Les profs aussi devront payer l’entrée au musée !

Facebooktwittergoogle_plusmail

A Monsieur le Directeur du Musée du Louvre,
A ces Messieurs des directions de Musées Nationaux,
A Messieurs les Ministres de l’Education et de la Culture,

Depuis trois jours je suis triste. Je suis professeur, c’est la fin de l’année, les élèves sont légers, il fait beau mais je suis triste. La nouvelle m’est tombée dessus au cours d’une visite du Louvre avec mes classes de premières : par un décret bête et méchant, à partir du 1er septembre, les profs devront payer pour visiter les musées nationaux. Jusqu’à cette date, en présentant au guichet notre carte professionnelle, on ne payait pas. C’était d’ailleurs la seule utilité de cette carte ; bien peu, du reste, le savaient et en possédaient une ; par ailleurs, je crois bien n’avoir jamais vu un seul accueil de musée où cette gratuité était évoquée. Je m’empresse d’ajouter (la rigueur de la gestion de votre gouvernement oblige à ces mesquineries) que c’était notre seul avantage professionnel car pour le reste, nous payons tout, absolument tout, des titres de transport aux spectacles en passant par les expositions et les livres, hormis les vingt manuels scolaires inutiles sous lesquels nous croulons chaque fin d’année et que les maisons d’édition scolaires qui nous les offrent tatouent d’un « Specimen enseignant gratuit. Interdit à la vente. ». Et nous n’avons pas de comités d’entreprise ni de treizième mois. Restent les vacances, ces fameuses vacances… Mais on va voir…
Bref, désormais nous paierons et ferons la queue comme tout le monde, ce tout le monde pour qui l’accès aux musées devrait être gratuit aussi. Bien sûr.
Je suis triste parce que l’un de mes bonheurs dans la vie, c’était de passer au Louvre un petit moment comme ça, en visite, comme en voisin dans ce lieu qui est un des plus beaux et des plus fous du monde. En ai-je des souvenirs : le salut à la Victoire de Samothrace (c’est de trois-quart, sous son profil gauche que je l’aime le plus) ; des traversées de la galerie italienne pour aller du Palais Royal au Pont des Arts (je passerai désormais par le Centre commercial…) ; des errances perplexes parmi les immenses tapisseries et la majolique noire des Galeries des Chasses de Maximilien ; des après-midi d’impécunieuses vacances d’été dans le quasi désert et la demi-pénombre des salles médiévales à contempler des plaques de reliure en ivoire ; des soirs de nocturne dans la verdure et le marbre blanc de la cour Marly et de la cour Puget après les délires or et framboise des appartements Second-Empire… Et puis les Chardin… Certains dimanches de copies, aller s’asseoir devant les Chardin et se retrouver dans la beauté des choses… Ah « Le bocal d’olives » et « La brioche » !
En ai-je amené des amis et des collègues découvrir et redécouvrir ce patrimoine qui sera un peu moins le nôtre désormais puisqu’à la faveur de ce petit décret sournois, confiscateur et scélérat, tramé par les décideurs de la « marchandisation » rampante et de la Restauration , le Louvre sera un peu plus une Entreprise et un peu moins un lieu d’Education .
C’est donc, par un sentiment très personnel, la fin d’une période pour moi. Je me sens séparé, dépossédé et un peu, un tout petit peu exclu, par l’argent, d’un espace public, d’un lieu de culture. Et cette fin en rappelle et en annonce d’autres. Car on va voir ce qu’on va voir. L’Argentine est au bas de la pente…
Oh ! j’imagine que l’ouvrier de Métaleurop qui s’est fait foutre dehors sans fleurs ni couronnes, qui a défilé cet hiver dans son vieil anorak avec son cancer de la plève et ses droits à la Sécu bientôt rognés, mes petites colères de fonctionnaire à la charge de l’état , de prof profiteur (là, je vous souffle une formule)… oui, je sais !
La tristesse. Mais la haine aussi. Vos petites scélératesses, vos agressions fourbes contre la Démocratie (étymologie : « gouvernement par le peuple ») et la République (étymol : « chose publique », comme le Louvre) au nom du Libéralisme et du profit, vos attaques incessantes nous grignotent l’esprit et le cœur. Tout à mes tristes pensées, enfermé en moi-même, j’ai bousculé le clochard en bas de chez moi, sans le voir, sans m’excuser. Eh oui, la rage, ça aveugle, ça aigrit, ça rend amer et dur, un peu plus chaque jour. Et le manque de culture (je pense à mes élèves encasernés), ça rend bête et méchant, ça rend haineux et ça rend fou. C’est sans doute cela que je vous pardonne le moins.
Car soyons concrets, très concrets, Messieurs les Directeurs qui comptez et comptez bien (c’est même sans doute ce que vous savez le mieux faire), qui n’avez pas vu un « sauvageon » ni un élève depuis longtemps, qui traversez les banlieues en voitures de fonction, qui ne visitez les musées qu’aux heures des cocktails et des soirées pour VIP’s et qui pouvez même faire venir les œuvres d’art chez vous, à domicile (le marché de l’art ne s’est jamais aussi bien porté)…
Moi, pour préparer mes visites avec mes 60 lycéens, je suis venu en repérage trois fois pendant les vacances de Pâques. A 8 euros 50 l’entrée, c’est donc près de 200 francs qu’il me faudra allonger pour faire mon travail… Sans compter qu’en plus -on m’a bien prévenu- il va falloir en noircir de la paperasse, encore et toujours et davantage… Ce qu’il y a de paranoïaque en moi me murmure qu’on voudrait nous décourager de venir… Le gardien de mineurs que je suis de plus en plus, le garde-chiourme en mission pour l’Entreprise-Etat et l’Education Surveillée m’intime l’ordre de ne pas terminer ma phrase. Sacro-saint devoir de réserve.
Devoir de réserve ou pas, je sais ce que je vais faire à la rentrée. Une dictée, une bonne vieille dictée. A l’ancienne. Je vais leur lire mon texte ; je le ferai lire à leurs parents aussi pour qu’ils sachent pourquoi nous n’irons plus au Musée ensemble. Mais je les inciterai à venir quand même chez vous (puisque c’est un peu moins chez nous). Ils ont moins de 18 ans, c’est encore gratuit pour eux (jusqu’à quand ?). La visite d’Entreprise, ça se fait beaucoup. Je leur dirai que je les noterai. Qu’ils mangent un peu de « La brioche » de Chardin même si j’ai pu constater qu’à leur âge, les nature mortes, ça ne les met pas trop en appétit. Eux, ça serait plutôt « La Liberté guidant le peuple » ; on voit bien pourquoi…
Enfin, messieurs les décideurs du Libéralisme, ne méprisez pas l’histoire. Rappelez-vous. Il y eut des exaltés pour séquestrer des patrons. C’était pas bien. La piétaille communarde mit le feu au Tuileries et au Louvre (tiens donc !). C’était pas beau. Et un jour, un très triste jour on verra peut-être des misérables, fous de haine, s’écraser en avion sur vos pyramides de verre ou votre Cour carrée (qui décidément ne sont plus les nôtres) et quel symbole ce sera là ! Or dans l’océan de consternation où cela me plongera, je sais aussi, à la petite flamme furieuse qui tremble aujourd’hui en moi, que je ne trouverai pas cela complètement inexplicable.

