Le premier job de l’étudiant ? Etudier, pardi !

Facebooktwittergoogle_plusmail

En Belgique, la ministre fédérale de l’Emploi et du travail a décidé – à la demande du secteur Horeca – de favoriser les jobs d’étudiants. Ce qui lui vaut une volée de bois vert de la part des jeunesses syndicales (CSC comme FGTB), des organisations étudiantes (FEF et VVS) et des conseils de la jeunesse francophone et flamande.
La tâche principale des étudiants est d’étudier, et non de travailler, rappellent-ils fort à propos. Si les jeunes ont besoin d’argent pour étudier, il faut plutôt revoir à la hausse les bourses d’études. Le projet accentuerait la concurrence entre étudiants et travailleurs, et pénaliserait les jeunes chômeurs qui peinent déjà tant à trouver de l’embauche. La proposition créerait un statut de plus dans une législation déjà compliquée. Elle risquerait aussi d’augmenter le nombre d’accidents de travail, auxquels on sait les jeunes plus exposés. Par ailleurs, le fait de réduire à 12,5 % la cotisation pour 23 jours supplémentaires de travail durant l’année scolaire constituerait une perte sèche pour la sécurité sociale .. et un cadeau de plus aux employeurs.
Enfin, la valorisation des jobs d’étudiants pour le calcul du stage d’attente du chômage serait discriminatoire pour les étudiants exerçant une activité salariée et cotisant pleinement.