Cockerill et l’école

Facebooktwittergoogle_plusmail

Suite à l’annonce de la fermeture prochaine (horizon 2006) de toute la ligne à chaud des sites  » continentaux  » de la multinationale Arcelor, de nombreuses conséquences sont à craindre, notamment dans le bassin sidérurgique liégeois : 2000 emplois directs sont menacés, mais au moins 5000 emplois indirects supplémentaires (sous-traitance, etc). Parmi ces conséquences, l’absence de perspective pour beaucoup de jeunes de la région. Avec les suites que l’on devine sur leur scolarité.  » Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais il y a beaucoup de choses qui se passent aujourd’hui  » se confie une éducatrice.  » Des problèmes d’agressivité. On sent que le stress de leurs parents les touche. Ils parlent de la fermeture des hauts fourneaux à la maison et ça provoque des tensions « . Une fois de plus, les enseignants serviront de soupape de sécurité du système. A moins qu’ils n’expliquent pourquoi les multinationales ferment des usines. Mais ça c’est évidemment tout à fait interdit. S’en prendre plein la gueule, oui. Faire de la politique à l’école, non.

1 COMMENT

  1. > Cockerill et l’école
    pourquoi ne pas faire de « politique » a l ecole simplement exposer les fait telle qu il sont et chacun poura exprimer sont avis sur les questions releve

    certaines tension peuvent etre presente au sein d une famille je pense que c est un fenomene de societe et pas exclusivement de region
    je travaile a ferblatil tileur et je suis asurer de travailer encore +ou-10ans avec sertitude les jeunes de mon age ne peuvent pas tous en dire autant ceux qui travaille dans des petite entreprise par exemple
    je vois le probleme plutot du sens que l on dois remplacer les emplois jadis occuper par cockerill par des autres travaille aussi sur dans leur longeviter que cockerill l a ete

Comments are closed.