PS
Nous sommes héritiers, ma sœur et moi d’un beau buste de mon bel arrière grand-père portraituré par Despiau. Je me disais : « Il faudrait en faire don à un musée, quand même… ». J’ai toujours repoussé le moment d’écrire (il faut dire que l’accueil peu empressé qu’on fit chez vous à mes démarches ne m’y incita guère : vous êtes tellement riche…). Et bien, je sais ce qu’il me reste à faire : le vendre et avec l’argent rapporté m’offrir des billets d’entrée ! Avec un peu de chance, messieurs les décideurs, ce seront vous mes clients !

Eric REMY

Professeur de français au Lycée Gaston Bachelard, Chelles, mai 2004

7 COMMENTS

  1. > Les profs aussi devront payer l’entrée au musée !
    bonjour à tous.

    Enfin une  » bonne » loi de nos amis les ministres !!

    Les professeurs sont payés à ne rien faire ! Pourquoi ne pas leur prendre un peu de sous sur le musée !

    Sur ce merci de l’article M.Remy et merci pour la sublime année que nous avons passé avec vous ! [ ex.élève de la classe 1ere SI/VT ( vous vous rapplez surment de nous ! ]

  2. > Les profs aussi devront payer l’entrée au musée !
    Bravo pour votre article!!

    Le décret qui nous est tombé dessus n’est justifié que par le bénéfice financier sur lequel compte le Louvre pour redresser la barre! Est-il normal que des professeurs, des conférenciers – autres que ceux de la sacro-sainte RMN bien sûr!- des auditeurs de l’Ecole du Louvre qui suivent les cours dans les salles, des étudiants paient l’accès à la culture? Comment donner de flâner dans le musée à coup d’entrée payantes? Sasn parler de l’augmentation sauvage du prix d’entrée…. Mes oucrs à l’Ecole du Louvre m’ont appris que le ministère cherche avant tout à démocratiser la culture… Ah bon? et comment des élèves de moins de 18 ans, puisque c’est gratuit pour eux, auront envie de découvrir le Louvre, si ce n’est après la visite avec un professeur qui aura préparé le terrain en visitant le musée avant, seul, et donc en payant!!!

