Appel pour le premier « European Education Forum »

Facebooktwittergoogle_plusmail

L’unification de l’Europe progresse de plus en plus. Avec les nouveaux pays membres de l’Europe de l’Est, cette unification va devoir faire face à un défi historique. Les systèmes d’éducation se rapprochent également surtout dans l’enseignement supérieur, où une europe unifiée est déjà devenue réalité pour beaucoup d’étudiants du fait des séjours d’études à l’étranger et des cursus internationaux.

Nous nous rejouissons de ce rapprochement en Europe. mais pas sous la forme actuelle. Nous voulons un enseignement supérieur international, qui favorise la réalisation individuelle, la solidarité sociale ainsi que la bienfaisance. Mais face à l’exclusion sociale, face au manque de moyens dans les écoles et aux établissements d’enseignement supérieur, face à l’introduction et à l’augmentation des droits universitaires, à la dé-démocratisation et à l’orientation vers le profit, à la concurrence destructive entre les institutions d’éducation publiques et privées, le développement actuel va dans une autre direction.

Bien que les gouvernements, en particulier dans l’Union européenne, se cachent derrière des procédures formellement correctes et des accords internationaux, il est évident que les possibilités d’organisation et de participation des élèves, des étudiants, des enseignants et des employés dans le domaine de l’éducation diminuent de plus en plus ou sont attaquées sans ouvertement.

Aux structures nationales, régionales et locales du secteur de l’éducation, vient s’ajouter une dimension européenne ainsi qu’une dimension internationale par les accords du GATS qui encouragent la commercialisation croissante des services publiques, y compris tous les services d’éducation de l’école primaire élémentaire jusqu’à la formation des adultes.

En plus, ces développements ont des conséquences radicales: L’éducation a un rôle clé dans la société actuelle. Et précisement dans le contexte de la globalisation elle est le moyen central qui rend les hommes capable de comprendre les développements internationaux et de les influencer dans leur sens. En fin de compte elle permet à chaque individu de se développer de manière libre et autodéterminé.

À cause de cette politique l’éducation devient une marchandise. Son accès dépend des moyens (financiels) de l’individu, son but et son orientation dépend de plus en plus de sa valeur économique. La véritable fonction de l’éducation disparaît.

La critique du comportement des institutions politiques et de l’économie capitaliste reste de plus en plus en marge. En fin de compte, l’éducation se réduit à une formation professionelle dont le contenent et le but sert avant tout l’économie privée.

Pour que les élèves, les étudiants et les enseignants en Europe puissent intervenir dans les développements, discuter de la politique actuelle et développer des alternatives personelles, nous appelons au premier « European Education Forum » (EEF) à Berlin lors de la conférence des ministères de l’éducation européens du 18. au 19. septembre 2003.

À l’instar du mouvement du forum social, dont le caractère ouvert, la pluralité des opinions politiques et la diversité des formes de débat avait mobilisé 60.000 gens à Florence, chaque groupe, organisation et individu est appelé à faire une proposition au programme du EEF.

Juste après l’EEF, le 20. septembre, nous voulons manifester ensemble pour un système d’enseignement social, démocratique et internationalisé et contre toute forme de commercialisation, de l’exclusion sociale et de de-démocratisation dans ce domain.

Venez à Berlin!

Une autre éducation est possible!

Berlin, le 15/4/2003