnes (jeunes ou moins jeunes !!!) qu’ils embauchent,
    embaucher quelqu’un aujourd’hui c’est investir sur quelqu’un de productif immédiatement.
    Rappelez-vous, si vous êtes plus agés, la proposition d’il y a plus de 20 ans d’embaucher les jeunes ayant un BTS par une période d’adaptation en entreprise (le fameux CIP) à l’époque la réaction a été sévére et le projet jeté!!!!
    Regardez le mouvement de protestation des BAC+5 exploités en « stageS » obligatoire pour l’obtention de leur diplôme …. mais donnant à l’entreprise une main d’oeuvre et de la « matière grise » gratuite (même plus indemnisée !!!!)
    Dans la course mondiale à la rentabilité économique, l’entreprise ne joue plus son rôle indispensable de formation professionnelle (mon conjoint a été responsable ressources humaines dans un grosse entreprise et a vu se transformer cette position de l’entreprise).

    Je remercie le collègue de son témoignage nous sommes actuellement tellement mis sous pression d’efficacité dans le système éducatif, tellement mis en cause ….
    Il faut reprendre de la distance et étudier réellement la situation, loin des effets d’annonces (suivis de textes de loi???) de notre gouvernement, la difficulté scolaire aujourd’hui naît sans aucun doute beaucoup plus de l’écart entre l’exigence d’un système éducatif et une société qui véhicule des leurres de facilités et de réussite.
    Si l’école doit contribuer à faire des enfants des citoyens,( intégrés aussi dans le marché du travail), elle n’est pas une officine de l’entreprise produisant des salariés formatés, rentables.
    Si l’école a du mal à donner une base éducative commune (seul réel critère de citoyenneté) elle ne doit pas céder à la pression de « mettre dehors » ce qui lui pose problème. De toute façon je confirme « dehors » n’en voudra pas (j’ai des exemples concrets…)..
    car l’entreprise n’a jamais eu comme rôle d’éduquer ….elle ne prend même plus la peine de former professionnellement…..
    COURAGE RESISTONS à cette fausse solution!
    Nos enfants sont la société de demain, allons-nous renforcer cette société de l’exclusion ou nous battre pour une réelle prise en charge des différences et des difficultés
    Marie-Claude Crapez-Schoenzetter

  2. > Entrée en apprentissage dès l’âge de 14ans ? l’essentiel est ailleurs
    juste quelque remarques de béotien

    * L’âge est-il réellement un bon indicateur d’orientation ? Non, bien sur ! c’est seulement le plus simple, et le plus facile à contrôler ; nous n’en avons hérité que pour de bêtes questions historiques, mais il est consternant qu’une machine administrative aussi puissante et développée que l’éducation nationale en soit réduite à un tel critère…

    * la mesure n’a aucune raison de multiplier le nombre d’apprentis (sauf en 2006, bien sur, où il y aura des apprentis de 14, 15 et 16 ans). Il n’y a qu’en cas de réussite, si plus de patrons prennent plus d’apprentis (si et parce que ça marcherait mieux à 14 ans qu’à 16 ans), qu’il pourrait y avoir plus d’apprentis, mais ça serait déjà un succès.

    * il est profondément myope et injuste de croire (ou de faire croire) qu’hors de l’éducation nationale c’est « la rue ». Il y a d’autres acteurs sociaux, qu’il ne faut pas négliger (et il faut sans doute demander immédiatement qu’ils soient associés à la mesure). C’est le même genre de mépris condescendant que la filière générale (la filière en tant que système, et non les professeurs individuellement) exprime à l’égard de la filière professionnelle. Il est vrai que le système de circulation des élèves et plus généralement des enfants, pratiquement à sens unique et qui, de facto, fait de l’âge des enfants l’indicateur unique des capacités qu’ils sont censés maitriser (et met donc « en échec » tout ceux qui ne rentrent pas dans la norme), ne peut que nourrir ce genre de mépris.