    • > Les profs aussi devront payer l’entrée au musée !
      Tous les étudiants ne payent pas l’entrée au musée. Les élèves de l’école du Louvre ont l’entrée gratuite dans tous les musées nationaux. Ils peuvent ainsi passer des heures dans le Louvre.
      De plus, le prix d’une entrée est de 5 euros, les musées privés sont beaucoup plus chers. La somme est quand même modique pour un lieu de cette qualité, aussi diversifié, et vraiment passionant.

  3. > Les profs aussi devront payer l’entrée au musée !
    Salut à toi , Eric Remy !

    J’imagine que tu es au courant de la manière dont Libération a dénaturé ton texte en en coupant des phrases essentielles lors de sa publication du 3 août 2004. En particulier celles qui mettent en cause l’ordre social et économique, ainsi que la manière dont on enseigne l’ignorance et la bêtise.

    Si cela t’a échappé, tu peux le constater sur le site de Libération (courrier ).
    Tu as dû constater par contre la manière dont Libération a procédé ; après avoir refusé pendant des mois d’informer ses lecteurs de l’action de notre collectif (gratuitedes museesnationaux@yahoo.fr) qui a recueilli des milliers de signatures contre la suppression de la gratuité enseignante dans LES musées nationaux, il a publié ton courrier, de manière tronquée, pour ensuite mieux permettre à Loyrette de tenter de berner les lecteurs sur la réalité de la mesure de la direction du Louvre (6 août 2004).

    Je crois utile de le faire savoir, en complément de mon article du 3 septembre 2004 (site du collectif bellacio, rubrique Ecole-université.

    Cordialement,

    Hervé Gourdon

  4. > Les profs aussi devront payer l’entrée au musée !
    Bonjour monsieur Rémy, je suis l’un de vos ex-élèves de première GET, dirai-je le plus… intelligent ou plutôt concentré ou autre… Je pense vraiment que ce que vous dites est très important… mais hélas, nous sommes en France ou plutôt c’est le monde qui change… Vous avez dû le comprendre bien avant car je suis bien jeune, mais dans cette jeunesse actuelle, je puis comprendre que la société n’est plus ce qu’elle était… Je tiens personnellement à vous féliciter pour votre cran.

    Cordialement, en souvenir d’une bonne année passée avec vous
    B. Clément

  5. Les profs aussi devront payer l’entrée au musée !
    Par pur hasard, je me suis retrouve sur un article de mon ancien professeur de francais (1er SI en 2002 je pense).
    Je sais bien que le post est date mais le point de vue sur le systeme educatif est plus que jamais d’actualite.

    Le lycee G.Bachelard n’est pas le meilleur de france et personnellement le francais n’a jamais ete ma matiere favorite. Grace a mes professeurs, je suis sorti regulierement au theatre, a versailles (je suis sur que mr Remy se rappelle de celle la), un voyage a Prague etcetc. Toutes ces activites culturelles sont pour moi, partie integrante et importante de l’education. Sans elles, la motivation des eleves serait encore plus basse.

    Avec on peu de recul, je pense sincerement que je dois mes etudes superieurs a des professeurs comme mr Remy.D’un point de vue strictement statistique, ces sorties m’ont permis d’avoir une bonne note au bac francais mais sont surtout le catalyseur d’un enrichissement personnel.

    AUx dirigeants de l’education nationale (je sais que je n’ai aucune influence mais c’est pour la forme): s’il vous plait ne degoutez pas nos professeurs en supprimant leurs initiatives (une dictee est pour eux bien plus facile), ne degoutez pas les eleves (rien de pire qu’une dictee)et favorisez toutes sortes de culture. La gratuite des musees pour les professeurs est ridicule par rapport a ce qu’ils peuvent apporter aux etudiants.

    Un grand merci a Mr Remy et aux professeurs motives. Malheureusement vous n’avez pas tres bonne presse malgres votre role si essentiel

    thibaut

  6. Les profs aussi devront payer l’entrée au musée !
    Bonjour mr je suis un ancien éleve à vous alors votre article était trop long j’ai pas pris la peine de le terminer mais le début ma parut pertinent si je devrai vous mettre une note se serait mmm 12 sur 20….
    je voulais reprendre contact avec vous pour savoir ce que vous deveniez et si vous voulez savoir c’est qui le voleur de votre chapeau faites moi signe à bientot je l’espere

    cordialement Mr Benhadj-adda Mohamed

Comments are closed.