France: Multiplication des droits d’inscription par trois ou quatre à Sciences Po !

Facebooktwittergoogle_plusmail

Richard Descoings, le directeur de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris (familièrement Sciences Po), n’y va pas par quatre chemins. Il propose pour la rentrée de septembre une augmentation des droits d’inscription qui passeraient de 1050 euro actuellement à 3000 ou 4000 euro ! A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous ne savons pas ce qu’il en est finalement advenu, mais la seule proposition en dit long sur l’état d’esprit qui règne dans les milieux académiques. Jugeons en effet l’argumentation de Descoings : « On ne peut pas rester dans le peloton de tête de la compétition internationale sans repenser le budget des établissements » assène-t-il. Qui a dit que l’Europe était à l’abri de la marchandisation voulue par les méchants Américains ? Une telle mesure risque de renforcer les inégalités ? L’argument du diro est imparable : « Le faible coût des universités n’a pas ouvert la voie à l’égalité des chances ». Au lieu de s’en alarmer et de rechercher les conditions de cette égalité, il estime en gros qu’il ne faut pas avoir de scrupules puisque les riches sont quand même majoritaires ! Il est vrai que Descoings propose de tenir compte des capacités rétributives des parents dans l’augmentation. Le danger serait alors grand de privilégier à l’inscription ceux qui ont plus de moyens. Il existe un moyen plus simple de faire contribuer les riches au budget de l’enseignement : les taxer davantage et redistribuer ce surplus sous forme de subvention aux établissements.
Le Monde de l’Education , juin 03