    * est-ce bien raisonnable de n’examiner la question que sous l’angle du devenir des jeunes qui échoueront aussi dans l’apprentissage (ou ne réussiront même pas à y rentrer, faute de patron), après avoir échoué dans le cursus ordinaire ? Non, cent fois non ! C’est oublier ceux que l’apprentissage permettra de repêcher, et qui, sans cela, se seront fait ch… (possiblement en emm… les autres !) et enfoncés dans l’échec entre 14 et 16 ans !

    * est-il bien raisonnable de croire qu’on peut échapper aux effets de la mondialisation par une fuite éducative en avant ? Ne sous estimez pas la puissance et la qualité des enseignements dispensés en Inde ou en Chine, et n’oubliez pas l’importance de la motivation et des efforts individuels (y compris la capacité à fermer sa gueule en étant pourtant « exploité »), à niveau d’éducation comparable.

    * si un élève est en échec à 14 ans, quels sont ses chances de ne plus l’être à 16 ans ? inversement, si un élève « tient debout » à 14 ans, y a-t-il un risque qu’il se soit effondré à 16 ans ?

    * quelles sont « les compétences scolaires fondamentales suffisantes », que les élèves n’ont pas, si on en croit les patrons ? lire, écrire, compter … ? faut-il attendre 14 ans, voire 16 ans, pour s’en apercevoir et y remédier ? l’école, qui est par définition largement associée à cette situation, est-elle le meilleur lieu pour cela, ou bien ne doit-elle pas plutôt passer la main à d’autres (notamment les organismes sociaux), quitte à ce que le jeune y revienne ultérieurement (certes plus vieux, ce qui rejoint ma remarque plus haut sur le « sens unique ») ?

    * quels que soient les efforts de l’école et l’investissement social consenti, quel est l’avenir de jeunes « qui ont beaucoup de mal à se plier aux règles du travail » ? l’école peut-elle y faire quelque chose ? et, si oui, est-ce entre 14 et 16 ans qu’elle doit le faire ? est-ce qu’un éventuel échec de plus change fondamentalement la donne, et si oui dans quel sens (faut-il mieux se rendre compte qu’on va dans le mur à 14 ou à 16 ans ) ?

    * est-il plus grave d’être sans travail à 14 ans ou à 16 ans ? ou 18, 24, 30 ans ?

    * le statut et la situation des apprentis sont-ils pires que celui des stagiaires dans le tertiaire (Cf. le mouvement tout récent), ou celui des « bénéficiaires » d’un contrat « nouvelle embauche » ?

    désolé pour ces questions…

    Vous l’aurez compris, je n’ai pas vos certitudes sur le fait que la mesure constitue en elle-même une calamité à combattre ac cadaver. L’important, me semble-t-il, c’est plutôt de s’assurer qu’après l’apprentissage, le jeune a toujours un maximum de perspectives éducatives et professionnels, tout spécialement lorsqu’il a réussi après un échec scolaire. Les modalités d’applications sont infiniment plus importantes que cette question d’âge.

  3. > Entrée en apprentissage dès l’âge de 14ans ?
    je suis tout a fait d’acord avec le professeur de collège, un enfant de 14 ans en apprentissage c’est trop jeune, certain ne savent meme pas lire a cet age là donc les envoyer dans la vie active et puis quoi encore ?

  4. > Entrée en apprentissage dès l’âge de 14ans ?
    oui à votre réflexion, notre fils 16 ans parcours scolaire particulier langage parlé à 7 ans (probleme audition)scolarité à l’étranger en france depuis 2003 6é 5é 4é 3é grande difficulté( apprentissage de la lecture en français à la maison avec nous) démotivation que faire redoubler, envisagions l’apprentissage mais sans conviction, il est doué en dessin et en musique aurait aimé entrer en L.P. bâtiment architecture mais refus alors…? trop jeune pour le GRETA – peut-être le mieux une remise à niveau avec des cours particuliers ou par correspondance…….

    bon courage et réussite avec vos élèves j’ai vécu dans le perche entre la Ferté-Bernard et Nogent-le-Rotrou belle région
    Béatrice Dionnet

Comments are closed.