Appel à la régularisation des sans papiers scolarisés

Facebooktwittergoogle_plusmail

Dans de nombreux lycées et collèges, dans les facs aussi, beaucoup de jeunes galèrent parce qu’ils sont étrangers et sans papiers. Non seulement ils sont de fait privés du droit de mener une vie normale et de rêver d’avenir, mais ils sont parfois menacés d’une expulsion pure et simple…

En juin dernier, des enseignants, des personnels de l’Education nationale, des parents d’élèves, des éducateurs, des collectifs, des syndicats et des organisations attachées à la défense des droits de l’homme  ont décidé la création d’un réseau de soutien aux élèves sans papiers, nommé Education sans frontières et lancé :.

L’APPEL A LA REGULARISATION DES SANS PAPIERS SCOLARISÉS » :

Ces derniers mois, les personnels, les parents et les élèves d’établissements scolaires ont obtenu de haute lutte la régularisation d’élèves et de parents d’élèves sans papiers que des lois iniques menaçaient d’expulsion. Zarianta, Renata, Fanie, Leopoldo, Gladys, Sandrina, d’autres encore, sont sortis de la clandestinité grâce à la solidarité. Ce sont des élèves que rien n’aurait distingué de leurs camarades si leurs vies n’avaient été secrètement gâchées depuis leur majorité par le refus des autorités de leur accorder le titre de séjour leur permettant de vivre normalement avec leurs familles. La mobilisation des personnels, des élèves et des parents, de leur quartier, les relais qu’ils ont su trouver auprès de personnalités locales et nationales, de milliers d’anonymes aussi, l’écho que la radio, la télévision et la presse ont parfois donné à leur action ont permis d’arracher ces jeunes à la clandestinité. Pour eux, tout est bien qui finit.

Cette victoire, c’est d’abord la leur. Parce qu’ils ont trouvé le courage de dire les choses, de ne pas rester isolés. Mais c’est aussi et peut-être plus que tout, celles des jeunes, des centaines de leurs camarades lycéens et collégiens qui se sont mobilisés avec eux.

Pourtant, pour ces quelques cas résolus, des milliers d’autres jeunes, d’enfants, d’étudiants également, subissent, eux aussi, le drame de la privation du droit à une existence décente, l’obsession de l’interpellation, la peur d’une expulsion pratiquée dans des conditions souvent honteuses, l’angoisse d’un avenir bouché par la privation du droit de poursuivre des études supérieures, de travailler, d’avoir un logement, de bénéficier de la Sécurité sociale, Bref, la peur d’être condamnés au dénuement et aux conditions de vie indignes auxquels sont réduits les sans-papiers.

Il est inconcevable d’imaginer des enfants, des élèves, vos copains, les copains de nos enfants, menottés, entravés, bâillonnés et scotchés à leurs sièges d’avion pendant que leurs camarades étudieraient paisiblement « J’écris ton nom, Liberté » et que, sans trembler, on rayerait les noms et prénoms des bannis SUR Les listes d’élèves.

Il est du devoir de chacun, nous tous qui sommes ici ce soir pour soulever le monde, d’agir pour tirer ces jeunes de la situation qui pourrit leur vie,

Agir pour eux, déjà souvent malmenés par des existences chaotiques.

Agir aussi pour faire à tous la démonstration que justice, altruisme, solidarité, dévouement à une cause commune ne sont pas des mots vides de sens, qu’enseignants et parents font ce qu’il faut quand des jeunes sont victimes d’injustice ou plongés dans des situations intolérables.

Agir, enfin avec les jeunes eux-mêmes. Qui, s’ils sont associés à des combats justes, renoueront avec des traditions de solidarité, de combat collectif qui leur permettront peut-être, leur vie durant, de faire en sorte que le monde dans lequel ils sont appelés à vivre soit plus fraternel et ouvert à tous.

 

Nous tous qui sommes rassemblés ce soir, constituons une force. Elle doit peser pour que cesse la situation d’exclusion que vivent les élèves sans papiers.

Nous appelons au développement d’un réseau de solidarité avec les jeunes sans papiers scolarisés, à l’échelle nationale (voire à l’échelle européenne).

Nous VOUS appelons

– à Vous associer à cet appel,
– à le reproduire,
– à le faire circuler
– à entrer en contact avec nous.

C’est un beau combat ! Il mérite vraiment d’être mené ! On a déjà marqué des points, il peut être gagné ! Il doit être gagné. Et s’il l’est, ce sera une étape dans la lutte contre la dévastation sociale, contre la misère matérielle et morale dont le concert de ce soir doit être le signal !

[->mailto:educsansfrontieres@free.fr]

1 COMMENT

  1. > Appel à la régularisation des sans papiers scolarisés
    bonjour , je viens par le billet de ce mail vous soumettre mon cas que j’expliquerai brievement. voila bientot 5 ans que je suis en france ,et que j’attends la regulation de ma situation . je suis en classe de Stl( science et technologie de laboratoir) apres avoir fait une demande de regulation par l’intermediaire de mon tuteur ; celle -ci a ete rejeté dans le souci d’etre expulsé, nous nous sommes payé les services d’une avocate mais, les choses ne semblent évoluées . dans cette inquietude incessante , je viens solicité votre aide .
    je reste disponible pour toutes informations supplementaires . je vous remerci de l’attention portée à mon urgence

Comments are closed.